Comme à chaque livre d’Eva, voici ma chronique de Marquée au Fer. J’avais envie de vous partager mon avis, néanmoins la chronique d’Esclave Carla à ce sujet est très belle et très juste, je vous invite à la lire, elle écrit mieux que j’aurais su le faire ce que moi aussi j’ai ressenti. N’oubliez pas de lire les commentaires, ils complètent parfaitement la chronique.
Je connais Eva depuis la première heure, j’ai lu tous ses ouvrages et lirai également ses prochains. Eva est une soumise, ce qui fait une grande différence avec plein de livres pour adolescents qui tentent de parler de Domination/soumission sans la vivre. Eva le vit et cela lui permet de décrire avec une plume magique des sentiments, des sensations que tous ceux qui vivent dans notre monde peuvent connaître. Et entre nous, à l’écriture de Devenir Sienne elle n’avait pas encore testé le BDSM et aujourd’hui, si elle était Marquée au Fer, je pense que nous le saurions. De ce fait, Eva a aussi un grand talent pour s’approprier et raconter certains événements.
Le livre que j’avais préféré reste L’Esclave dont j’avais parlé dans un précédent article. Mais cette histoire me donne l’eau à la bouche depuis sa sortie puisque je fantasmais déjà sur Laura et Hantz lors de ma lecture de Devenir Sienne.
Maître Tesamo prévient dans sa préface que c’est un livre pour public averti, c’est un livre qui dérange. En effet, parler du BDSM et du marquage au fer n’est pas donné à tout le monde et même si Eva le fait très bien, ce n’est pas un livre à mettre entre toutes les mains.
Résumé :
« C’était un autre monde dans lequel nous n’étions pas encore prêts à pénétrer ». Cette phrase, issue du roman Devenir Sienne prend ici tout son sens, car c’est justement aux portes de cet autre monde que commence Marquée au fer, au-delà de la soumission et de la domination, lorsque certains font du sadomasochisme et de l’abnégation totale leurs raisons d’être. C’est le cas de Laura, qui n’a jamais douté de ce pour quoi elle était faite, et de ce qu’elle voulait vivre. Ce monde, dont il est fait allusion dans Marquée au fer, c’est celui de Hantz, maître très exigeant, pluriel et profondément sadique. Il confrontera sa jeune soumise à toute sa perversité et à toutes ses envies. Jusqu’à devoir reconnaître l’évidence. Ce roman n’est ni une suite ni un prequel, c’est une histoire à part entière. L’histoire de Laura et de Hantz.
Mon avis :
C’est donc l’histoire de Laura,  jeune femme de 17 ans qui a rencontré tôt un premier dominant mais qui est rapidement frustrée et souhaiterai en avoir davantage. (Oh tiens, mais Eva a-t-elle voulu raconter ma vie ? Aha, non, mais ça me ressemble quand même beaucoup). C’est donc ensemble que la décision a été prise que leur relation s’arrêterait et que Laura deviendrait la soumise de Hantz.
La semaine, Laura vit sa petite vie d’étudiante et le week-end ainsi que pendant les vacances scolaires, elle est avec Hantz, quand IL le souhaite. J’ai un peu du mal avec le fait que Laura ait autant d’abnégation alors qu’elle vit sa soumission « quand elle a le temps ». Mais c’est crédible, si vous avez lu Devenir Sienne, vous comprenez que Sophie, la femme d’Hantz soit aussi la raison pour laquelle Hantz ne vit pas avec Laura.
Dans Marquée au fer, le caractère de Laura est davantage dévoilé. C’est une esclave discrète qui est toujours à côté pour être certaine d’être là si quelqu’un a besoin d’elle. Dans ses paroles, elle ne dit que le minimum attendu. Laura n’est pas ce que l’on appelle une femme féminine, elle s’habille toujours en pantalon, etc. Ce point-là, Hantz ne souhaite pas le changer puisqu’en Sa présence, elle est toujours nue et c’est bien là l’habit qui lui va le mieux.

Réussir à recréer l’ambiance de Devenir Sienne tout en créant une autre histoire n’a pas du être facile. Tout ce qu’elle à écrit sur Lui, sur Elle, sur Hantz, Sophie, Laura, Antoine, Helen, fait tout autant de contraintes pour l’écriture de celui ci. Il et Elle auront-ils un nom ? Est ce que Hantz va apprendre que Laura a couché avec Elle ? Si oui, comment va-t-IL réagir ?
Toutes ces questions, je me les posais avant d’avoir lu le livre et les réponses y sont. J’avais plusieurs scénarios, mais Eva m’a littéralement surprise par ses choix et j’en suis ravie.
Ce qui est beau c’est la différence d’attitude entre Léna de L’esclave et Laura, ici. Deux esclaves qui vivent leurs relations aussi intensément, mais de manière totalement différente. Eva sait se renouveler et ça nous plait !
Je finirai donc par : A quand le prochain opus ?????

Bonne semaine à tous !

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour, je me permettrais de vous rapporter.
    1 ) qu’il me faut obéir à la seconde, j’ai su ce qu’il en coûtait de répondre : je termine et j’arrive ou attends 2 secondes.
    2 ) je ne porte plus de slip, dedans comme ddehors. Lors d’une visite médicale, j’ai un pantalon de pyjama, prétextant une irritation de l’entre jambes.
    3 ) le pyjama est le reste du temps aux oubliettes et remplacé par une chemise de nuit courte l’été, longue l’hiver.
    4 ) j’ai obligation de raser le côté pile et face de ma personne.
    5 ) je ‘ bénéficie’ d’un cachot. La chambre du bas a maintenant un loquet, la poignée de la fenêtre a été retirée et la chambre basse de plafond ne comporte pas de n’ayant pas de lustre, la lampe de chevet et la lampe d’ambiance sont retirées. J’y entre après le dîner après une trempe et la porte s’ouvre le lendemain matin quand mon épouse part travailler. Je rentre nu avec pour dormir une couverture.
    6 ) la porte des w.c. reste ouverte j’y vais après avoir demandé l’autorisation de m’y rendre et parfois je dois attendre avec une certaine angoisse.
    7 ) régulièrement Elle revêt son Tom boy rouge et quand je la vois ainsi vêtue, je m’empresse de me mettre nu et prend la position pour qu’Elle me rappelle qu’elle est ma place.
    8 ) si ma chasteté est de rigueur, je m’empresse de lui donner du plaisir quand Elle le souhaite.
    9 ) si Elle me visite et qu’Elle l’estime, le bock à lavement est sorti. C’est le seul moment où je dois enfiler un slip car durant les 20 minutes d’attente une fuite survient avant de me ramasser une volée, je passe directement par la case salle de bain. Il peut y en avoir plusieurs de suite….
    10 ) Si Li. l’estime nécessaire Elle m’envoie à genoux nu devant la glace, et à la cadence des coups de martinet qu’Elle a trouvé chez le cordonnier, je dois me masturber. Si au départ mon sperme allait dsur un sopalin, maintenant je me munis d’un verre, vous imaginez la suite.
    11 ) quand je repère pour un retard dans la lessive, le repassage, le ménage ou une consigne ; que Li. retire ses bagues, je me mets à genoux après avoir retiré mes lunettes pour recevoir une série de paires de claques.

    Chaque année dans les premiers jours de janvier. Je suis attaché sur le dos. Est analysé mon comportement de l’an passé, les claques se succèdent. Surout quand est abordé où se portent mes yeux à l’extérieur ou quand je réponds en tentant de réfléchir pour atténuer la faute. Ais je eu envie de me caresser ? Ça je le paye durement aussi.
    Le pas croyable, c’est que mon entourage constate un meilleur caractère, que dans mon activité professionnelle j’ai obtenu une promotion. Que je suis heureux. Que j’aime et admire mon épouse. Que j’admets que les corrections me sont utiles.
    Il m’est arrivé une seule fois bien qu’étant attaché sur le lit, les liens des bras et jambes tendus au maximum, d’éjaculer quand Li. me fouettait.
    Et aussi tout comme pour vous. Après chaque trempe, il doit rester une marque. La menace d’une marque au fer rouge a été lancée. J’ai eu 1 fois le tisonnier très chaud. J’ai hurlé. Mais aucune marque n’est restée. Il a fallu 1 mois de soins. Et ma région est toujours sensible aux lanières du martinet ou de la règle.
    Je l’aime et ne vis que pour Elle.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here