Depuis que J’ai lancé Ma chaine Youtube, Je reçois régulièrement des messages via Mon adresse gmail. Selon les périodes cela va de un ou deux messages par semaine à une dizaine. Je M’efforce de répondre à tous ceux qui sont de bonne foi et issus du monde réel et non de fantasmes. Cela Me nourrit d’un coté et de l’autre J’offre une aide véritable ou, à tout le moins, un regard différent sur la situation qui M’est proposé pour donner Mon avis. Je pense que tout ceci nourri Mes recherches et Mes réflexions sur ce que J’étudie autant que Je le vis : les relations Maitre / esclave.

Cette semaine J’ai reçu ce message – les prénoms ont été changés afin de le rendre anonyme :

Bonjour Eros,

merci d’avoir inscrit ta boite mail pour échanger, je pense que tu dois avoir pléthore de messages.
Je suis dans le BDSM depuis un moment, j’ai récemment découvert tes vidéos sur la relation Maître/esclave…
J’ai fait la rencontre d’une sex slave, qui cherche un Maître dans le but de devenir prostituée sur le trottoir, elle a déjà eu 4 Maîtres et est en solo aujourd’hui.
Je n’ai jamais entretenu une relation de cette nature, d’autant plus en 24/7, ce n’est pas du tout dans mes habitudes, cependant, étant conscient un minimum, je me dis que l’univers me propose cette expérience que j’ai forcément demandé ou manifesté d’une manière ou d’une autre.
J’aimerais savoir si tu peux me donner un conseil fondamental quand à la relation Maître/esclave, je me suis procuré ton livre tome 1 « Engagement », car je suis persuadé que celui ci possède les fondamentaux pour ce type de relation, je précise qu’elle ne veut être uniquement sex slave et non esclave, ses besoins en sexe sont très gros…
Je te remercie de m’avoir lu, et te souhaite une excellente continuation, j’ai un entretien avec Aphrodite et Lilith 👍
Cordialement.


The man is a wolf for the man, but the wolf is an hamburger for me!

FIN DU MESSAGE

MA RÉPONSE

Bonjour Kev

merci de ton message

J’ai bien peur que cette esclave mélange un peu tout dans des fantasmes sans réalités

J’ai parlé avec des prostituées, des esclaves prostituées et des couples Maitres esclaves dont l’esclave se prostitue ou s’est prostituée, donc oui Je connais un peu le sujet (France, Suisse et Allemagne)

Dans ton propos les erreurs d’appréciation sont les suivantes, Je cite :

1 – « elle cherche un Maitre dans le but de se prostituer sur le trottoir »

2 – « je précise qu’elle ne veut être uniquement sex slave et non esclave, ses besoins en sexe sont très gros »

1 Je ne connais aucune prostituée, esclave ou pas, dont le but soit le trottoir (c’est un fantasme de mec pas très mature ou de jeune fille inconsciente)

2 la prostitution est une activité professionnelle (sex work is work) celui qui n’a pas compris ça, n’a rien compris (encore du fantasme !) Aucune prostituée le fait pour satisfaire ses besoins même énormes (du porno peut être, du club libertin dans ce cas mais sans échange commercial = professionnel). Enfin être uniquement sex slave et non esclave est un non sens. Sex slave signifie qu’elle est disponible en permanence pour faire du sexe peu importe quand, où, comment et avec qui (dans les limites du respect de l’intimité des autres personnes évidemment). Je ne vois pas comment une personne peut vivre ainsi sans être esclave, c’est un non sens. Là aussi ça sent le fantasme bien lourd d’un type qui se masturbe en pensant à ça. Une femme, même totalement asservie n’aborde pas cela de cette façon là. Mais alors pas du tout.

Bon, si Je prends ton message sous un autre angle, c’est à dire en feignant une crédibilité qu’il n’a pas à Mes yeux voici ce que J’en pense :

  • une fille qui fantasme être une pute de trottoir a besoin d’un Maitre pour la cadrer
  • cette fille veut vivre esclave sexuelle mais sans être esclave (c’est dingue mais bon, soit.)

et toi tu Me demande conseil. Bon. Soit.

Dans cet hypothèse voici Ma réponse :

1 – autant la prostitution est légale en France, Suisse et Allemagne autant en France contrairement ailleurs, soutenir l’activité d’une prostituée est illégal. Merci de se documenter sur le sujet. En France, dans une hypocrisie bien pensante inique, c’est le client qui est pénalisé (comme en Suède voir le documentaire d’Ovidie produit par Arte « le pays où les putains n’existent pas ». (attention le film est très fort – si le lien est cassé cherchez avec le titre)

2 – posséder une esclave sexuelle et lui faire faire le trottoir quelques fois est toujours possible évidemment. Dans ce cas il faut être certain de son dressage et de votre engagement. J’imagine, parce que J’ai entendu des témoignages très durs : cela n’est pas de tout repos parce que le soin nécessaire dans des circonstances difficiles ne mérite pas de faire de cette activité pour satisfaire un besoin sexuel même hors norme, les clubs libertins sont là pour ça. En d’autres mots le jeu n’en vaut pas la chandelle. Et J’écris cela d’autant plus librement que Je connais les personnes qui vont Me lire et qui sont d’accord avec Moi du fait de leur vécu.

Mon conseil :

1 – résoudre d’abord et avant tout cette ambiguité sex-slave et et pas esclave. Ceci peut se résoudre sous la forme d’un contrat qui stipule des parts de liberté en dehors de l’activité sexuelle

2 – si c’est une orientation professionnelle dont elle a besoin alors renseignez vous auprès des associations qui soutiennent le travail du sexe en France, en Suisse, Allemagne ou Pays Bas (you should be fluent english)

3 – gardez l’idée du trottoir pour ce qu’elle est : un fantasme et éclatez vous en club libertin ou au Cap d’Adge comme tout le monde ah ah. Ou bien, et c’est un peu Mon conseil si elle tient vraiment à s’afficher en pute sur le trottoir, organise un scénario où elle ignore que les clients qu’elle verra sont des personnes que tu as recruté pour mettre en scène son fantasme.
Les soirées BDSM ne sont pas des lieux de sexe à outrance ou de gang bang comme vous avez pu le constater si vous en avez fréquenté plusieurs.

Voilà, Je pense que tant Aphrodite et Lillith ont plein de chose à te dire parce que la féminité n’est pas la masculinité et ton message trahit une connaissance très approximative de la sexualité féminine (même dévorante).

Si J’utilise ton message pour en faire un post ou une vidéo, sache qu’il sera parfaitement anonyme

Je te souhaite une bonne journée et une bonne lecture de Mon guide

Retiens in fine, qu’il te faut la connaitre bien mieux que ça, pour le reste Mon livre te donne les bases.

Je te souhaite une excellente journée

EP

2 COMMENTAIRES

  1. Rendu là n’y aurait-il pas des termes plus appropriés? Visiblement, cette femme rechercherait un proxénète, un protecteur en qui les transactions seraient plus sécuritaires pour elle. Article intéressant qui me fait questionner entre les différences chez le Maître et le proxénète dans ce genre de situation. C’est assez loufoque à imaginer…

  2. La personne en photo est la mannequin Sarah Snyder, ce qui ne peut que alimenter le doute quant à la crédibilité de l’histoire qu’il raconte.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here