clochette,

J’interviens sur ton blog pour y mettre de l’ordre. Les choses vont sans dire et cela va toujours mieux en le disant. Je juge détestable ta manière de t’apitoyer sur toi-même ou les situations traversées. Je juge indigne les désobéissances et autres petits mensonges. Une émotion, si douloureuse soit-elle est à exprimer, à vivre à l’instant où elle se développe.

tu es Mon esclave c!, rien de ce que tu vis ne M’est étranger, si par paresse tu fais preuve de complaisance à l’égard de toi même, c’est à Moi que tu fais défaut. Quand une émotion te submerge laisse là t’envahir et vient contre Moi : Je suis là. tu n’as pas à t’en saisir pour en faire l’excuse d’une paresse et d’une défiance puérile et stupide.

tu omets de dire que tu as passé des heures à échanger sur un forum des centaines de messages avec de jeunes mères plus ou moins éclairées, c’est facile de briller et de se complaire dans les idées que les autres se font de N/nous même, moins de messages permet d’échanger autant parce que Je sais que parmi toutes ces conversations il y en a d’utiles…

Enfin, hélas, tu exagères tes petits maux pour en faire les raisons de ta procrastination qui est impardonnable.

J’affirme que le coté matériel de Ma vie, et par conséquent de la tienne, a rarement été aussi remarquablement organisé en terme de revenu et de projets, c’est normal et juste, cela ne N/nous empêche pas de N/nous en réjouir. Oui, Je travaille beaucoup mais Je suis présent et les choses se font sans heurts avec confiance, joie et créativité….

Oui, Je vois avec un immense plaisir cet enfant à venir, mais ce ne sera jamais un prétexte pour te laisser vivre de travers, à coté de Moi.

Alors oui, tu es punie. Et de fait, lorsque tu auras fini de lire ce message, Je t’ordonne de fermer ton ordinateur et de venir le poser sur Mon bureau en Me présentant tes excuses. Il y a beaucoup à faire dans la Maison et Je ne t’impose pas un rythme de travail parce que je souhaite que N/notre enfant grandisse au calme dans la petite chambre rose de ton ventre… Fais les choses à ton rythme.

Je garde ton ordinateur jusqu’à samedi soir.

Cela te laisse le temps d’apprécier ta place à l’écart du web dans le respect de toi même.

Lorsque Je t’autoriserais à nouveau à te servir de ton ordinateur, Je t’ordonne de venir ici afin de relater devant tous et toutes les effets de cette punition bien méritée.

SENSEI

J’ajoute à destination de tes lecteurs et lectrices que leur approbation et/ou leurs commentaires restent ouverts. tu les découvriras, s’il y en a, lorsque tu pourras à nouveau utiliser ton ordi.

1 COMMENTAIRE

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here