lorsque je l’utilise, désormais toujours en levrette, je lui ordonne de jouir afin de lui offrir ce moment d’extase dont son corps et son esprit a besoin.

Je cesse les mouvements de va et vient de ma queue dans son petit vagin et en lui tenant fermement les hanches, en serrant sa chair de plus en plus fort je l’interpelle clochette ? oui Sensei, clochette mon esclave ? oui SENSEI, elle répond dans un souffle, je poursuis : A 3 je t’ordonne de jouir… puis je compte : un, deux… trois ! En pressant de plus en plus fort la peau sur ses hanches sans un mouvement de ma queue afin que son orgasme surgisse à mon ordre et non d’un mouvement de mon sexe.

Je sens alors son vagin se contracter sur ma queue, son corps s’emporter et je reprend mes mouvements dans sa vulve qui se trempe de l’orgasme qui saisit son corps. Je la pilonne avec violence en la tenant très fermement pour la faire aller et venir sur ma queue. Profondément, quelques fois en la tenant, je repositionne sa fente afin de la pilonner au plus profond, quelques fois une douleur la fait sursauter, je la tiens encore plus fermement et plus durement encore je la heurte profondément à l’intérieur plus fort que sa douleur,elle gémit, esclave pleinement ouverte, souffrante dans le plaisir que je savoure, dans mon plaisir de l’utiliser librement totalement abandonnée, haletante, son corps entièrement soumis à mes mouvements, à mon plaisir qui ne tarde pas à venir…

Je répand mon sperme en elle et d’une tape sur les fesses l’invite à se coucher sur le coté, elle me remercie de sa petite voix épuisée… Selon ma position, je met ma queue à sa place, dans sa bouche et lui caresse alors la tête doucement…

Oui au fil du temps, la maitrise de son plaisir sexuel est devenu un rituel….

La forme varie mais la constance de l’ordre comme la venue de l’orgasme en dehors de la stimulation génitale est désormais rituelle… je constate avec plaisir que lorsque je lui tiens les hanches en serrant un peu au cours de la journée, son corps s’excite et son besoin d’orgasme s’étend malgré elle, j’aime en jouer comme elle apprécie de sentir son corps m’appartenir ainsi malgré lui…

Il m’importe que le plaisir de mon esclave soit entièrement soumis à ma volonté.

Cela fait partie de l’entretien de l’esclave selon moi. Il y eut des périodes de chasteté orgasmiques, rarement plus d’une semaine… Il est bon de savoir que je l’utilise quotidiennement.

Dresser une esclave à jouir sur commande c’est un peu comme les piercings, il faut du temps et de la persévérance, il s’agit de tenir chaque jour l’orgasme de l’esclave, au début lui ordonner de demander la permission de jouir afin que son corps identifie parfaitement les signes avant coureurs de l’orgasme. Puis la dresser en lui refusant l’orgasme lorsqu’elle demande à jouir et lui ordonner dans les minutes qui suivent son refus de jouissance. Ne pas s’impatienter, ne pas punir lorsqu’elle jouit sans le vouloir et poursuivre sans relâche le dressage. 

Il est courant que cela dure plusieurs mois. L’usage de vibromasseur est tout a fait possible dans la préparation du corps a reconnaitre la venue de l’orgasme. Evidemment il faut l’éteindre juste avant qu’il survienne. Attention, je me souviens des premiers mois de dressage, mon esclave se cabrait et criait beaucoup dans ces moments là… Je la laissai ainsi et tenais fermement son humeur dans les heures qui suivaient…

Ce n’est pas facile mais c’est ainsi que l’on progresse ensemble aussi…. 

Empêcher son esclave de jouir c’est aussi savoir la tenir malgré sa frustration durant les heures qui suivent, et ce sans forcement la punir.

 2845esclaveconsentante

Dans le calme il est important de lui permettre de remarquer comme son plaisir d’obéir à son Maitre est plus important que la frustration ressenti par son corps… Sachant que ces états de frustrations sont passagers…

Je prévois dans les semaines à venir de changer l’ordre du rituel : je prévois de ne la faire jouir que sous les coups… après l’avoir utilisée attachée, la vulve remplie de mon sperme, la battre selon mon plaisir et lui ordonner de jouir… et non de commencer par les coups qu’elle apprécie tant….

Martinets, cravaches, cannes et autre paddle seront les prochains amis de ses orgasmes…

A suivre

www.vivresm.com
PARTAGER
Article PrécédentTatouage des esclaves
Article SuivantPerturbation…
ErosPower
Auteur - Photographe, Je publie des ouvrages qui valorisent la nature humaine et engagée dans la confiance, le respect et la plaisir d'être soi des relations Maitre / esclave.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonsoir Monsieur,

    Excusez moi , je reagie a ce post, la frustration !! je l’ai subie des annees, mon partenaire ne pouvais pas me faire atteindre l’orgasme, rien que de le lire me retourne, pourtant cela fait longtemps mais toujours bloquer dans ma tete…voila pourquoi je ne comprends pas que vous puissiez le faire volontairement, juste pour votre plaisir? ou alors je n’est encore rien compris !!
    Merci
    Bone soiree
    Valerie

  2. Bonsoir Valérie,
    Je comprends votre commentaire et vous en remercie. La frustration (sexuelle mais pas uniquement) est un chemin que le Maitre peut juger bon de faire parcourir à son esclave. Elle est un moyen – temporaire – de matérialiser, de manifester l’emprise consenti du Maitre sur l’esclave, son corps, sa vie et sa nature. Vous avez réagit à ce qui est un post de blog qui s’inscrit dans la continuité de la relation. N/nous ne sommes pas resté là, dans cette frustration. N/nous avons découvert, pour l’avoir pratiqué plusieurs mois que l’orgasme sur commande est très fort et très agréable mais cela s’est révélé néfaste à la longue. L’orgasme sur commande était déconnecté (un peu) du corps et de moindre intensité au fil du temps. Il a fallu du courage à clochette et un peu de perspicacité de Ma part pour le reconnaitre. Cela N/nous a appris à mieux N/nous adapter à ce qui N/nous correspondait le mieux sur le long terme. Depuis ces expériences, et vous pourrez le lire dans d’autres post, la frustration sexuelle est un outil ponctuel que J’utilise peu. D’autant moins que J’y perds aussi en qualité de plaisir constatant que jouir c’est servir et cela sert Mon plaisir. L’esclave n’est pas un objet mais bel et bien un être de chair, de jouissance et de cœur, et Ma jouissance d’elle est complète lorsqu’elle est pleine et entière comme Moi dans ces moments magiques aussi fréquents soient ils 😉
    J’espère avoir répondu à vos questions à ce sujet. Bonne soirée à vous.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here