je suis une esclave. Consentante, évidemment, esclave tout de même…

comme tout le monde, néanmoins je me projette dans l’avenir… je suis à l’âge, passée la trentaine hu hu, où la maturité se fait sentir et où mes désirs profonds sont présents différemment en moi même.

La question n’est pas pourquoi, la vie est ainsi faite que parmi les désirs longtemps caressés il y en a qui sont réalisés (youpi !) et d’autres que je ne sais pas s’il pourront l’être…

En quoi ma servitude peut elle me permettre de mieux vivre ces désirs que peut être, je le constate, je ne pourrais pas réaliser.

Lâcher prise, abandonner, en faire le deuil ? Ce n’est pas forcément comme ça que mon Maitre le voit, lui qui dans ces cas là ramène la vie au présent (le futur se construit au présent et la vie est souvent pleine de surprise)…

je sens bien qu’il me faut travailler à mieux percevoir ces désirs, faire face à la peur qu’ils ne se réalisent jamais, observer cette peur, elle disparaitra pour la confiance donnée à la vie qui passe et mon bien être présent

je peux aussi me plonger dans l’abandon que mon Maitre touche en moi lorsqu’IL me dresse et m’ordonne d’agir… Peut être doit il aussi m’ordonner de penser…

je lui appartient totalement, évidemment IL peut m’ordonner de penser selon ce qu’IL sait bon pour LUI, pourra t’il ainsi transformer ma peur de ne pas accomplir ce que je souhaite ? et comme il me l’a dit : oui tu as des désirs, néanmoins, tu restes une esclave, et j’ai pleuré, peut être n’ai je pas assez pleuré…