Les heures qui précédent un jeu sont toujours un moment particulier. Comme tous les soumis, je suppose, j’ai besoin d’un peu de temps pour passer de ma vie vanille à celle de soumis.

Mon ressenti pendant ce temps est assez difficile à expliquer. C’est un mélange d’excitation et de peur.

Le plus fort est certainement la peur, la peur de ne pas être à la hauteur des attentes de ma Maîtresse, qu’elle ne prenne pas tout le plaisir qu’elle espère de ce jeu, que je ne supporte pas ce qu’elle a prévu pour moi. J’ai envie qu’elle me fasse découvrir de nouvelles voies dans le SM et repousse progressivement mes limites mais en même temps, j’ai aussi peur d’avoir mal. Eh oui, je supporte pas mal de chose avec l’entraînement mais je ne suis pas fondamentalement masochiste.

Ceci dit, un jeu réussi n’est pas forcément un jeu où j’ai souffert. Il faut avant tout de la sensualité et que la souffrance soit « justifiée » par le jeu.

Ensuite seulement vient l’excitation en entrant progressivement dans mon rôle de soumis et en imaginant ce que je vais « subir ».

Parfois, juste avant d’appuyer sur la sonnette de la porte de l’endroit où se passera le jeu, j’hésite encore, le ventre tordu par la peur mais l’envie de jouer et de jouir est la plus forte et je me lance.

Ces deux sentiments sont très contradictoires et parfois, j’aide l’excitation à prendre le dessus « en préparant » le jeu. Il faut dire que j’aime aussi surprendre ma Maîtresse. Voici quelques anecdotes pour illustrer mon propos :

C’était l’été. J’avais rendez-vous avec ma Maîtresse dans son appartement dans le centre d’une ville. Je me suis garé à quelques rues de chez elle. J’ai ouvert mon coffre et j’en ai sorti un grand carton plat. J’en ai enlevé le couvercle et j’ai refermé ma voiture. Je me suis alors promené dans le centre-ville, sur la place principale, etc…en exposant fièrement le contenu du carton aux yeux souvent étonnés des passants qui y jetaient un coup d’œil car il contenait quelques gros bouquets d’ortie !!

Orties_Intérieur_68sLorsque ma Maîtresse a découvert mon présent, elle a souri et je peux vous garantir qu’elle a su quoi en faire. La photo jointe à cet article en témoigne d’ailleurs mais partiellement seulement.

Une autre fois, nous nous étions donné rdv dans un hôtel de charme. Sur le parking, j’ai ouvert ma chemise et fixé des pinces sur mes tétons reliées par une chaînette à laquelle j’ai accroché une chaînette un peu plus longue. Lorsque ma Maîtresse est arrivée, j’ai ouvert la porte de sa voiture et je lui ai tendu la chaînette et c’est donc tenu par les tétons qu’elle m’a amené jusqu’à la chambre où nous avons joué.

Enfin, lorsque je passe un moment dans un club à Paris, je gare ma voiture dans un parking couvert proche. Là, je me déshabille intégralement après être sorti de ma voiture et j’enfile la tenue que j’ai prévue pour me rendre dans le club. Ça peut être un pantalon ouvert devant et derrière porté sans sous-vêtement bien sûr, recouvert d’un long t-shirt ou encore un kilt.

Ce genre de choses me met dans l’ambiance et me permet déjà de prendre du plaisir avant même le début du jeu.

Et vous, comment vivez-vous les heures qui précédent un jeu ?

 

PARTAGER
Article PrécédentSoldes et conséquences.
Article SuivantL’exigence et la discipline ?
Crabou
Je suis un soumis pour qui le SM est avant tout le partage d’une relation humaine intense. Le SM offre un espace de recherche du plaisir très vaste où tout est permis, mais dans le respect de l’autre et la sensualité, et où on se livre à son partenaire bien plus que dans une relation traditionnelle.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here