Autant pour les personnes soumises que pour les personnes Dominantes la simple obéissance est source d’excitation. Donner un ordre ou bien y obéir fait partie des premières manifestations de la relation D/s ou de la relation Maitre / esclave.
Selon que la relation s’engage pour être vécue de manière ponctuelle (seulement le week-end ou uniquement dans la chambre) ou permanente, l’obéissance ne revêt pas le même aspect ni le même rôle.
Lorsque la relation est ponctuelle, l’obéissance fonctionne selon les règles établies par la personne Dominante et s’exprime durant ces périodes sous la forme d’ordre ou de règles à respecter. Par exemple : la personne soumise sera nue durant toute la période de soumission. Cela peut être une règle ou un ordre momentané.
Lorsque la relation est permanente, l’obéissance des débuts s’estompe au fil du temps dans le service.
Les relations humaines sont ainsi faites qu’elles sont difficiles à tenir dans la paix et le calme sur la durée. Ce n’est un secret pour personne le taux d’échec des couples mariés est toujours de l’ordre d’un sur deux en moyenne.
S’engager dans une relation D/s ou Maitre esclave c’est s’engager dans une relation humaine. C’est donc aussi assumer le risque d’un échec.
Je défends l’idée que ce risque est minime pour les personnes qui sont réellement investies dans leur relation. Oui, il est bon de dresser un ou une esclave consentante, mais il est meilleur d’en savourer les bienfaits dans le calme, la stabilité et la créativité d’une relation bien tenue par l’un comme par l’autre.
Et l’obéissance dans tout ça ?
Un Maitre ou une Maitresse engagée en permanence dans une relation D/s ou Maitre esclave n’est pas un personnage à distribuer des ordres.
Un ou une esclave consentante engagée en permanence dans une relations D/s ou Maitre esclave n’est pas une poupée qui attend les ordres pour entrer en action. (même s’il peut être excitant d’en disposer sexuellement comme on dispose d’une poupée, mais cela ne représente qu’une partie de la relation.)
Évidemment, le pire ennemi de la relation humaine c’est la routine, les habitudes (les habits qui tuent comme dit Jacques Salomé Je crois); pourtant tout le monde le sait, la routine à du bon et il existe une grande quantité d’actions (les repas, l’entretien de la maison, etc.) qui requiert d’être tenu et répété chaque jour. C’est bien la perception de ces routines en nous-mêmes qui permet d’échapper aux aspects parfois ennuyeux de ces tâches.
C’est là, dans ce regard porté sur l’action, que dans la relation D/s ou Maitre esclave permanente l’esprit de service prend le pas sur l’obéissance.
L’engagement du Maitre ou de la Maitresse est de définir la structure de la relation et d’en partager clairement la vision. La personne soumise aime plus que tout servir le Maitre ou la Maitresse. Là, réside sa principale raison d’être, sa motivation profonde, le respect comme l’expression de sa nature de personne soumise ou asservie.
La structure de la relation est établie et entretenue par la personne Dominante. Cette structure, que J’appelle discipline, comporte un certain nombre de règles, de rituels et de protocoles. Cette discipline est définie au fur et à mesure dans les débuts de la relation et évolue au fil du temps.
L’obéissance des débuts cède la place à l’évidence du service lorsque la relation s’affirme dans la durée. La personne soumise a donné son consentement à obéir et à servir le Maitre ou la Maitresse. La personne Dominante a accepté la responsabilité de la relation comme de la personne soumise. Je reviendrais plus tard sur ces notions de responsabilités partagées inéquitablement de manière très complémentaire.
L’évidence du service oblige la personne Dominante à exprimer très clairement comment elle souhaite être servie selon les circonstances de la vie jusque dans la moindre routine.
Oui c’est du travail.
Attention, clairement, s’engager dans une relation D/s ou Maitre esclave n’est pas fait pour les gens paresseux ou laxistes.
Il se suffit pas d’ordonner, il ne suffit pas d’obéir, il importe de s’engager en adulte responsable afin que d’un coté le Maitre ou la Maitresse soit satisfait durablement dans tous les aspects de sa vie par le service dont il ou elle bénéficie et que de l’autre coté, la personne soumise ou l’esclave soit heureuse dans la relation bien tenue et entretenue par le Maitre ou la Maitresse.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here