Après une période difficile et délicate il était temps de se retrouver Maître et soumise.

Suite aux événements relatés dans mon précédent article le mode vanille avait envahi peu à peu presque tout N/notre espace, la saveur en était fade, sans goût. Au fond N/nous ne N/nous reconnaissions plus vraiment dans ce mode léthargique.

Un midi mon Maître a pris les choses en main. Quelques jours auparavant Il m’avait ordonné de prendre soin de mon aspect, de paraître désirable, d’être prête pour Lui, de faire en sorte de l’exciter comme Il aime que je le fasse. Cela m’avait remis sur le bon chemin, je retrouvais ma place et mes habitudes, tout cela me paraissant naturel, dans l’ordre des choses.

Ensuite Il avait décidé de refaire des séances photos, avec certains scénari qu’Il avait en tête, je devais y réfléchir…

Me voici donc un midi apprêtée et disponible selon Son désir , c’est à dire portant pour tout vêtement qu’une robe très légère, ce qu’Il ne manque pas d’apprécier dés Son retour. Il me félicite, vérifie que je suis bien nue dessous, glissant Sa main sur mon intimité. Satisfait Il sourit, le repas se passe tranquillement à discuter des affaires courantes.

Avant de prendre Son café Il décide de tester ma capacité à accepter et à obéir, passant derrière moi Il me plaque contre Lui et me pince les seins. Oh… la douleur se fait sentir vite et fort, je n’apprécie pas, je tente de me dérober. Il constate ce fait, alors ! on résiste… c’est moi qui décide. Inutile de te débattre. C’est une drôle d’impression, comme un retour en arrière, mon corps ne réagit plus pareil, il se rebiffe et n’accueille plus les attentions de mon Maître avec plaisir. Il me faut un petit temps pour me replonger en moi, pour me détendre et lâcher prise. Peu à peu les sensations plaisantes reviennent et s’intensifient. Mon Maître continue, Il pince, malaxe, triture, étire ma peau en différents endroits, puis Il me pousse en avant et commence à me fesser des deux mains. L’ordre tombe : à quatre pattes !

??? Je n’obtempère pas immédiatement, Il répète Son ordre plus fort, en appuyant sur ma nuque d’une main et me claquant fort les fesses de l’autre. A quatre pattes, je te veux à quatre pattes, vite.

Cette fois j’obéis et j’entends : non pas sur les genoux, les mains et sur les pieds, jambes écartées, le cul en l’air. Position pour le moins inconfortable et fort indécente. Là Il s’en donne à cœur joie, mes fesses chauffent comme elles n’avaient pas chauffé depuis longtemps, alors on a plus l’habitude… car bien sûr je me dandine plus que de raison.

Retourne toi et suce moi, tu me donnes envie. Je m’exécutes au mieux engloutissant Son sexe, caressant Son gland du bout de la langue, jouant comme Il aime jusqu’au moment où Il interrompt mes jeux en s’enfonçant au fond de ma gorge. Je sais que je dois rester bouche ouverte et immobile Le laissant agir à Sa guise, m’utilisant pour Son plaisir.

Maintenant je vais te prendre dehors dans le jardin. Ma part exhibitionniste s’en délecte d’avance, mais ma peur d’être surpris par les voisins modère mon enthousiasme, je Le suis donc, N/nous voici en plein air, Il me positionne en appui contre un arbre en ayant jeté un regard circulaire aux alentours afin de s’assurer que N/nous n’étions pas visibles. Je ne tarde pas à Le sentir entrer en moi vigoureusement. Il me dit comme Il aime me prendre en extérieur, de sentir la chaleur du soleil sur Sa peau, de ne pas crier quand Il me pinçait les voisins étant peut être dehors… Et Il me pilonne fort, je me sens totalement prise, bien, enfin détendue.

M’enjoignant de me retourner Il enfourne de nouveau Son sexe dans ma bouche pour éjaculer, là j’avoue que surprise mon premier réflexe n’a pas été d’avaler mais de recracher… un faute me direz-V/vous, oui sûrement mais Il s’est montré très conciliant pour cette fois qui était une remise à niveau, une reprise en douceur de N/nos habitudes. Une séance courte mais intense marquant N/nos retrouvailles avec N/nous Mêmes, une séance qui m’a personnellement apaisée, heureuse de sentir que le mode D/s reprenait le dessus sur le mode vanille.

 

 

2 COMMENTAIRES

  1. Rassurée de voir que ces « poses » du D/s, peuvent n’être que temporaire, et que rien ne s’éteint vraiment…Et surtout qu’elles peuvent intervenir dans tout couple D/s… Je me reconnais beaucoup à travers V/votre parcours avec V/votre Maitre.
    V/vos début notamment, N/nous avons N/nous même eu ce cheminement parfois difficile avant de N/nous trouver, et trouver N/notre rythme, qui est encore un petit peu chamboulé par les aléas du quotidien….
    Merci pour vos écrits toujours aussi qualitatifs!

  2. Bonjour Lucy, merci pour ce commentaire, il est vrai que dans un couple D/s qui se construit à partir d’un couple vanille il y a des hauts et des bas, avec des moments d’incertitudes où le fonctionnement initial reprend « le dessus » car il est confortable de retourner vers le connu. La relation D/s demande un travail continu et conscient, un effort, une honnêteté par rapport à ce qui N/nous convient, le Maître comme la soumise se doivent de conserver la même trajectoire. Je pense que c’est un bon sujet à traiter et je vais m’y pencher.
    Bonne journée à V/vous.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here