Ah ! ah! ah! j’ai longtemps cru à ces fariboles.

Un prince un jour viendrait.

Sur son fier destrier il m’enléverait.

Il serait beau, bien sûr,

grand, blond, aux yeux bleus comme l’azur.

Intelligent quand même,

un point essentiel pour moi.

Dans le creux de ses bras protecteurs,

je me blottirai rougissante, chaste et pure.

Belle au bois dormant.

Ils furent heureux et eurent beaucoup d’enfants…

Les enfants seuls justification à la fornication.

Et le sexe dans tout ça ?

Aucune évocation concrète, un halo flou.

Le mystère des lits à baldaquins.

Ce manque de précisions ne pouvant que titiller

l’esprit fécond de toute jeune fille même « coincée »

Réserve-toi, réserve-toi !

En plus ces panneaux qui clignotent : « danger, danger »

Attention ma fille à tous ces marauds, ces faux princes.

Ils ne pensent qu’à ça.

Quoi ça ???

A profiter des filles innocentes, à les pervertir.

Les voici filles faciles, dépravées,

qui se retrouvent filles mères,

abandonnées, perdues, montrées du doigt.

Point de plaisir, que des problèmes.

Payer pour le pêché, telle est leur destinée.

Garder les cuisses serrées.

Porter une ceinture de chasteté morale.

C’est la seule option possible, la frigidité en plus.

Et voilà le mythe de la femme honnête.

Fadaises, fadaises que tout ça.

Ouf, dans la vie réelle les princes ne sont pas charmants.

Ils savent chevaucher mais pas que des destriers, ils préfèrent utiliser leurs princesses.

Le mien à une queue Impérieuse, Dressée, Triomphante, Provocante, Victorieuse,

et des trois orifices de Sa princesse Il souhaite profiter pleinement.

Me posséder, me défoncer, me martyriser.

Jusqu’à la garde s’enfoncer, au fond de ma gorge se déverser.

I23A3650 A_B Cmodifié-1Se perdre dans la chaleur et la moiteur de ma chatte humide.

Dans mon cul affirmer Sa possession et Sa domination.

Me torturer avec volupté, pincer, mordre mes tétons.

M’humilier par Ses paroles.

Couvrir mon corps de Sa semence et S’en réjouir.

Et Sa princesse aime ça, être vulnérable, offerte, contrainte, aveuglée, attachée, asservie avec force et vigueur.

A tous Ses caprices, Ses désirs se plier.

Découvrir par Lui un nouveau monde de sensations.

Se livrer totalement sans état d’âme.

Et finir blottis dans une tendre étreinte sous la couette, satisfaits, heureux d’être., N/notre lien renforcé.

Mon Prince est Mon Atout et je suis Sa dame de C… (à V/vous d’imaginer…plusieurs choix sont possibles).

Je dois encore m’améliorer pour être à la hauteur de Ses exigences, N/nous y travaillons jour après jour.

Non les princes ne sont pas charmants, bonne nouvelle pour toutes les princesses qui ne les imaginent pas ainsi, mais se rêvent enchaînées dans leurs donjons subissant mille supplices.

PARTAGER
Article PrécédentSITE EN COURS DE CONSTRUCTION
Article Suivantma dignité d’esclave
Maitre Atout et dame de C.

N/nous sommes un couple vivant une relation vanille et D/s. C’est ce qui N/nous convient dans le sens où N/nous nous y sentons bien, elle N/nous permet de N/nous réaliser en étant N/nous mêmes sans aucune prétention.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here