Le BDSM a cela de magnifique qu’il permet à chaque personne de le vivre comme il l’entend. A l’origine, quelque part dans l’histoire du BDSM une soumise ou un soumis a avoué à son Maitre ou sa Maitresse à la sortie d’une soirée en club qu’il ou elle souhaitait que la Domination et la soumission se poursuivent à l’extérieur du club dans la vie quotidienne partout et tout le temps. Ainsi sont nées les relations D/s puis, ou peut être même simultanément, selon le degré d’engagement, les relations Maitre esclave.

Comme dans toute activité humaine, particulièrement relationnelle, tout est question de degré et de vision. Celui qui fait du bateau le week-end avec ses amis pour le plaisir de naviguer vivra la mer de manière différente de celui qui fait le tour du monde en solitaire. Cette évidence concerne pareillement ceux et celles qui s’adonnent au bdsm par jeu et par plaisir de ceux et celles qui en font un mode de vie adossé à un sens de l’engagement envers soi et envers l’autre qui ne cesse de se déployer au fil de la relation partout et tout le temps.

C’est ce sens de l’engagement, de responsabilité et d’intégrité qui caractérise un Maitre investi dans une relation D/s permanente ou une relation Maitre esclave. Ceci ne se trouve ni sur internet ni au détour d’une soirée particulièrement bien organisée. De la même façon que l’on ne peut pas apprendre le sexe en regardant du porno personne n’a jamais appris à conduire en regardant l’émission Automoto à la télé. Pour vivre il est nécessaire de s’investir dans le réel, apprendre, pratiquer, en un mot : s’engager.

Le sens de l’engagement et des responsabilités fait partie des multiples aspects de soi dans le monde, envers soi et envers les autres. Si ces notions, qui peuvent devenir des valeurs, les vôtres, qui peuvent aussi tracer le chemin d’une vie, vous interpellent alors vous les remarquerez dans votre vie autant qu’en vous même. Vous les chérirez en vous-même et n’aurez qu’un désir : les développer afin de mieux les ressentir pour en jouir du mieux que vous pouvez et en faire profiter votre partenaire et les gens qui vous entourent.

Pouvoir contrôler un ou une esclave en permanence, atteindre un niveau d’intimité qui vous permet de vous savoir servi et obéi en toute circonstance est un chemin de connaissance de soi, de développement personnel. Que ce développement soit empirique ou structuré importe peu, l’essentiel est de vous savoir, de vous ressentir en mouvement, en création de vous-même comme de la relation. L’esclave sert le Maitre, le Maitre sert la relation.

Avant de connaitre l’autre, il est semble donc, en tant que Maitre ou Maitresse, important d’entamer ou de constater un mouvement personnel et intime de découverte de soi. Avec rigueur et opiniâtreté, avec joie de vivre et fantaisie, qu’importe : il faut s’observer soi pour mieux se connaitre, se libérer du jugement qui étiquette tout et rend tout statique et immobile autour du « moi-je ». Ne crains pas d’avancer lentement, crains seulement de t’arrêter dit le Tao.

Se rendre meilleur est un pré requis pour les Maitres. Comment prétendre rendre meilleur l’esclave si vous-même ne faites rien pour vous améliorer ? Avec quelle sensibilité, avec quels outils pourrez-vous mesurer ses progrès si cela ne résonne pas déjà en vous ?
Il en est de même de la discipline, comment imposer une discipline (avec la vision de la relation qui va avec) si vous ne faites pas preuve au quotidien d’autodiscipline et de constance ?

Évidemment la vie est pleine de difficultés, tout le monde l’a remarqué. Toutes les formes de vie sur la planète font face aux difficultés. De l’arbre qui pousse à flanc de falaise aux oiseaux qui migrent sur des milliers de kilomètres deux fois par an en passant par les crabes obligés de se cacher quand ils muent, chacun a toujours sa part de difficultés. Nous ne sommes pas épargnés malgré notre niveau de confort apparent.

Dans toutes relations humaines il y a des difficultés. Croire pouvoir bâtir une relation harmonieuse avec l’être engagé est une chose, faire durer cette relation durant des années en maintenant le plus haut niveau de plaisir et d’échange personnel en est une autre. Croire que les difficultés proviennent de l’autre ou de la relation sans se poser les questions primordiales – que fais je ? qu’est ce que je ressens vraiment ? – est un leurre, une façon de fuir ses responsabilités.

Une relation D/s ou une relation Maitre esclave ne peut pas accepter le mensonge à commencer le mensonge à soi-même. D’où l’idée de traquer en soi les mensonges que nous nous faisons à l’égard de nous même ou sous forme de projection à l’égard de l’autre et des autres. Quiconque s’intéresse à ce qui se passe en lui sans tomber dans le « moi-je » constatera que c’est un chemin qui nous ramène toujours au présent, ici et maintenant. Tant mieux c’est là que les relations se font ou se défont : toujours dans le présent.

Ceci amène à percevoir ce que nous nommons notre conscience. J’aime ce raccourci : posséder un ou une esclave consentante est une affaire de conscience (de soi, de l’autre, du partage et de ce que N/nous en faisons ensemble).

Bien évidemment toutes les règles du BDSM s’appliquent dans les premiers temps de la relation. Elles s’emboitent parfaitement dans les valeurs d’honnêteté, de responsabilité et de connaissance de soi.

Le Maitre ou la Maitresse d’un ou d’une esclave consentante voit plus loin à partir de soi et du présent de la relation. C’est sa vision, ce qu’il voit et sait de lui ou d’elle qui se manifeste dans la relation. Avec toujours plus de conscience mise en œuvre dans le présent de la relation la confiance s’accroit comme mécaniquement.

Vivre au présent n’est pas ignorer l’avenir mais le percevoir maintenant. Préparer un stage de dressage intense se fait dans le présent, imaginer, rêver, organiser, créer c’est ici et maintenant. Corriger, améliorer, punir, récompenser, accompagner, éduquer, s’émerveiller sont toutes des actions qui manifestent la conscience de ce que nous avons choisi de vivre.

En trois mots : être heureux ensemble.

Eros Power – Propriétaire d’esclave lina.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

9 + 4 =