une esclave m’a fait parvenir un mail au détour duquel elle évoque les images que Je publie ici ou sur esclaves.org…

ses remarques furent les suivantes :

« Ayant toujours autant de mal avec certaines images (j’ai du mal avec la « crudité » de certaines, je ne suis de plus, pas voyeuse et ai la désagréable impression de m’imiscer dans l’intimité d’autrui-sourire), plus attirée par d’autres mais bel et bien comblée par vos textes. »

Cela ne manque pas d’élégance, ni de compliments, certes… Et bien entendu, Je ne suis pas cérébral pour rien, cela M’a fait réfléchir…

Entre temps, J’ai enrichi esclaves.org de textes sans images et J’ai fait une petite séance avec Mon esclave 959-672-577 de quelques images suscitées par un commentaire de Maitre Loup, le Propriétaire de chienne paline… Des images, justement…

Le goût de l’exhib est moins la raison que le lien et le partage dans ce cas précis… Et non une preuve de soumission pour apparaitre sur un autre blog comme l’a confié avec une certaine ingenuité n la novice en bonne voie…. Sourires…

Alors pourquoi autant d’images, de films de Ma part. La première raison est expliquée dans les premiers post de ce blog.

Sans sexisme, et en se situant plus du coté du féminin et du masculin (bien préférable au discours débile Hommes/Femmes) il est assez évident qu’une sensiblité féminine adhère moins fort aux images qu’une sensibilité masculine… Et encore, avec toutes les nuances possibles, les exemples et les contre exemples ne manquent pas…. Bref, les images et les films entretiennent avec nos psychés une relation d’une richesse mystérieuse bord étrange (lire Georges Bataille évidemment mais pas que, le travail de pascal louvrier sur Bataille mérite également toute N/notre attention)

Pour être précis dans ce qui M’occupe ici, les images sont ici pour Moi des témoins, des passeurs, des ponts, des courroies de transmission, des médias dans le sens le plus strict… Oui elles N/nous renvoient à N/nous même, à N/nos souhaits, à N/nos fantasmes de perfections mécaniques et illusoires (la seule chose imparfaite en ce monde est l’idée que N/nous N/nous faisons de la perfection, oui, le monde est parfait), à l’autre, l’autre que soi, le monde et la vertigineuse richesse de N/nos réalités partagées ou non, de toutes façons connexes et réunies dans ces représentations….

Ne N/nous leurrons pas ceci n’est pas une pipe : ce n’est que l’image d’une pipe, N/nous ne sommes pas dupes ou alors N/nous aimons l’être, mais N/nous ne le sommes pas.

La raison pour laquelle N/nous prenons l’image pour la chose est bien qu’elle résonne en N/nous d’une manière ou d’une autre et c’est cela qui N/nous enrichie…. Oui la confusion entre la représentation et la réalité est due aussi à l’une des caractéristiques de notre cerveau d’humain qui ne fait pas la différence… Aussi étonnant que cela puisse paraitre. Cependant la conscience de N/nous même N/nous permet cette disctinction plus qu’utile à notre maturité…

Alors oui, N/nous faisons la part des choses entre ce qui est représenté et ce qui est vécu dans le réel (J’adore ce mot) en nourrissant l’un de l’autre et inversement.

C’est ni plus ni moins que la relation que notre psyché, notre imagination, notre sensibilité entretient avec la réalité…. Oui Je le reconnais c’est vertigineux (deux fois dans un même post, ça sent la montagne :-)… Mais N/nous, le vertige ça N/nous connait…. Sourires…

Au risque d’être prosaïque, les images et les films bdsm ou porn sm sont

– d’excellents exemples de pratiques qui N/N/nous sont utiles dans N/nos relations, et dont il est bon de se nourrrir, Maitres comme esclaves

– le support d’une fascination instinctive pour des parties de N/nous même que N/nous ne pouvons pas formuler comme ces images ou ces films le font.

C’est aussi pour ces raisons là que Je considère ces œuvres, parce que ce sont des œuvres, comme des outils de transmission de savoirs sensibles entre N/N/nous et en N/N/nous…

www.vivresm.com

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here