Présentation: première étape.

Il ne faut pas croire que N/nous avons décidé du jour au lendemain de transformer N/notre relation vanille en relation D/s comme si N/nous choisirions de pratiquer une nouvelle activité.

A mon avis  le désir de soumission pour l’une et le désir de Domination pour l’Autre existaient, mais de façon latente ou plus exactement en dormance. Ceci pour diverses raisons que N/nous n’aborderons pas ici en détail, tout un chacun étant à même de comprendre que :

Le rôle de l’éducation au sein des familles.

Le formatage sociétal etc…

font que bien souvent nous nous laissons entraîner vers une vie qui ne nous ressemble pas. En se cachant derrière un masque nous répondons aux attentes des autres en oubliant d’être nous mêmes, nous vivons aveugle et sourd  et de façon confortable car ignorant notre moi profond.

Le tout étant de prendre conscience un jour de ce non vivre, puis de se donner les moyens d’émerger de cette léthargie en passant du rôle de spectateur à celui d’acteur de notre vie.

Le cheminement peut s’avérer long, ainsi la rencontre et la vie commune depuis vingt ans avec mon mari N/nous ont conduit lentement mais sûrement vers cette nouvelle orientation D/s.

Ah ! me direz-vous, vingt ans c’est long !

Je pourrai vous répondre  que le temps n’est qu’un concept, mais comme j’en ressens le passage je dirai que c’est ainsi, que N/nous sommes dans le présent et que c’est cet instant là que N/nous vivons.

Donc le germe de cette relation était en N/nous telle la graine enfouie dans le sable aride du désert, il grandissait, prospérait, attendait le moment propice pour affleurer et atteindre la surface de N/notre conscience afin de prendre corps, de s’affirmer et de s’imposer comme une évidence.

Pour cela il fallait un déclic.

Une nouvelle période de vie pour moi avec du temps pour me remettre plus à la lecture et le fleurissement de livres plus ou moins romancés traitant du BDSM ( Eva Delambre, Emma Cavalier… et même les 50 nuances, si, si.) m’ont interpellé d’abord de façon confuse, des ressentis, des impressions, des désirs de contraintes.

Je me découvrais des envies avec un mélange de peur et d’étonnement. En fait je me ressentais en pleine contradiction avec ce que je m’étais toujours efforcée de paraître en clamant haut et fort mon refus de contraintes. Il s’en est suivi une période de questionnement, de recherches, de longues discussions avec mon mari. Savoir cerner sa vérité objectivement.

Etait-ce une lubie ? un désir passager ? des fantasmes ? ou un moyen de s’accomplir ? comment ? les domaines concernés…

N’oublions pas que de nombreux couples vanilles pimentent leur vie avec des jeux à connotation D/s sans en modifier  la structure.

Cette phase d’analyse a duré quelques mois (et c’est encore d’actualité), puis ensemble N/nous avons défini ce que N/nous attendions d’une relation de cet ordre, se dévoiler n’est pas si simple.

La concrétisation s’est effectuée par ma demande et mon consentement à être dominée et par l’acceptation de mon mari à devenir mon Maître, c’est à dire être celui qui assumera le rôle de Guide désormais de façon consciente et responsable. Un rôle qu’il tenait auparavant de façon diffuse maintenant reconnu et accepté.

 

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here