Je ne cesse de la constater, mon esclave ne peut se retenir de tomber dans le piège de l’internet-télévision…. 

C’est à dire d’user de l’internet comme de la télévision pour y rester des heures, oui, des 1/4 d’heures qui s’accumulent font des heures comme des heures qui s’accumulent font des jours..
Oui facebook est conçu pour cela et c’est bien ce qui fait sa valorisation financière : coller ses utilisateurs et rendre leur cerveau disponible aux messages publicitaires…

Evidemment, c’est une merveilleuse chose que facebook, comme la télévision par ailleurs en son temps…. Les arguments en faveur d’un usage raisonné (ah ah ah…) sont pertinents, comme le sont ceux des « mangerbouger.fr »… Et non il n’y aura pas de publicité sur ce blog 😉

Bref, samedi matin dernier je suis rejoins au petit déjeuner par mon esclave, souriante, qui me fait sourire… Au détour d’une phrase elle déclare : c’est dommage que nous nous soyons fait cambriolés cette nuit… Ah bon ? – Oui, ils n’ont emporté que mon ordinateur… Sourires…

elle sait très bien que je l’ai mis sous clef et qu’elle ne l’aura pas de si tôt…

elle sait très bien que cette restriction de liberté est une bonne chose : elle est plus présente dans la réalité et les choses avancent comme il faut…

Dimanche matin, je lui ai rendu… Oh pas longtemps, au détour d’une absence devant la machine, je lui ai repris.

elle a explosé de colère alors que je m’activais déjà depuis plus d’une heure….

Saine, sa colère… elle est montée dans la chambre avec cette réflexion qu’aurait pu faire notre enfant : puisque c’est comme ça je ne ferais rien de ma matinée… Je l’ai laissé monté, et j’avais de toute façon mieux à faire que de lui dire quoique ce soit…

Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas fait une telle colère…

Puis lorsque j’en ai eu le temps, presqu’une heure plus tard je suis monté la voir… Allongée sur le lit elle lit… Je m’assoie à coté d’elle et calmement je lui rappelle qu’elle est mon esclave…. Oui quelques fois être une esclave est très inconfortable mais c’est ainsi, il faut le prendre comme telle… je lui ordonne de ses réciter, elle minaude et cache son visage dans les draps… Je me lève et la laisse seule apprécier pleinement sa nature…

Moins de dix minutes plus elle descend de la chambre, habillée comme il se doit (jupe etc, jolie comme tout) et prête à s’activer…

Un peu plus tard, dans la cuisine, je la tient par son collier et lui ordonne de se réciter…
elle minaude un peu, je souris, répète mon ordre, elle se récite… A la troisième fois je lui permet de s’arrêter, J’ai bien entendu au son de sa voix combien elle s’intègre dans le calme de sa nature d’esclave…

Je l’embrasse et la fait retourner à son emploi du temps tandis que je me met à préparer le repas de midi…

Une esclave n’a aucune liberté à part celles octroyées par le Maitre.

 

www.vivresm.com

4 COMMENTAIRES

  1. Un petit commentaire pour assouvir ma curiosité… En revenant sur la toile j’ai relu une bonne partie de votre blog ainsi que celui de Clochette mais là je sèche un peu… Et cela fait déjà plusieurs fois que je me dis qu’il faudra que je vous le demande… Que Clochette se récite t-elle ?

  2. Ah… J’ai consacré un chapitre de mon livre à la récitation… J’en ferais quand même un post… Cela présente tellement d’avantages… Au premier rang desquels lui permettre de se recentrée rapidement et calmement.
    Sa récitation la voici :
    « je suis l’esclave de SENSEI, je lui appartient totalement, j’accepte, j’obéis, je remercie »

    Récité en boucle jusqu’à ce que je lui dise : c’est bien ma clochette et qu’elle me réponde : Merci Sensei.

  3. Bonjour, Monsieur,

    Cet article me fait sourire, car j’ai déjà été restreinte au niveau de l’internet (enfin pour les sites BDSM). Je n’y avais le droit que quelques heures le soir, donc je peux comprendre que cette restriction fut pénible pour votre esclave, pire qu’une punition au fouet. LOOOL

    L’internet, c’est un cercle assez vicieux qui (bien souvent) nous fait perdre un temps fou à naviguer sur n’importe quoi, nous empêchant d’accomplir le plus important.

    Lilli, esclave de Maître Phsm

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here