Il est facile de comprendre que la confiance de l’esclave envers son Maitre ou sa Maitresse est certainement la qualité la plus importante du lien consenti.

Il est cependant intéressant de réfléchir à la confiance du Maitre ou de la Maitresse envers son esclave.

Il est dit quelques fois en psychologie que la volonté de contrôle des autres (son entourage familial et/ou professionnel par exemple) est issue d’un manque de confiance envers ces personnes. Cette volonté de contrôle est source de stress pour la personne qui la ressent. Évidemment hormis les personnes consentantes, personne n’aime être contrôlé.

Une telle situation ne s’applique pas à la volonté de contrôle du Maitre et de la Maitresse pour les raisons suivantes :
– ce n’est pas une volonté c’est une réalité : le Maitre ou la Maitresse contrôle l’esclave

– l’esclave est consentant(e) et trouve sa paix et son bonheur de vivre dans le contrôle exercé par son Dominant, c’est bien plutôt l’absence ou le relâchement du contrôle qui est source de stress

– La confiance que témoigne et ressent le Maitre ou la Maitresse envers son esclave est de celle qui ne doute jamais, elle est aussi forte, profonde et puissante que la confiance que lui porte l’esclave.

– la confiance du Maitre ou de la Maitresse envers son esclave est différente de la confiance qui donne l’autonomie à l’autre dans une relation traditionnelle (fais ce que tu veux j’ai confiance). Cette différence est à noter : le Maitre ou la Maitresse dresse son esclave avec toute sa confiance qui se traduit en règle, exigences, attitudes, comportements, service et obéissance.

Il est clair que l’esclave une fois dressé(e) est la personne en qui le Maitre ou la Maitresse a le plus confiance au monde.

Enfin, comme par induction, cette confiance partagée donne tout autant confiance en soi, pour l’Un comme pour l’autre.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here