Couverture : pièce de tissu, de laine etc… qui sert à tenir chaud, à couvrir, douce de préférence. Définition simple et claire n’est-ce pas ?

Sauf que N/nous avons une couette qui m’a toujours paru confortable.

Un soir comme tous les autres soirs N/nous voici couchés sous la couette. La température est un peu juste dans la chambre et j’entends :

– J’ai froid, viens sur Moi Ma couverture !

Couverture ? couverture ?

Juste le temps d’enregistrer Ses paroles. Voilà une injonction bien séduisante à laquelle je m’empresse d’obtempérer. Obéir à certains ordres plus « facilement » qu’à certains autres est une réalité, je me demande bien pourquoi ? (sourires).

Je me positionne, aussitôt Ses bras m’enserrent et me pressent fortement contre Lui, une bien douce contrainte peau à peau.

Le problème avec une soumise « couverture » c’est qu’elle s’agite et prend quelques initiatives. Mes lèvres s’égarent dans Son cou, mes mains frôlent Son corps.

Rappel à l’ordre immédiat.

-Arrête tout de suite. dit-Il en se tortillant et pouffant de rire.

Ah oui mon Maître est plus que chatouilleux et excessivement réactif au moindre contact de doigts sur Sa peau. C’est l’explosion de rire assuré. Dérangeant pour Lui cette petite faiblesse, moi je trouve cela plutôt « mignon ».

Un Maître reste un être humain comme les autres.

Donc Il emprisonne mes bras me maintenant immobile, prisonnière.

Je me laisse aller, tranquille, m’imprégnant de l’atmosphère, écoutant Son souffle régulier, avide de sentir Ses réactions. Pas facile d’être la couverture idéale, pour un premier essai je fais de mon mieux.

Je ne tarde pas à découvrir que pour Lui une couverture se doit d’avoir un haut pouvoir calorifique et érotique. Une double fonction qu’il me faut remplir avec zèle et efficacité répondant à Ses désirs. Sa couverture s’enroule, se plie, L’enveloppe, Le réchauffe, Le caresse, glisse sur Sa peau…muette et attentive.

Il ne se gêne pas pour la presser, la tortiller, la frotter contre Lui, la pincer (ah! oui Il aime la pincer à certains endroits qui la font gémir…), Il finit par la soulever et l’utilise pleinement avant de s’endormir satisfait du service rendu, Sa couverture légèrement enroulée autour de Lui.

Voilà un rôle original qui m’a bien plu.

A Lui aussi car depuis régulièrement Il utilise Sa couverture à Sa convenance. Quelquefois seulement pour se réchauffer quand Il est fatigué. Mais qu’il est bon de rester ainsi corps à corps étroitement enlacés, un moment que N/nous apprécions l’Un et l’autre.

Sa couverture étant heureuse de Lui apporter le réconfort, la détente le conduisant au repos, elle se fait douce et apaisante. D’autres fois elle Lui procure des satisfactions plus intenses et plus coquines, son plaisir découlant de celui de son Maître.

Douces nuits à T/tous et T/toutes et comme nous sommes en avril appliquons le proverbe, ne N/nous découvrons pas d’un fil !!!

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here