Suite à une remarque d’une de Mes esclaves…

Oui, un de ces jours J’écrirais sur le fait d’en avoir deux et toute cette énergie déployée pour cela. De Ma petite expérience, et pour ce qui Me concerne, c’est très difficile, délicat et je n’en tire aucune fierté (d’ailleurs Je Me méfie de plus en plus de la fierté). Alors peut-être, du fait de Ma sensibilité et de Mon savoir-faire, Je suis porté à ressentir pleinement les choses, les émotions et les vibrations, il n’y a pas de hasard. Ça tombe plutôt bien que Je sois solide et que Je sais où Je suis et surtout que Je sais voir plus grand et plus profond parce que, quand même, les filles, Vous M’en faites voir… Quand même… Sourires.
Le présent est toujours un cadeau.

Bref, la remarque est la suivante : et si le bonheur permettait de mieux accueillir la douleur ?
Bonne question, esclave. Oui à la réflexion Je le constate. Une soumise ou une esclave heureuse, même non masochiste (et aucune des deux Miennes l’est) est à même d’apprécier, de ressentir la douleur plus intensément lorsqu’elle est heureuse et pleine du bien-être de sa nature.
Alors avis aux Maitre et Maitresses sadiques : rendez vos soumis, soumises et esclave heureux et Vous aurez plus de liberté pour les martyriser.

Pour rappel, il est bon de savoir que la dopamine, un neurotransmetteur du cerveau (une molécule qui transporte les informations entre les neurones) est une molécule découverte au cours des années 90 (les grandes années pour les découvertes sur le cerveau humain).

Elle fut appelée molécule de l’amour parce qu’elle apparait dans le cerveau lorsque des sentiments amoureux sont ressentis. Mais pas uniquement, les études ont montré qu’elles se diffusent lorsque l’on reçoit des compliments. Elle est un l’un des marqueurs de la gratitude, une bien belle émotion. La dopamine est produite en quantité lors de l’activité sexuelle (et pas forcement avec orgasme). Elle est aussi produite en quantité très importante lorsque l’on écoute de la musique que l’on apprécie pleinement (alors si en plus vous dansez, bravo !). La dopamine est comme la sérotonine au cœur des manipulations chimiques induites par les médicaments antidépresseurs, mais c’est un autre débat.

La sérotonine stimule l’humeur, c’est celle de l’exercice physique et du bien-être corporel.

L’ocytocine est à la fois hormone et neuro transmetteur (elle est produite en masse lors de l’allaitement de bébé) et se retrouve dans tous les comportements de gentillesse et de tendresse que l’on peut avoir les un envers les autres.

Rappelons aussi que la cartographie du cerveau (moins précise que l’on pourrait l’imaginer) montre tout de même que la zone de plaisir est voisine de celle de la douleur… De là à dire que les sensations peuvent s’y mélanger… Cela Me semble plus que crédible grâce au bonheur de vivre tel que l’on se sent être : dans le présent, responsable et engagé.

Bref, tout ceci pour dire que oui, le bonheur, le bien-être est au service de la relation D/s lorsque le Maitre ou la Maitresse aime dresser physiquement la personne soumise en lui infligeant, selon son inspiration, des douleurs qu’Il ou Elle apprécie.

Serait ce le partage de cette douleur, dans le bonheur de vivre et d’être ensemble tel que N/nous l’avons choisi qui la rend plus supportable ? Qui permet même de franchir des limites ?

Et dans ce cas La douleur SM ou BDSM est elle l’amie du N/notre bonheur ?

Eros Power - 1920px-_DSC0245-2-2

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour Monsieur,
    Effectivement, je m’aperçois de jour en jour que le Bonheur et la Douleur peuvent s’entremêler au point de mener aux portes du plaisir, bien que je rajouterais un petit mot peu utilisé dans le BDSM (ce que je comprends très bien d’ailleurs) : l’Amour. Car je suis persuadé que sans l’Amour que j’ai pour mon Maître, je ne pourrais connaître le Bonheur et donc progresser chaque jour dans le plaisir que je ressens à souffrir pour Lui…
    Bonne fin de journée à Vous

  2. Je suis bien du même avis. Lorsque ma Maîtresse s’y prend bien et me rend heureux au cours d’une séance, elle peut m’imposer des douleurs beaucoup plus fortes que si elle me cueille » à froid ».

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here