Bonjour, Cela fait 4 ans que je suis dans le monde BDSM et j’ai vécu plusieurs relations D/s. Cela fait 8 mois que je suis l’entière propriété de mon Maître dans tous les aspects de ma vie.

Esclave novice, IL me dresse pour devenir l’esclave mature dont IL a besoin pour SON plaisir. Maître m’a également éduqué à transmettre et à partager mon vécu avec les autres soumis(es)/esclaves pour les aider.

C’est pour cela que je viens vers vous.

Premièrement, je vous conseille un travail sur vous même à l’aide de quelques questions :

– Comment vous est venue l’envie d’entrer dans ce monde ?
– Qu’attendez vous réellement d’une relation D/s ?

Une relation D/s est basé sur un certain nombre de concept primordiaux. Déjà, la confiance absolue réciproque. Pour cela, il est important durant les premiers temps de la relation d’avoir l’autorisation de questionner votre Maître sur les sujets que vous souhaitez. Sur sa vie personnelle, sur sa vision des choses, etc. Attention, cela ne signifie pas de la curiosité. Si votre Maître prévoit une séance et que vous en demandez le contenu, cela est de la curiosité et cela ne correspond plus à votre nature. Vous devez juste obéir et accepter.

Le deuxième concept important est lié au consentement et à l’engagement. Quand vous avez donné votre consentement et que celui ci a été accepté par votre Maître, cela vous engage tous deux à un certain nombre de choses.

Vous vous engagez d’abord, comme Lui à un respect et une honnêteté sans failles. Les limites fixées lors du consentement doivent être respectées. Dès lors que cela entre dans vos limites, si votre Maître vous impose quelque chose que vous ne souhaitez pas, vous devez obéir.

Mais il est important également de réfléchir. Pourquoi Vous n’en avez pas envie ? Est ce de la peur ? Souvent, les comportements sont liés à notre peur et cela n’aide pas à avancer. Plus on a peur de quelque chose, plus inconsciemment notre comportement fait en sorte que cela arrive. S’il est si important de se pencher sur les émotions ressenties, c’est que dans notre vie, nous sommes souvent face à des situations.

Rejeter nos émotions et nier le présent, c’est reproduire les mêmes situations.

Un exemple tout simple, prenons la peur d’être abandonnée. Souvent, elle est liée à un événement du passé où l’on s’est sentie abandonnée, à juste titre ou non. Il faut se méfier de ses impressions. Un jour, votre Maître vous demande vos codes de boite mail par exemple et vous refusez. Parce que cela signifie donner un grand contrôle à votre Maître et vous avez peur parce que si ça s’arrête vous avez peur d’en être encore plus triste.

Comment le Maître se trouve face à ce refus ? Il peut le ressentir comme un manque de confiance. Et si le Maître accepte ce refus, vous serez face à d’autres situations similaires. A force, le Maître pourra décider d’arrêter la relation parce que vous refusez de vous abandonner.

Que ressentirez-vous à cet instant ? Votre émotion première sera de refuser votre responsabilité et de dire que vous aviez raison de ne pas vous être donné plus puisqu’Il a arrêté. Mais au fond vous allez ressentir des regrets parce que vous ne l’aurez pas vécu à fond. Nous sommes dans un cas ou ce qui vous a fait le plus peur est arrivé parce que vous l’avez provoqué.

Enfin, le dernier concept le plus important est la responsabilité. Le Maître est responsable de vous sur divers aspects, comme convenu au départ entre V/vous, tout comme vous êtes responsables de vous même et de l’honnêteté vis à vis de vous même.

Ce qui ressort dans mes conseils, c’est surtout de se méfier de soi-même. Il est important de travailler sur un certain nombre de choses : ego, lâcher-prise, peur, humilité, …

338etresoimemesm*

Un autre conseil important que je pourrais vous donner est de garder contact avec vos amis. Il faut avoir au moins une personne à qui vous pouvez parler en toute liberté.

De plus en cas de doute sur votre situation cette personne pourra vous éclairer. L’isolement peut être néfaste dans une relation aussi intense.

Si vous avez un doute sur une pratique ou une façon de faire, il ne faut pas hésiter à en parler.

Voilà, en soi, vivez votre relation comme vous devez vivre votre vie.

A fond, dans le présent de sorte de ne rien regretter par la suite. Tout en restant attentif à ce que vous vivez.

Gardez en tête qu’une communication est indispensable entre V/vous et que vous devez pouvoir vous exprimer, soit à l’oral, soit via un carnet, que le Maître doit pouvoir lire selon Son souhait.

En espérant que ceci vous aura aidé, je vous souhaite une agréable journée.

esclave lina

7 COMMENTAIRES

  1. Bonjour esclavelina
    Je suis ravie de votre bonheur et je vous le souhaite encore longtemps.
    J’ai lu votre poste qui a eu pour moi une autre révélation par rapport à N/nos problèmes. Cette peur d’être abandonnée, c’est accentuée depuis la relation, mes sentiments pour mon Maître (et mariDepuis 26ans)ont redoublé. Lors d’une question que j’avais posé sur un site était sur la peur que cette relation brise notre couple. C’est ce qui a failli ce passer. Sur le coup je n’ai pas compris. Je me suis sentie seule. Heureusement j’ai pu constaté que je ne l’étais pas. J’ai pu voir que de nombreuses personnes étaient là pour m’épauler, et m’aider. Je ne les remercierai jamais assez. Je ne peux expliquer tout ce qui s’est passé, ce serait trop long. Ce que je retiens de cet échec oui j’ai eu une réaction impulsive c’était ma seule erreur, tout ce que vous dites sur la confiance et le reste. Tout était la. Mais mon Maître au final ne se livrait pas. Il gardait ses problèmes, ne les partageait avec personne alors que je pensais tout le contraire. Et la tout s’est écroulé.
    N/nous avons repris N/notre route, sur la pointe des pieds. On cherche des réponse des que nous avons des soucis. Mais ma confiance s’est fissuré. Est ce que le temps finira par penser mes plaies?
    N/nous avons partagé notre échec. je lui ai donné une confiance totale, je me suis ouverte entièrement à lui. J’étais un livre ouvert. Lui au final pas du tout. Alors pourquoi j’ai l’impression que je ne suis pas en cause dans cet échec? Mais pourquoi je m’en sens responsable ?
    Au plaisir de vous lire
    Sarah-Lee

    • Bonsoir Sarah-Lee,

      Tout d’abord je vous remercie de votre commentaire et de partager votre expérience. Le sentiment de peur est très commun chez beaucoup de personnes. Néanmoins lâcher prise sur celle si est le meilleur moyen d’avancer. En effet, plus la peur de quelque chose est importante, plus, consciemment ou nos, nous agissons pour qu’elle arrive. « sur la peur que cette relation brise notre couple. C’est ce qui a failli ce passer. »
Exemple

      Mais ce sentiment est lié au changement radical d’une situation, de quitter votre routine et d’aller explorer autre chose. Assumer ses envies D/s avec le conjoint c’est aussi prendre le risque que cela ne plaise pas et de le perdre. Commencer une relation aussi différente c’est prendre le risque que cela ne plaise pas et que cela s’arrête.

      Aimer et vivre, c’est prendre des risques. Mais en même temps, commencer cette relation c’est aussi être réellement connectée à ce que vous êtes, à ce que vous désirez. L’honnêteté envers soi même est selon moi le meilleur choix de vie possible.

      La notion d’échec apparaît à deux reprises dans votre commentaire et cela me dérange. Quelle que soit votre expérience, elle n’a pas à être ressentie comme bonne ou mauvaise, elle a juste à être vécue. Et si cette situation-là s’est passée ainsi c’est parce qu’à cet instant, vous en étiez (et votre Maître également) à cet endroit-là dans votre parcours de vie et cela ne pouvait être autrement. Vous n’êtes pas la même qu’il y a dix minutes et vous êtes en constante évolution.

      Par la suite, vous dites que votre comportement impulsif était votre seule erreur. Puis, selon vous, le manque de communication de votre Maître est une erreur. Vous dites que vous le pensez coupable, mais que vous vous sentez responsable… Si je ne transcris pas bien votre parole, je vous présente mes excuses… Pourquoi il y aurait besoin de responsable, de culpabilité ?

      La culpabilité est un sentiment oppressant et qui n’est pas du tout productif. En vous concentrant sur ce sentiment ou en vous concentrant sur la responsabilité de l’autre, vous ne vous concentrez pas sur le présent. La question n’est pas pourquoi cela s’est mal passé, mais comment cela peut aller mieux au présent.

      

À partir de cela, de nombreuses discussions et une communication ouverte sur les ressentis de chacun sont importantes. 

Pour ce qui est de panser vos plaies… je dirai qu’il faut sonder à l’intérieur de vous les causes de cette confiance fissurée ? De savoir ce que vous souhaitez réellement.

      Finalement, je n’ai pas la réponse à cette question parce qu’encore une fois, la culpabilité et rendre responsable quelqu’un, c’est s’éloigner du présent… Donc à vous de voir comment vous souhaitez appréhender l’avenir…

      Pour finir, je souhaite aborder le pardon… Pardonner à l’autre, c’est se pardonner à soi même. Dans votre cas, c’est, je pense, le plus important dans le moment. Vous pardonner de votre attitude que vous jugez impulsive et une erreur, vous pardonner de la responsabilité que vous laissez porter sur votre Maître, etc. 

je vous remercie encore pour votre commentaire et vous dit, au plaisir de vous lire à nouveau.

  2. Bonsoir esclavelina
    Je vous remercie de l’attention que vous portez à mes difficultés du moment. C’est très difficile de prendre du recul avec une personne qui s’ouvre très peu depuis notre dispute. Il m’a proposé de recommencer mais ne s’investit pas plus que cela. Je ne le précipite pas.J’attends qu’il se décide tout simplement où se livre réellement sur ses choix. De là, N/nous pourrons voir l’avenir plus sereinement ensemble ou non. J’assume pleinement ce que je suis. Je me suis révélée, je lui ai avoué. Je ne peux et il ne peut changer ce que je suis. Comme je ne peux et il ne peut changer ce qu’il est. N/nous prenons le temps de N/nous redécouvrir avec toutes les difficultés qu’il en ressort. Il sait qu’il a des prédispositions à devenir Maître. Il a des doutes des ressentis qu’il m’a exposé, mais je ne peux l’aider car je n’ai pas les réponses. Il va se faire aider par des personnes qui peuvent lui apporter des réponses. Ensuite il fera un travail sur lui même pour savoir si il peut continuer cette relation. De là, N/nous pourrons poursuivre N/notre route ensemble ou séparément. J’ai pris du recul, depuis, je n’ai pas peur car je sais ce que je veux vivre et ce que je suis. Je lui ai demandé pardon parce je n’avais pas à lui imposé ce dont il ne connaissait pas, ou les doutes l’ont envahi. Je lui laisse son libre arbitre.
    Je vous remercie de votre réponse
    Je n’hésiterai pas à vous donner de N/nos nouvelles
    Je vous souhaite une très belle route dans votre relation
    Au plaisir de vous lire
    Sarah-Lee

    • Bonjour Sarah Lee,
      de ce que J’en perçois, la situation n’est pas facile. Rien n’indique dans vos propos que ce soit une découverte de soi partagée. Et la liberté de chacun dans le monde s’étend jusqu’ au refus (ou l’acceptation de l’impossibilité apparente) de regarder en soi. Ceci se respecte bien evidemment. Mais de la même manière que l’on se méfie de projeter sur l’autre N/nos désirs et N/notre de N/nous même, N/nous ne pouvons que respecter celles et ceux qui ne sont pas ou ne veulent pas suivre un chemin comparable, le respect se tenant alors dans les deux sens pour l’un comme pour l’autre. la communication relationnelle procède d’une bonne volonté partagée, je ne peux que vous souhaitez de pouvoir en créer les circonstances. Bien à vous. EP

  3. Bonjour esclavelina et Sarah-Lee.
    Sarah-Lee vous revenez sur ce qui est essentiel, d’abord le temps : toute précipitation ne peut être que mauvaise conseillère, bien sûr dans la joie et l’euphorie des premières découvertes on peut vouloir plus, plus, plus. De quoi bousculer un vie avec certains repères établis. Il faut toujours prendre en compte le principe de réalité et s’adapter peu à peu.
    Deuxième point: la communication, pierre angulaire de la relation. Se dévoiler oui, mais comme il s’agit de fonctionner à deux par des discussions déceler ENSEMBLE si vous aviez déjà senti des « actes » de domination mêmes diffus chez Lui, les identifier, poser des mots dessus, ce qui les rend réels et valides pour Lui, ce qui l’aide à intégrer des côtés de sa personnalité qu’Il ignorait, ce qui permet d’engager la relation dans une continuité de ce qui existait. En quelque sorte la place de chacun est redéfinie en souplesse. C’est cette démarche que N/nous avons eu avec mon mari/Maître, après il faut se laisser porter par le présent avec des moments vanilles et des moments D/s, en tant que soumise ne pas oublier que c’est Lui qui dirige, le constat étant que la relation D/s déteint sur la vie vanille !!!
    Prendre aussi le temps d’écrire tous ces ressentis (les Siens et les vôtres) est un bon moyen d’y voir plus clair, d’avancer
    Bonne journée à T/tous et T/toutes.

  4. Bonsoir Monsier Eros Power et Atout dame de cœur
    Effectivement ce n’est pas une situation facile. La découverte de ce que j’étais était inné, lorsque je lui en ai parlé et a vu de notre parcours, N/nous avions remarqué que j’avais des prédispositions depuis longtemps. Lui, n’en avait pas. Il s’en est découvert lors de notre premier essai. Il accepte d’approfondir à son rythme. Et oui Atout et Dame de C je reste à ma place. C’est lui le Maître et lui qui dirige à moi de m’adapter et de respecter. N/nous continuons tout doucement entre vie vanille et D/s en se respectant mutuellement. S’il y a des choix à faire un jour alors N/nous verrons à ce moment là. Et respecterons chacun N/nos choix. La communication redouble. N/nous gardons l’espoir d’y arriver l’un comme l’autre.
    Je V.vous remercie beaucoup de me porter V.votre soutien et V.votre attention
    Sarah-Lee

    • Sarah Lee,

      je vous remercie chaleureusement de N/nous faire partager votre expérience.
      En effet, il est important de rester à votre place tout en gardant une
      communication ouverte. Donner votre avis, ce n’est pas juger ou décider.
      Il est important que vous exprimiez vos ressentis et d’en discuter selon
      Ses désirs.

      Sincèrement, je souhaite de tout cœur que V/votre relation fonctionne et puisse s’épanouir longuement
      comme V/vous le désirez.

      Au plaisir de vous relire.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here