Non je ne parle pas de moi… c’est le titre du livre que je lit en ce moment…

Comme vous vous en doutez à moins d’une semaine du terme, je peux pas faire grand chose… En plus, le web est en travaux et donc peu disponible (d’où mon retard d’une journée…)

Dans ce livre donc, la maîtresse de maison se livre à des expériences sur ses domestiques successives, afin de vérifier ou d’étayer certaines de ses théories, plus ou moins farfelues sur les aptitudes à servir afin d’écrire un livre permettent aux maîtres et maîtresses d’identifier une bonne servante avant de l’engager ou de transformer une servante médiocre en modèle…

je la cite :  » Toutefois, je n’ai pas seulement l’intention de recommander l’éducation des domestiques mais également la manière d’en tirer le maximum. »

Après des élucubrations sur le rapport entre physionomie et servitude, elle explique certaines de ses « expériences scientifiques », comme ordonner « assise/debout » plusieurs fois d’affilées en comptant pour voir jusqu’où pousse l’obéissance… Pour améliorer cette obéissance!

Elle explique aussi qu’il est bon de créer une complicité avec sa domestique pour qu’elle soit plus enclins à obéir… La maîtresse ne confiant que de petites choses pour amadouer la soumise…

Et cela fonctionne pour l’instant puisque la servante obéis à sa maîtresse… mais comme l’annonce le titre du livre, je pense bien que cela va changer… Surtout que toutes ses expériences, consignées par la maîtresse dans un cahier sont en fait données au lecteur par la servante qui les lit…

Pourquoi est ce que je parle V/vous parle de ça..? Bonne question…

En lisant ce passage hier, j’ai repensé au noviciat, comment un Maître ou une Maîtresse peut amener une personne à se soumettre, même si c’est la volonté de celle-ci à la base…

La future soumise/esclave bien qu’elle est le besoin de se soumettre, à aussi souvent, une part indépendante, comme la société nous apprend à l’être…

Comment alors le Maître influence t il la personne, dans le sens qu’il souhaite?

L’expérience du assise/debout est frappante puisque la servante n’en exécute que 6 la première fois puis de plus en plus jusqu’à 40 ou elle stagne un peu mais, à la grande surprise de sa maîtresse, fini par dépasser les 50…

Et elle le dit très bien, elle le fait pour faire PLAISIR à sa maîtresse…

Le Maître BDSM agit il de même avec sa novice???

SENSEÏ m’a toujours fait me réciter, pour me punir, pour me remettre à ma place, pour me calmer, pour me rassurer, pour m’asservir..? La répétition d’un acte fait donc parti du BDSM… Et ça marche!!!

De même, les leçons d’une novice se doivent d’être régulières pour être efficaces, me semble t il?

Le temps du noviciat est aussi le temps de la création d’une complicité et d’une confiance entre Maître et soumise/esclave… Cependant, le Maître BDSM se doit d’être vrai envers la personne à qui il demande tout…

Dans le cas du BDSM, je pense qu’il existe des sentiments à double sens. Le Maître tient à Sa soumise et réciproquement. Alors que dans le second, la maîtresse de maison peut très bien ne pas s’attacher à sa servante même si celle-ci est docile…

Alors quoi? Les méthodes de dressage des Maître BDSM d’aujourd’hui ne seraient elles pas celles des anciens maître de maison d’hier..?

Les soumises d’aujourd’hui ne seraient elles pas les bonnes sevrantes d’hier, qui par leur besoin intrinsèque de se soumettre faisaient la joie de leur patron???

je vous laisse donc pour 15 jours avec ces réflexions…
c!

Crédit Photo : couverture du livre

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here