Quand on est une esclave 24/7, la journée se divise. V/vous V/vous doutez bien que je ne passe pas 24h/24 attachée, enchainée ou en cage. Bien sur que Senseï ne passe pas Ses journées à me martyriser. Il aurait mal au bras, le pauvre :p. Et puis, il y a le cours de la vie…

Senseï a instauré des temps de service et d’autres où je suis utilisée.

Pendant le service (hum! ça fait un peu resto non?), je m’occupe de la maison, de la cuisine, du bien être de Senseï, de mon corps… Dans ces moments là, je suis assez « libre ». Parfois le travail prend le dessus et seule mon heure quotidienne de corvée compte. Elle est importante car elle me permet de me sentir mieux. En général, c’est la vaisselle (c’est pas mon activité favorite malgré le lave-vaisselle…) et le linge (malgré le lave linge). Avant que Senseï ne l’instaure, il arrivait que la maison soit « a bloody mess »… je me sentais mal de voir ce désordre et je culpabilisais. Maintenant, je fait ce que j’ai à faire sans me poser de questions et sans soucis.

Si j’ai le temps alors le service s’étend… à la pâtisserie, la couture, le tricot, l’écriture,… Ce que je décris peut avoir l’image de la dévotion de la femme au foyer. Cependant la femme vanille ne sera pas punie (Attention, femme battue n’est pas consentante), moi oui. Les gens qui ne savent pas et N/nous connaissent ne voient pas le D/s dans mon comportement. Ma dévotion est alors « intérieure », je dirai…

Et puis, il y a les temps où Senseï m’utilise. Ce peut être n’importe quand. La majorité du temps (plusieurs fois par jour), Senseï me prend « uniquement ».

Cependant, de plus en plus régulièrement, Il en profite pour me martyriser, un peu : ), … Dans ces moments là, Sa domination est totale. Impossible de m’enfuir, de repousser… mon appartenance, ma dévotion, s’expriment alors dans ma capacité à endurer. je fais de mon mieux pour Senseï, pour Son plaisir,…

je suis une esclave. je sers en permanence mon Maître. Pour moi, la différence entre soumise et esclave se situe exactement là. Une soumise passe des moments avec son Maître (weekend, stage, soirée…) intenses mais a aussi une vie à côté, parfois même un amoureux différent du Maître. L’esclave ne vit que pour son Maître (et c’est celui-ci qui doit faire attention à son bien être à elle). C’est un engagement profond de confiance et de re-connaissance mutuelles. Et c’est ce que N/nous célébrons ce soir… 4 ans de cet engagement!!! (Et j’ai toujours pas de cadeau ouille!!)

j’espère ne pas avoir été trop concise et que V/vous m’avez comprise. J’espère aussi ne pas V/vous avoir choqué ou offensé. Si c’est le cas, n’hésitez pas à me le faire savoir.

je retourne à mon gâteau/Everest d’anniversaire…
c!

PARTAGER
Article PrécédentIndice…
Article SuivantThe cake
esclaveclochette

Je fus esclave consentante durant 10 ans. j’ai publié ici régulièrement depuis des années mes hauts et mes bas (selon les ordres de mon Maitre) de ma vie d’esclave. Je suis une fée clochette.

6 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    N’appartenant pas à votre cercle d’amis je n’ai pas osé troubler votre journée d’anniversaire.
    Aujourd’hui, j’ose vous le souhaiter ainsi qu’une 5éme année riche en émotions et en découvertes.
    Votre opinion à propos de soumise/esclave est intéressante à lire pour le débutant que je suis.
    Poursuivez ces contributions subliminalement pédagogiques.
    Je suis trés impatient de connaître votre gâteau. (si vous souhaitez le révéler, bien sur), avez-vous une photo de ce présent « intime » ?
    Toujours avec respect,
    Louis

  2. Je partage ton point de vue sur la différence entre les soumises et les esclaves et j’ajouterais que si j’accepte sans réserve mon statut de soumise ou même d’objet sexuel, je refute celui de chienne que je trouve peu respectueux.
    N.

  3. Bonjour N.,
    Qui pourrait ce permettre ce terme ce ch…. ?
    Ceux qui vous tutoient ou vous proposent une photo trés intimes ou qui confondent esclave et Cosette ?
    Louis

  4. Pour ma part les mots SM ont toujours été des mots d’Amour. Que ce soit chienne, pouliche de compét ou autre… Tant que les mots disent le respect, les sentiments au delà de leur sens premier, rien ne me peut être réfuter. Et puis personne ne peut juger de la relation vue de l’extérieur. Les gens vanille sont souvent choqués par les mots esclave ou soumise. Nous avons tous des interprétations différentes des mots… Alors restons ouverts, ne jugeons pas trop vite…
    c!

  5. Voila une analyse interessante, quoiqu’un peu sémantique.
    J’ai moi même signé un contrat de soumission et d’appartenance envers Maitresse Olivia. Pour autant, je ne vis pas avec elle.
    J’ai relu mon contrat à la lumière de votre article. Je constate qu’il est question de conditions d’esclavage, et elle utilise fréquemment ce terme à mon endroit, même si elle préfère utiliser les mots de salope ou de chienne.
    Alors, suis-je l’esclave de ma Maitresse ?
    L’emprise psychologique qu’elle a sur moi est telle que je me sens et je me veux totalement esclave de ma Maitresse, y compris que je ne suis pas auprès d’elle.
    Alors, je ne vous dis pas que je suis à ses pieds !

  6. Je partage tout-à-fait votre signification de ce qu’est l’esclave. En plus de cela, j’ajouterais le fait qu’elle n’impose pas de limites à son maître ou de désirs propres donc elle ne vit effectivement que pour lui. C’est une belle relation et l’une des plus fortes je crois bien car les forts sentiments n’en sont pas exclus. 🙂 Une esclave n’aura de temps pour elle que ce que son maître lui accorde et en effet, elle ne sera pas 24h sur 24 sous les coups de fouet. XD

    Lilli, esclave de Maître Phsm

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here