Ce qu’il y a de bien avec les relations humaines c’est que, contrairement aux histoires d’amour qui finissent mal en général, elles contiennent en elles même la solution à leurs problèmes…

Prenons un premier cas :

ELLE

Elle a bientôt 40 ans, dans pas longtemps… Elle a des gosses qui même sans être adultes sont assez grands pour se débrouiller et un divorce ou une séparation d’avec le papa ne serait pas forcément un drame… Lui, le papa, est plutôt mou, gentil, oui, mais un peu mou, toujours d’accord avec elle, il fait bien quelques suggestions de temps en temps mais bon, il préfère rester tranquille dans son coin de boulot, de bricolage avec les enfants et de conduire la voiture pendant les vacances…

Elle, elle fait tourner la maison, et depuis un moment d’ailleurs, l’aménagement intérieur, le linge, les gosses, l’école, le sport des gosses, et comme en plus elle travaille c’est clair que c’est elle qui dirige tout ça parce qu’il faut que ce soit tenu propre et c’est comme ça que ça avance…
Sauf que non seulement elle s’épuise un peu, mais bon, non, c’est surtout qu’elle en a marre… Elle va avoir bientôt quarante, pas trop de lumière au bout du chemin et quand elle se maquille elle voit ses premières rides en faisant la grimace. Elle pense à la suite… Ok, la suite, les gosses plus grands, leurs aménagements pour la fac, les vacances, les amis oui et alors ?

Et alors vive le web ! Au détour d’un tchat, d’une conversation, d’une lecture, elle a déjà rêvé… Elle a même vibrée de se sentir soumise… Quelle transgression : soumise, elle, qui voit bien avec une vraie fierté, comment du soir au matin et avec quelle maestria elle mène son petit monde sans encombre ni trop d’accrochage finalement, elle, s’imagine soumise…

Cette idée, ce rêve de se sentir à genoux, cette transgression, la fait mouiller grave… Il y avait longtemps que cela ne lui était pas arrivé… Avec toute cette excitation, reviennent les souvenirs de sa jeunesse et des bons coups d’il n’y a pas si longtemps, se dit elle pour ne pas se sentir trop vieille déjà…. Elle s’imagine, mieux, elle se voit, aux pieds d’un Maitre…

Soudain, tout devient prétexte à sous entendu dans son esprit dévoré par le feu de ses visions, de ses lectures, de ses conversations et de son entrejambe…Et forcement elle dévore 50 nuances de grey, qu’elle trouve bof mais quand même… Sans rien en dire de bien autour d’elle, elle va lire les trois tomes qu’elle jugera de peu d’intérêt mais quand même tellement de gens l’on lu, elle minaude : il faut bien savoir pourquoi…

LUI

Lui de son coté n’en peut plus de ronronner à la maison… En fait le meilleur moyen d’avoir la paix il l’a découvert il y a plus de dix ans : ne pas la contrarier… Etre heureux (signifiant ne pas faire la gueule), la féliciter mais surtout, surtout : ne pas la contrarier…

Alors oui, il est un peu mou à la maison, toujours d’accord ou alors sur des points de détails, ils s’attraperont et il cèdera avec un sourire… Les enfants grandissent bien et puis voilà, au travail il y a gros de décision à prendre alors c’est bien d’avoir la paix à la maison…

Ah c’est clair qu’il n’est pas le prince charmant, d’ailleurs tout le monde sait qu’il n’existe pas… Mais bon, quand il regarde devant, rien de bien folichon… Toujours céder pour ne pas la contrarier parce que sinon ça met un bordel énorme dans la maison. Quand il n’est pas d’accord on dirait qu’elle va décrocher les plafonds pour les lui jeter au visage, oui c’est vrai, heureusement ça fait longtemps que cela ne s’est pas produit… Alors tout va bien, à peu près…

Jusqu’au jour où, dans son travail, lui apparait une ingénieur d’un cabinet extérieur en mission. Ils ont à peu près le même âge, elle se montre particulièrement douée… Le dossier est délicat, elle comprend vite, est toujours d’accord avec lui. Le travail est intense, alors ils en parlent souvent tard le soir avec skype… Et un jour, un soir justement, elle déclare dans un éclat de rire « oh, moi de toute façon, je suis soumise… »

Il répond une blague, elle le saisit au bond : « mais vous êtes un peu dominant quand même… quand je vois comment vous faites avancer le dossier…. Il esquive : ha bon ça vous gène un peu, vous me trouvez trop directif ? Elle insiste : oh non c’est parfait, j’aime beaucoup…Il rit, il a enfin compris qu’elle répondait en privé et non plus professionnel. Il bafouille un piteux « c’est le résultat qui compte, rit un peu peu puis achève la conversation par un il est tard, je vias me coucher… Elle écrit bonne nuit, il ferme son ordinateur et ça lui reste « moi de toute façon je suis soumise »… Et quand il y pense ça l’excite…

Quand ils se rencontreront, la sauce montera…

« toi ma soumise, Vous mon Maitre… »

Non elle et lui ne se connaissent pas…

Oui c’est vrai, l’ironie de l’histoire c’est qu’ils pourraient être mari et femme dans la vie mais non…

Ils vivent très éloignés l’un de l’autre et ne se connaissent pas avant de se rencontrer dans leur milieu professionnel : elle soumise, lui dominant…

VRAIMENT ?

Qu’en dites vous ?

Vous voulez la suite ?

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here