Le sondage en bas de page mené depuis des mois montre une nette préférence pour le dressage d’esclaves amateurs. Oui, à n’en point douter, les amateurs offrent un surcroit de réel qui semble faire défaut aux professionnelles. N/nous pouvons douter de leur sincérité, à priori…

Cela dit les professionnelles dans les films que Je commente ne sont pas tombées du ciel 🙂 Parmi celles çi, nombreuses sont des stars… madison young, claire adams, sybil hawthorne, cherry torn, toy… Toutes esclaves accomplies et pour certaines (madison young, sibyl ou sasha grey par exemple, des femmes d’esprit libertaire, chefs d’entreprises et socialement comme financierement remarquablement « independantes »)…

Aujourd’hui alors que internet a permis à la communauté bdsm D/s de se reconnaitre et de s’étendre, les esclaves accomplies peuvent se montrer telles qu’elles sont jusqu’à en faire une activité professionnelle… Oui, celles que J’ai cité, à part peut être madison young, à Ma connaissance, sont la propriété de Maitre ou de Maitresse.

Ne N/nous leurrons pas, le porn est un vaste marché et c’est tant mieux. Malgré les hypocrisies fallacieuses des tartuffes aux idées courtes, la pornographie, le marché du sexe comme on dit, n’a pas à être interdit…. En toute choses il y a du pire et du meilleur. A ce titre il est bon de voir la vie comme une école du discernement, du respect, de la création de soi dans le monde. Bref…

Les filles qui décident d’en faire leur activité principale, si elles sont intéressées par le sm et la soumission ont tout intérêt à entrer dans la profession sous la responsabilité d’un Maitre.

Les cas sont nombreux où certaines scènes déclenchent, pour N/notre grand plaisir, des torrents d’émotions dans la psyché du modèle. Et rares sont les professionnels, sur les plateaux de tournage, qui sont à même de soutenir la fille dans ces cas là. Ils pensent souvent avoir mieux à faire : tourner le film et basta. Les actrices, modèles ou esclaves sont nombreuses : l’une chasse l’autre dans les plannings de production.
Dans le milieu bdsm, les filles sont souvent des esclaves sous la responsabilité du Maitre qui veille à l’entretenir et / ou la faire progresser.

Si elle ne sont pas asservies, elles témoignent souvent de ce besoin d’appartenir, d’être protégée, entretenue et accompagnées dans leur maturité.

Bien entendu, le besoin d’appartenir ne doit pas faire oublier les plus élémentaires rêgles de prudence. Comme J’ai pu le confier ici dans une réponse à un commentaire : dans N/notre univers il est clairement préférable d’être seule que mal accompagné. Et ce, quitte à Me répeter, compte tenu de l’étendue des pouvoirs dont dispose le Maitre sur son esclave, Il importe qu’Il en use dans le meilleur état d’esprit.

Peux t’on dire pour autant que l’esclave devient professionnelle au moment où elle passe devant la caméra d’une production commerciale ? Mon sens de la nuance Me permet juste d’affirmer que ce n’est pas certain.

L’attrait des amateurs est bien de N/nous accrocher en s’appuyant sur l’idée fantasmatique que N/notre voisine de palier aime être martyrisée, servir son Maitre et lui obéir.

L’attrait des professionnelles réside souvent dans la qualité de la production (lumières, scénari, décors, costumes, maquillage, accessoires…). L’endurance, la qualité de service ne peut pas être un critère dans la mesure où des amateurs matures peuvent tout à fait rivaliser avec les pros.

L’essor de l’internet et de la video sur le web a definitvement dissout la frontière entre esclaves pro et esclaves amateurs selon Moi. Le témoignage des modèles de insex en sont une preuve, les esclaves de passage dans des sites de grandes audiences (breast in pain, paintoy, genuine, costello, torture galaxy ou elite pain…) participent aussi à l’effecement de cette distinction.

L’explosion du marché de la video porn en une myriades de niches spécifiques à contribuer à la qualité de l’offre comme à l’extension des opportunités professionnelles.
Dès lors, des esclaves matures, jeunes et moins jeunes, peu importe, sont à même de faire carrière plus ou moins longtemps dans la représentation de N/nos pratiques et modes de vie…

Il en est ainsi de red hibisca, qui comme christineou angeliquenous vient d’allemagne…

Alors oui, J’en parlais avec Mon esclave; il y a peu, J’aime bien les esclaves endurantes et pas trop minces… red hibisca est apparue il y a à peu près trois ans. Son nom lui vient d’un beau tatouage qu’elle porte au bas des reins et qu’elle a fait affiner sur son épaule….

J’ai trouvé deux films sur le web de cette belle esclaves… SI J’ai décidé de V/vous faire partager ces films c’est simplement parce que red hibisca fait l’objet d’une séane remarquable dans chacun d’eux.

Le Maitre qui la dresse fait preuve d’un sens du rythme absolument remarquable. Observez comment Il l’a prend en main avec la belle assurance du Maitre. Oui, Je regrette, si Je parlais aussi bien allemand qu’anglais, Je pourrais vous en dire plus sur ce qui se dit. Le Maitre est accompagnée d’une autre esclave, très belle et très enceinte qui est sans doute son esclave attitrée. N/nous pouvons la voir dans l’autre film que Je prévois de vous faire partager.

La complicité, les sourires de redhib1sca sont de pures merveilles. elle pousse des petits cris trop mignons lorsque le Maitre s’empare de la cravache pour la frapper doucement sous ses seins magnifiques.

Alors que son esclave fait l’assistante Il pose des pinces aux lêvres de red comme sur les seins afin de la faire gémir dans son baillon. elle a les seins lourds et mous d’une esclave terriblement bien entretenue.

Il appelle un de ses potes pour blaguer devant elle. Il la canne pour a faire crier baillonnée. elle a une petite frimousse des plus mignonne lorsqu’elle couine sous les coups bien ajustés.

Le deuxième Maitre lui fixe le bout des seins autour du cou avec une chaine avant de les enserrer avec. Puis dans un mouvement naturel Il passe la chaine entre ses cuisses pour la fixer dans son dos. Des coups de canne lui sont alors offert.

Comme à chaque fois, le fait d’enlever les pinces est le moment le plus intense. Les deux Maitres se font des politesses afin de décider qui la fera crier en premier puisqu’Ils lui ont oté son baillon.

Dans le grand plaisir sadique qu’Ils s’octroient, Ils ne peuvent s’empêcher de lui presser les seins alors qu’elle sourit. Les sensations se bousculent sur son visage dans un intense bouquet de sensations d’une grande beauté…

Un petit film d’une trentaine de minute comme un spectacle de grande qualité…

Le jour où N/nous pourrons disposer de telles scènes dans les clubs Français, faites Moi signe, J’ai plein d’idées 😉

www.vivresm.com

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here