Le lâcher-prise est l’art de se détacher tout en restant impliqué.

Lâcher prise c’est pouvoir se libérer de poids. Ne plus s’encombrer de culpabilité, de remords, de colère, de peine, ou autres émotions sans utilité. Lâcher prise, c’est ne pas avoir à se poser des tas de questions et pouvoir agir en paix avec soi-même et sa nature. La base de toute relation est le consentement qui induit, lui-même, un engagement et une responsabilité.

Pour pouvoir donner son consentement, une confiance préalable est nécessaire. Chaque personne et chaque relation étant uniques, donner son consentement, c’est aussi accepter d’affronter l’inconnu, la plus grande peur d’une majorité de personnes. Si certaines soumises choisissent de s’offrir avec telle ou telle limite, en demandant à devenir SON esclave, j’ai choisi et accepté de LUI offrir mon absolue confiance et de me laisser guider où qu’IL veuille.

Le consentement est lâcher-prise. 1153esclaveconsentante

C’est une chose de donner son consentement, mais s’en est une autre de le vivre au quotidien.

En effet, la vie d’esclave n’est pas simple. Lâcher-prise, ce n’est pas se détacher, n’avoir aucun avis, aucune émotion, chose qui est humainement impossible, selon moi.

Être esclave, c’est évoluer en fonction des désirs et envies du Maître avec notre caractère, notre passé et notre vécu.. j’ai choisi d’être SIENNE non pas pour jouer, mais bien pour le vivre, comme mode de vie à plein-temps.

C’est pour cela que l’évolution s’effectue au plus profond de moi même, pour que celle-ci soit profonde et durable. Certains ordres que j’ai reçus au cours de mon noviciat m’ont mis face à des émotions difficiles à gérer dont l’origine était des blessures anciennes que je n’avais pas guérie.

Au début, sans en avoir conscience, je reproduisais les mêmes attitudes dans des situations plus ou moins comparables, car je n’avais pas conscience que ma colère n’était pas liée à la situation présente, que je ne pouvais en rendre responsable quelqu’un puisque le problème se situait en moi et datait d’il y a si longtemps…

Il y a peu, une conversation avec mon Maître m’a mise hors de moi et je l’en ai mis responsable. La colère est une émotion qui dure naturellement 4 secondes, mais j’ai choisi de la retenir et de rester enfermée en moi même, pas du tout réceptive à ce qu’IL pouvait me dire. Puis, peu à peu, je me suis calmée, grâce à SES paroles.

En effet, je ne suis qu’une esclave, je me devais d’accepter, de servir, d’obéir et de remercier. IL avait réussi à me recentrer à ma place d’esclave en un regard, en une phrase. je LUI ai présenté mes excuses et ai accepté le lâcher-prise demandé. En le disant, ma sincérité était entière, cependant, arriver au stade de lâcher-prise complet prend du temps. 



Cela fait plusieurs jours que cela s’est produit et aujourd’hui, je suis capable de dire que j’ai profondément intégré le lâcher-prise qui me manquait au sujet de la situation vécue et cela m’apaise.

En effet, j’ai donné mon consentement, je suis SON esclave et que je le veuille ou non, je dois obéir et faire ce qu’IL me demande.

Acquérir ce lâcher-prise me permet de vivre heureuse et apaisée.

PARTAGER
Article PrécédentLa forme du site
Article SuivantEsclavage consenti et éveil spirituel
esclavelina
je suis entrée dans le monde du bdsm en 2011. je m'y suis découverte. je fus soumise dans des relations bdsm avant d'entamer la vie d'esclave consentante que je suis désormais.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here