Eclat de rire incontrôlé, joyeux fusant de ma gorge. (une image, un rappel)

Interrogation de mon Maître qui suspend un instant Ses va et vient. Oui N/nous sommes à la fin d’une séance de sexe où mon Maître m’a « maltraitée » avec ardeur et bonheur.

Pourquoi ris-tu ?

N/nous sommes comme les coccinelles.

Les coccinelles ?

Oui, V/vous savez quand elles s’accouplent comme des folles, sans retenues.

Ah ! ça et bien jouons aux coccinelles, petite impertinente.

Il faut dire qu’Il me prenait en levrette, Il se repositionne, Ses mouvements sont précis, profonds, répétés, en cadence et sonores. Et là j’adore être une « coccinelle » ne pouvant échapper à Ses assauts virils. Me tenant fermement par les hanches Il accentue la cadence, m’emportant loin dans cette danse sensuelle et sexuelle. Une belle façon de terminer N/nos ébats, ce qui m’a inspiré ce texte.

i23a9535-copie-1Promenade.

L’après midi s’étire

Dans l’infini du ciel d’azur

Au coeur d’une clairière

Une souche moussue

Sert d’écrin à deux rouges coccinelles

L’astre joue à cache cache avec les arbres

La lumière filtrant au travers de leurs frondaisons

Eclaire la scène de leurs folles étreintes

Sans pudeur, indifférentes à N/notre présence

Elles s’accouplent frénétiques

Elles N/nous disent l’été

L’éternelle renaissance  qui pulse en N/nous

Triomphantes et joyeuses

Elles N/nous racontent l’histoire simple de ce que N/nous sommes

Elles N/nous rappellent N/notre vérité et N/notre humanité

Un rideau d’ombre s’abaisse, s’étendant peu à peu

L’après midi s’éclipse sur la pointe des pieds

Laissant place aux doux murmures crépusculaires

Rentrons Maître et soumettez moi à Vos désirs

Je serai coccinelle sous Votre emprise

Je serai sans pudeur, sans tabou pour Vous plaire.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here