Bonjour à T/tous !

Aujourd’hui j’écris sur un article imposé : « L’obéissance ». Ce mot dicte ma vie de tous les jours et il est tellement vaste que je ne savais pas trop par quel bout commencer l’article.

Dans ma récitation actuelle, l’obéissance est présente :
« esclave je suis,
je sers et j’obéis.
SENSEÏ m’a rendu mature
Pour épanouir chaque jour ma nature.
j’accepte sans réfléchir
et je Le remercie de m’asservir. »

De ce fait, il y a deux choses : l’acceptation sans réfléchir est différente de l’obéissance. Quand Maître ordonne quelque chose, je n’ai pas le choix que d’agir selon Ses désirs et volontés. Néanmoins, je peux réfléchir pour aller au-delà de Sa demande. Ce matin par exemple, pour faire la tartiflette, Il m’a ordonné avant de partir en courses d’éplucher pommes de terre et oignons puis de faire cuire les pommes de terre. Sans que cela soit ordonné j’ai commencé par faire de la cuisine un endroit propre et rangé et quand j’ai eu tout fini, Maître n’étant pas revenu j’ai coupé le morbier en fines tranches. Il ne me l’a pas demandé, mais je savais que ce serait à faire donc comme j’avais le temps, je l’ai fait. C’est servir.

Le service peut aller sans l’obéissance, mais l’obéissance est forcément liée au service.

L’obéissance m’a permis de beaucoup mieux me situer en moi même. C’est un ordre, je n’ai pas le droit de rechigner et du coup, même seule en moi même je ne le fais plus. De toute façon, les choses sont à faire alors mieux vaut le faire dans la joie et la bonne humeur, non ?

Les choses à faire sont désormais faites plus facilement. De plus, je constate que depuis que je ne dis plus « j’ai pas envie », je suis clairement capable d’exprimer que j’aimerai être battue, ou plus sévèrement traitée par exemple. Cela dit, Maître m’autorise et m’incite à communiquer, mais garde toujours le choix de satisfaire ou non mes différentes envies. Et s’Il le fait, c’est uniquement pour Lui faire plaisir parce qu’Il le désire.

je ne voudrai pas d’un pseudo maître qui me fasse toujours plaisir. j’aime savoir que quoi que Maître décide, c’est pour Son plaisir, je suis Sienne. Le servir et Lui obéir en toutes circonstances, c’est ma vie, celle dont j’ai toujours rêvé.

Maître me dit que je suis « magnifiquement asservie ». Tout en sachant que les progrès en cours sont nombreux et que mon dressage n’aura pas de fin, je ne peux que constater combien je suis beaucoup plus paisible et épanouie depuis que je suis Sienne.

Bonne semaine à T/tous !

je suis entrée dans le monde du bdsm en 2011. je m’y suis découverte. je fus soumise dans des relations bdsm avant d’entamer la vie d’esclave consentante que je suis désormais.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci Lina de ce post que je trouve très intéressant car avant de connaître Mon Maître je rechignais à obéir mais je sais la raison : ce n’était pas de véritables dominants ce avec qui j’avais eu une aventure…
    Mon Maître m’a donné d’instinct l’envie de lui obéir, même si j’ai eu du mal pour certaines choses mais en quelques minutes je cédais. Et Plus j’avance dans
    notre relation, plus je découvre ma vraie nature ou plutôt Mon Maître me permets de laisser éclore celle-ci en me sentant plus sereine dans l’obéissance.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

2 × un =