Je suis étonné qu’il n’y ait pas eu plus de réactions à  l’article d’esclave lina intitulé « No limits » car moi, soumis, il m’interpelle beaucoup.

Le SM peut être dangereux quand il est pratiqué n’importe comment et donc la confiance entre les partenaires est indispensable. Celle-ci est intimement liée pour moi à la notion de limites.

Tout comme esclave lina, j’ai plusieurs types de limites en fonction des personnes avec qui je joue. Mes limites ont évolué aussi au fur et à mesure de mes expériences et de mes rencontres.

J’ai des limites « absolues »; si on tente de les franchir, j’arrête immédiatement la séance. C’est principalement tout ce qui touche à la médecine (aiguilles, tenue d’infirmière, etc..), la scatologie, le marquage au fer rouge, ce qui fait couler le sang, etc…

J’ai des limites pour les premières rencontres et personnes que je connais peu. Elles sont avant tout destinées à me protéger d’un manque éventuel d’expérience de celles-ci et à me permettre aussi de ne pas décevoir ces personnes en n’étant pas à la hauteur de ce que je dis aimer ou supporter.

Enfin, il y a les limites qui ne demandent qu’à évoluer !!!!

J’ai toujours privilégié les relations long terme avec mes Maîtresses pour apprendre à bien se connaître et ainsi progressivement ensemble m’amener à dépasser mes limites pour notre plaisir a tous les deux.

J’ai beaucoup d’exemples dans ce domaine bien sûr. Le plus flagrant est peut-être la maltraitance de mes tétons. Ils sont très sensibles et au début je supportais à peine qu’on les touche. Puis j’ai apprécié qu’ils soient pincés et tournés par les doigts de ma Maîtresse. Ensuite, ce furent les pinces à linge. Maintenant, j’adore porter des pinces japonaises (cruelles) et j’en mets parfois tout seul en y ajoutant des poids. Et c’est sans parler des pinces crocodile dont je retire la protection en plastique pour que les dents mordent bien dans mes tétons.

Le dépassement de ses limites est toujours un grand moment. C’est une réussite de la connivence entre les partenaires et aussi souvent un moment de jouissance intense que j’ai envie de revivre rapidement. Une des prochaines que j’aimerais voir évoluer est d’être enculé par une femme avec un gode-ceinture. Ça m’est arrivé une fois, mais furtivement. Je voudrais le faire une fois posément pour voir si ça me plait ou pas, mais en y étant amené progressivement au cours d’une séance.

J’ai découvert tout récemment la stimulation électrique. J’ai acheté un kit Mystim, mais je n’ai pas encore trouvé les bons réglages. C’est sympa, mais ça ne m’amène pas à la jouissance et à l’éjaculation sans me masturber. Si quelqu’un peut me conseiller à ce sujet, je suis preneur.

Pour revenir sur les limites, c’est aussi une richesse d’échanger sur ce sujet. Par exemple, je suis un fervent adepte de la cire contrairement à Esclave lina. C’est probablement difficile, mais j’aimerais jouer avec toi pour te faire découvrir « en douceur » le plaisir des bougies et arriver à te faire jouir au contact de leur cire.

C’est toujours intéressant et enrichissant de comparer nos limites et de voir pourquoi elles sont fixées de cette manière ainsi que celles que nous sommes prêts à voir évoluer, celles que nous voulons repousser avec l’aide de nos partenaires de jeu et celles qui dont infranchissables et pourquoi.

C’est pourquoi il est toujours intéressant de pouvoir échanger ici (sous la forme des commentaires) ou en soirée comme en Munch comme cela se produit à l’occasion.

Bonne semaine à tous et à toutes.

PARTAGER
Article PrécédentLa communauté
Article SuivantSe découvrir, être soi -8- Ouvrir son âme.
Crabou
Je suis un soumis pour qui le SM est avant tout le partage d’une relation humaine intense. Le SM offre un espace de recherche du plaisir très vaste où tout est permis, mais dans le respect de l’autre et la sensualité, et où on se livre à son partenaire bien plus que dans une relation traditionnelle.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour crabou, j’apprécie beaucoup de lire vos textes, les limites, ah les limites… je me rends compte qu’elles sont souvent dues au mental , ainsi pour ma part je ne supportais pas que mon mari touche mes seins, joue avec etc… j’avais « mal » d’emblée et du jour où Il est devenu mon Maître tout est devenu possible, les pincer, les triturer, les mordre, utiliser des pinces à linge de temps en temps… Le fait de devenir sa soumise a changé la donne, je suis devenue curieuse de voir jusqu’où je supporterai « la douleur » et ce que cela déclencherai comme autres sensations… et c’est aussi le lâcher prise, l’acceptation pleine et entière de Sa domination sur mon corps en sachant qu’Il me respecte et est à l’écoute. Nous en revenons toujours à la communication, le consentement et à la connaissance de l’A/autre… Un sujet à reprendre…

  2. bonjour a tous,
    la confiance est primordiale,de l’un comme de l’autre,le ou la Dominante doit maîtriser le jeu,afin d’être progressif en intensité,elle/il doit être attentive aux réactions du soumis/se…..
    Apprivoiser une/un soumis/se n’est pas simple …..on es deux a essayer de ce connaitre,deja par le dialogue qui précède la mise en forme du jeu…..la franchise,l’honnêteté doivent être de mise …..
    ensuite,chacun doit avoir envie de donner a l’autre par complicité,par Amour……

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here