Conviés à une manifestation N/nous N/nous étions préparés et mis en route, maugréant quelque peu contre une météo  incertaine de ce dimanche entre hiver et printemps.

Arrivés à destination en avance, N/nous N/nous dirigeons vers le plan d’eau espérant observer les prémices de la nouvelle saison, déception, averse et petit vent mordant ont vite eu raison de N/notre tentative.

Vite N/nous N/nous réfugions dans la voiture et reprenons la conversation évoquée lors du trajet, à savoir : la fellation en extérieur. Bon oui comme tout un chacun N/nous l’avons pratiquée, mais plutôt dans des endroits isolés, sans grand risque comme dans les bois pendant des promenades ou en voiture sur des chemins de traverses. Mon Maître me dit comme Il apprécie cela et justement N/nous avons du temps libre avant N/notre rendez-vous et Il aime improviser…

Oh ! oh! d’en avoir parlé Lui donne visiblement des idées, Son regard est explicite et Il me dévisage avec insistance, les paroles ne sont plus de mise il faut passer à l’action. Prise au dépourvue je regarde de gauche, de droite, le parking me paraît désert, enfin presque. A quelques mètres de N/nous je repère une voiture avec une personne à l’intérieur qui « semble » N/nous regarder. Mon esprit tourbillonne, des impressions contradictoires se mêlent et me paralysent. Entre mon côté exhibitionniste, aventurier et ma peur d’être surprise en posture délicate, une boule se forme dans ma gorge, je déglutis avec peine. Je sais que le mieux est d’obéir sans réfléchir et de satisfaire mon Maître, me voici à la fois excitée et en alerte. Les secondes s’écoulent lentement, le temps semble immobile, j’ai conscience de la résistance de mon mental qui me dit que c’est trop risqué et de ne pas le faire.

De Son côté, parfaitement détendu mon Maître observe les alentours au travers des vitres brouillées par cette maudite pluie. L’étau se resserre, Il fait durer le suspens, en rajoute, jouant subtilement avec mes réactions, réactions qu’Il déchiffre sur mon visage…

-Ah ! oui il y a quelqu’un dans la voiture, il a l’air seul, il peut N/nous voir.

Du coup cela me libère, j’éclate de rire et je réponds :

-Il n’est peut être pas seul, une femme lui fait une fellation  et ça l’excite encore plus de N/nous savoir là.

Je me sens prête à répondre à Sa demande, ce que je m’apprête à faire quand un jogueur surgit sur le côté N/nous faisant sursauter. Pas de chance, il ralentit, s’étire, stoppe, tourne en rond sur le parking à quelques mètres de notre voiture. Malgré la pluie il continue son petit manège se rapproche encore plus près de N/nous. J’interroge mon Maître du regard, Il soupire et dit :

-Il a l’air d’apprécier la pluie et le vent, tant pis et regarde en voici d’autres qui arrivent, franchement la météo ne les décourage pas, partons.

Il a raison, de nouvelles voitures avec des familles arrivent et se garent juste à côté de N/nous, le parking se remplit peu à peu. Du coup Il démarre, me voici déçue et dépitée, je me sentais en condition mentale, prête à exécuter Ses ordres, savourant d’avance Son plaisir.

N/nous revoici sur le lieu de la manifestation, là franchement il y a du monde, je me résigne, mais surprise, mon Maître passe devant le premier parking et s’engage sur le second beaucoup plus vide, Il se gare enfin. Surprise je scrute les alentours, derrière N/nous une moyenne surface de bricolage, en face des habitations. Je repère une caméra devant le magasin de bricolage et les fenêtres des maisons qui sont autant de postes d’observation possible. Il me dit qu’Il s’en fiche, de nouveau le rythme de mon coeur s’accélère, c’est un lieu à la fois désert et habité, la seule voiture se trouvant garée à bonne distance, Il ouvre sa braguette et l’ordre tombe : maintenant suce moi …

Renonçant à m’interroger je m’empresse de me pencher vers Lui, ma bouche s’ouvre saisissant Son sexe en demi érection, ma langue s’active, caresse  Son gland comme Il aime, peu à peu je me détends oubliant les éléments extérieurs, je sais intuitivement que mon Maître gère la situation. Je me concentre sur Ses réactions, je l’avale, le lèche de haut en bas, je le sens peu à peu durcir et de le faire ainsi bander m’excite au plus haut point, je varie mes mouvements obéissant à Ses demandes : oui comme ça, là vas y, j’aime…. Mon corps réagit à son tour, je sens mon sexe en émoi, je mouille, une bulle se forme, N/nous sommes seuls sur ce parking. Et Sa main empoigne ma nuque, Son bassin se tend, Il s’enfonce au fond de ma gorge, Il prend le contrôle et baise ma bouche avec vigueur, je ne suis plus que l’objet de Son plaisir, Ses mouvements se font de plus en plus rapides. Je réponds du mieux que je peux à Ses sollicitations, la salive s’écoule aux commissures de mes lèvres, ma respiration est haletante, je suis dans un ailleurs où il n’y a plus que Lui. Sa respiration saccadée et Ses mots crus me stimulent et me réjouissent, je mesure l’étendue de Sa jouissance dans le sursaut final de Son sexe. J’ai oublié le reste, la caméra qui m’inquiétait, les regards possibles…

Autour de N/nous la vie continue, le bruit des portières me parviennent comme dans un brouillard, peu à peu N/nous revenons au monde qui N/nous entoure, N/nous N/nous réajustons, c’est l’heure de N/notre rendez-vous.

 

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here