Un nouveau jour s’annonce, la lumière filtre au travers de la vitre embuée de la fenêtre de N/notre chambre. Le réveil rappelle à mon Maître qu’il est temps de se lever, Il s’étire, pose une main sur me fesse. Lourde de sommeil, reprenant contact avec le réel, mon esprit se connecte et je pense : « C’est le jour des courses… et si je préparais une quiche au saumon pour ce soir… quels ingrédients dois-je prévoir ?… compléter la liste.

Terre à terre, mais il est nécessaire de se nourrir, autant que ce soit agréable et varié. Mon Maître ignorant tout cela se rapproche, se colle à moi et je ne peux ignorer Son érection.

-Je vais te prendre.

Je réponds : « mmme », baillant, mollement allongée sur le ventre, complétant mentalement la liste de courses.

Se positionnant et se penchant au dessus de moi, Ses mains écartent mes fesses, Ses doigts cherchent l’orée de ma chatte, Son gland suit le même chemin et s’y infiltre.

Prise de conscience et réflexe de ma part : « Oh ça ne va peut être pas rentrer si ce n’est pas assez lubrifié. »

-Si si c’est bon, ça glisse parfaitement dit-Il en s’engageant dans mon petit trou. « tu es toute mouillée et chaude, j’aime ça. »

Là pour le coup je me réveille, ma liste de courses est suspendue, au diable le saumon, les courgettes et autres légumes. Je me focalise uniquement sur Ses mouvement de va et vient, sur les sensations provoquées par Son intrusion, par Sa façon de me malmener durement et profondément comme j’aime qu’Il le fasse, je m’en délecte en ressentant Sa satisfaction. Il me possède avec force, me fait changer plusieurs fois de positions, au passage Il pince mes seins et là je dois bien sûr étouffer mes cris… Il m’excite par Ses mots… observe mes réactions… intensifie Ses coups de reins, m’ordonne de jouir avant de prendre Son plaisir. N/nous jouissons pleinement de cet instant présent, N/nos plaisirs se mêlant et se rejoignant. Je remercie mon Maître pour ce si joli réveil pour le moins tonifiant et mettant de bonne humeur pour toute la journée, la fête des corps et la paix des esprits…

Après cela N/nous apprécions N/notre petit déjeuner en papotant pendant que la maisonnée dort encore. Je Lui fais part de mes intentions culinaires pour les jours à venir et finalement Il préférerait une quiche au jambon et lardons, j’en prends bonne note. Le reste Lui convenant.

Et le midi en dégustant Son café et après avoir relu ce texte (Il a bien ri en lisant le passage où abandonnant mentalement la liste de courses je me suis concentrée sur N/nous), Il a rajouté : « Voilà c’est ça les petits bonheurs simples de la vie, des instants dont N/nous savons profiter intensément quand ils se produisent. » Entièrement d’accord avec Vous Maître, sachons éprouver de la gratitude pour ce que N/nous offre la vie. »

 

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour dame de c,
    N/nous voulions vous remercier pour cette belle tranche de bonheur et de sincérité!! Tellement vraie! Je suis respectueuse, à une heure où il est tabou de reconnaitre que parfois l’esprit vagabonde à des moments inopportuns!!, d’avoir le coeur et la simplicité de le mettre en mot. Après tout qu’y pouvons nous?? L’important est de savoir revenir dans le temps présent comme vous en faites la démonstration!!! Belle leçon de vie encore un fois, avec un humour touchant. Merci de poser des valeurs simples. Belle journée à vous, mes respects â votre Maître.

    • Bonjour marianne,
      je V/vous remercie pour ce commentaire. N/notre expérience personnelle N/nous mène de plus en plus à vivre l’instant présent (le seul qui EST en vérité), avec quelques couacs !!! étant encore dans l’imperfection. Je termine justement un petit texte sur les vacances et la rentrée qui se situe dans ce registre, je le lirai à mon Maître ce midi afin qu’Il le valide ou apporte de nouveaux éclairages sur ce sujet.
      N/nous avons comme unique prétention d’être N/nous.
      Je Lui transmettrai V/vos salutations et recevez les N/nôtres.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here