La Responsabilité du Maitre…

Comme une synchronicité, le post d’Andy Candy résonne avec Mon premier post de êtresoimemesm formule enrichie.

Je n’ai pas à faire ici ce que Je fais ailleurs : écrire dans une forme ouverte concentrée, et non plus concentrique comme sur esclaves.org, ce que Je sais de N/notre monde.

Ce que Je fais désormais ici ? Blogguer. Oui désormais ce blog sera celui de Mes reflexions concrètes, en regard de ce que Je vis avec Mon esclave c! et qui sait, d’autres esclaves peut être, comme cela est déjà arrivé,  et Mes rencontres dans N/notre monde.

Pour illustrer cette notion de monde, Je viens de répondre à un lecteur de esclaves.org ces mots :  Il y a un monde au delà de la première et intense excitation sexuelle. C’est ce monde dans lequel N/nous vivons.

Et ce après avoir rappeler combien pour N/nous les termes de respects, d’engagement, d’honnêteté ont un sens….

Alors voilà. Plantons le décor :

Je vis avec Mon esclave, c!, depuis plus de quatre ans. Après de multiples aventures N/nous sommes posés là où N/nous vivons en 24/7. Cela signifie concrètement que N/nous vivons sous le même toit en permanence. N/nous travaillons la plupart du temps à la Maison : Moi dans mon domaine, elle dans le sien et quelques fois ensemble lorsque N/nos travaux se complêtent. N/nous avons un vie sociale jugée plus riche que la moyenne. Oui, N/nous avons beaucoup d’amis, qui savent peu ou prou de quelle manière N/nous vivons, ne serait ce parce que c! Me vouvoit en toute circonstance.

Alors oui, de la routine, du quotidien et des factures, N/nous savons très bien ce dont N/nous parlons lorsque N/nous évoquons le 24/7.

La routine ? Difficile voire impossible du fait de Mon métier et de Ma nature. Mais cela dit, une petite routine domestique pour c! comme pour Moi est un atout dans le quotidien. Je cuisine le salé, elle le sucré et les tâches de ménage sont plutôt bien réparties.

Je fais une distinction entre tenir la Maison et être servi.  Et surtout, J’aime aussi M’occuper de la Maison.

Alors, oui, c! est Mon esclave, Ma propriété. Je l’utilise comme bon Me semble et quand bon Me semble. Il n’existe aucune lutte de pouvoir. Je suis un garçon qui sait écouter et même poser des questions ;-). Je pèse Mes décisions et Mon avis s’impose naturellement. Je ne suis pas à l’abri d’une erreur d’appréciation et Je sais Me ranger du coté de ce qui le meilleur pour Moi. Dans ce qui est le meilleur pour Moi, il y a la paix, le calme et la création.

Je domine Mon esclave par nature. elle ne se soumet pas : elle M’appartient. C’est aussi simple que cela.

 

Cela dit Je ne décide pas de tout. Comme J’ai pu l’ecrire ailleurs, trop de protocole tue le protocole.

Pour illustrer Mon propos Je sais qu’elle a un bien meilleur gout que Moi en terme de tenue vestimentaire.

Pour exemple, lorsqu’hier elle me demande ingenuement quelle paire de chaussures doit elle mettre pour sortir, Je lui réponds simplement de les choisir, si elle hésite elle Me montre lesquelles et Je choisi. Je lui ai fait remarqué que lorsqu ‘elle se pose la question elle a en tête sa collection, pas Moi.

Je sais que toute décision qu’elle puisse prendre est prise en fonction de Moi, le Maitre. Oui, a ce titre elle est dépendante. Dans la vie quotidienne, de Mon coté J’assume Ma responsabilité. Je l’utilise et la domine comme il Me plait, il n’y a rien qui puisse autant nuire à une esclave que de ne pas être utilisée, de ne pas se sentir elle même pleinement au service du Maitre.

elle est jolie pour Moi et c’est avec grand plaisir que Je la martyrise quand il Me plait. Je ne suis ni avare de compliments (Je te trouve particulièrement bien dressée, Ma belle esclave) ni avare d’exigence. Cela dit dans la vie quotidienne il y a aussi des points de frictions qui sont autant d’occasion de N/nous montrer tels que N/nous sommes l’Un avec l’autre. Transformer une pointe d’agacement en ordre met à jour sa servitude comme Ma nature de Maitre et s’agrémente souvent d’un baiser des plus agréables.

Oui elle est dépendante de Moi et J’en assume la pleine responsabilité. Cela ne signifie pas qu’elle n’a pas d’avis sur les choses. Au contraire, J’aime qu’elle Me fasse partager son avis. Je sais que quoi qu’il arrive elle se rangera au mien, même si je fais mien le sien, en vérité elle M’appartient.

Ma responsabilité, Mon engagement, comme le sien N/nous offre de vivre en paix.

N/nous avons fait totalement disparaitre de N/nos vies toute forme de lutte de pouvoir. J’aime argumenter, elle aime argumenter et cela se fait sans aucun enjeu. Je n’ai pas à prouver que J’ai raison, elle n’a pas à Me prouver qu’elle est Mon esclave. Les choses de la vie sont dans un mouvement de curiosité partagée plutôt réussi.

Alors que J’évoque en ce moment la possibilité d’accueillir peut être une deuxième esclave dans la Maison, les conversations sont enrichies d’un partage de points de vue passionnants.

Cela c’est déjà produit et ce fut une expérience extrêmement positive pour N/nous trois. Mais c’est une autre histoire… Qui fera certainement l’objet d’un post dans les semaines à venir.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here