Extrait de Dresser 2017 Tome 1
 
Selon le mode de vie choisi par le Maitre, visible ou très peu visible, l’esclave sera plus ou moins perçue comme telle par l’entourage.
 
L’entourage familial est celui qui évoque souvent le plus de craintes chez les novices. Il est fréquent que l’esclave vouvoie le Maitre alors que celui-ci la tutoie. L’expérience montre que cela est peu remarqué par l’entourage. La question « mais pourquoi tu le vouvoies ? » Engage une réponse simple et sincère : « parce que cela me plait et nous plait ». Si les questions se font insistantes, que ce soit de l’entourage familial ou professionnel, la meilleure réponse est bien celle de la vie privée : « ça me plait et c’est notre vie privée, je ne te demande pas comment tu vis ton intimité, merci de respecter la mienne ».
 
C’est une évidence qu’un dressage bien mené apporte un bien-être et une joie de vivre qui se voit.
 
Dans le cas des questions familiales si les questions se font toujours insistantes, en plus de l’exigence du respect de l’intimité il est bon de constater l’évidence : je suis heureuse, ça ne se voit pas , Ah tu te fais du souci ? C’est ton émotion et pas la mienne, je regrette seulement que tu ne puisses pas partager ma joie de vivre ».
 
C’est assez simple. Le dressage met en jeu de vraies responsabilités émotionnelles et une distinction claire de ce qui est de soi et des engagements pris à ‘égard de l’autre et des autres. Cela sert aussi dans ses situations.
 
Une esclave n’est l’esclave de personne d’autre que du Maitre à qui elle appartient. Elle n’est pas l’esclave de sa famille (même si les mères ou les frères et sœurs parfois peuvent le croire) et encore moins de ses supérieurs hiérarchiques (enfin de ce côté c’est moins évident compte tenu de certains modes de management pratiqué dans le milieu professionnel, mais ce n’est pas le sujet ah ah).

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here