je suis et j’ai toujours été quelqu’un au sang chaud…

Il y a 15 jours, j’ai passé un long moment en cuisine à préparer tout un tas de légumes qui n’attendaient que ça. j’ai, entre autre, fait un gratin de légumes en suivant une recette car c’était mon premier.

SENSEÏ, après l’avoir goûté me dis que c’est immangeable, qu’on dirai de la pâtée pour chat.

j’avoue que cette dernière remarque me fait bondir sur ma chaise. j’ai suivi la recette à la lettre tout en me méfiant de mon four. je ne comprend pas pourquoi les légumes sont à peine cuits, la crème est granuleuse… Bref non seulement je ne comprends pas mais je suis furieuse d’avoir échoué, d’avoir déçu SENSEÏ.

La colère me monte à la bouche et je commence à râler sur SENSEÏ.

Entendez moi bien, je ne L’insulte pas LUI, je parle fort en faisant des grands gestes tout en débitant des âneries…

Et là SENSEÏ me coupe : « Tais toi tu vas dire des bêtises. » (Sous entendu tu commences à en dire).

Dans les premiers temps de mon esclavage, mes colères pouvaient être assez terribles. C’est vrai qu’emportée par mes mots, je finissais par dire n’importe quoi et par m’en prendre à SENSEÏ.

IL a vite trouvé la punition adéquate, à trop de mots IL répond par aucun, ignorance totale pendant un temps que LUI seul juge nécessaire… j’ai horreur de ça bien que je sache le mériter, donc…

Ce soir là, je me suis tue instantanément, encore bouillante de l’intérieur, les yeux probablement pleins d’éclairs… Mais quand SENSEÏ m’a dit « c’est bien ma c! » après quelques minutes, pouf! plus rien…

Finalement je sais plus ce que N/nous avons mangé et le gratin a été reconverti en purée/soupe bien meilleure…

Me faire couper la parole, enfin m’entendre dire « tais toi » et devoir obéir, est toujours humiliant, que je laisse sortir ma susceptibilité ou mes bavardages intempestifs…

Pourtant, j’obéis immédiatement. je bouillonne quelques minutes et puis je me retrouve à ma place, en paix…

Comme quoi être esclave, c’est simple finalement…
c!

Crédit Photo : Encyclopédie académia, article sur l’ébullition.

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai bien aimé de lire se port et pour nos, qui commençons maintenant nôtre vie D/S, il va ~etre sûrement util la déscrition de la punition de vôtre Maître pour les colères initiales, car chez-nous il existe aussi une ésclave avec des réactions pareils. Merci par vôtre idée et perdonnez mon français importé du Portugal.
    je vous salut,
    ST

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here