Comme cela a été remarqué dans les deux commentaires, ces typologies des femmes et des hommes sont présentées de façon un peu brutale. Susciter la réflexion est, selon Moi, quelques fois à ce prix. Pour les personnes qui Me lisent depuis un moment, ce trait de style, parfois au bord de la provocation, n’est pas une surprise.
La question intéressante est : quelle vision sous-tend cette typologie trop grossière pour être prise au pied de la lettre ?
dame de C ne s’y est pas trompé. N/nous sommes des êtres humains et en tant que tels, comme toute chose dans la vie, la seule chose qui ne change pas c’est le changement. Que vous le vouliez ou non, quelques soient vos stratégies (de croissance, de recherche de plaisir ou d’évitement de la souffrance) il y a toujours à un moment ou un autre un événement qui vient bouleverser ce qui est.

Alors oui, c’est bien pour cette raison qu’une telle typologie contient en elle même sa part de futilité ou d’approximation. Lorsque l’on parle de relation humaine, une chose est certaine, même si cela déplait, on parle avant tout de relation avec soi-même. Et de ce côté-là, chacun peut reconnaitre que nous changeons en nous-mêmes au fil du temps. C’est même un signe de maturité que de le constater en soi. Ok, c’est plus facile de le constater à 50 ans qu’à 25, c’est une affaire de maturité.
Donc oui, non seulement les personnes changent en elle même, et ce malgré tous les efforts pour résister au changement dans la plupart des cas.

Ainsi, lorsque l’on regarde N/nos relations de Domination et soumission, lorsque l’on s’engage dans une relation Maitre esclave, force est de constater que pour que la relation soit stable et durable il faut savoir la percevoir comme une dynamique. D’ailleurs même pour les relations traditionnelles la pérennité du couple s’appuie sur son aptitude à changer au fil du temps en s’appuyant l’un sur l’autre dans un esprit de communication et de partage dynamique.

Alors oui, classer les personnes en groupes de soumis, de dominants ou de personnes libres interdépendantes est bien vague face à la richesse et la dynamique intrinsèque des relations humaines.

Et ce, particulièrement à l’égard de N/nos relations D/s permanentes qui N/nous imposent de bien N/nous connaitre en N/nous-mêmes comme avec l’autre.

La réflexion qui N/nous rend humains dans ces circonstances relationnelles est bien celle du changement, de la connaissance de soi et de l’engagement.

Alors oui, il existe quantité de personnes qui peuvent se situer dans cette typologie dont la situation semble à l’opposée de leur « type ». Ceci se fait par choix, par volonté de changement, par amour, par désir de connaissance de soi, par maturité, par remise en question ou pour faire encore plus simple par recherche du bonheur pour soi et pour les autres.

Ceci, selon Moi, est au cœur des réflexions qui fondent nos accords de vie D/s ou Maitre esclave en permanence.

Non seulement N/nous avons la possibilité de changer, mais il vaut mieux en être conscient, être conscient de soi, pour accompagner le changement qui ne manque jamais de faire évoluer toute chose ici bas 😉

C’est ainsi que, par exemple, Je peux constater que parmi Mes amis J’ai des types d’hommes Alpha qui vivent esclave de Maitresse indépendante. L’engagement à servir d’un côté et à nourrir la relation de l’autre est le socle de l’harmonie de leur couple qui dure depuis de nombreuses années…

C’est un exemple parmi des milliers d’autres…

Les étiquettes ne sont que des étiquettes ou des panneaux de signalisation qui nous indiquent des directions. N/notre aptitude au choix, à accepter et produire du changement, à N/nous accorder profondément l’un avec l’autre est le cœur de N/nos relations dynamiques dans le calme et le plaisir de vivre fidèles à N/nos engagements dans l’estime de N/nous-mêmes et des autres.

Bon week-end.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here