Le BDSM est une communauté dans le sens où beaucoup de personnes partageant un intérêt commun se rencontrent pour échanger et vivre ensemble de beaux moments. Soyons clairs, même si c’est une communauté BDSM, N/nous sommes des êtres à part entière et nous parlons aussi d’autres sujets.
Beaucoup ressentent la fierté d’appartenir à cette communauté. je peux le comprendre vu comment la société et le pouvoir des médias incitent tout le monde à appartenir à un groupe comme ça chacun est classé par étiquettes selon le genre, la classe d’âge, la classe sociale, le travail, la religion, l’alimentation, etc. Sauf qu’il est inutile de s’identifier à ces cases toujours réductrices.

Si l’on me demande qui je suis, je ne vais pas répondre que je suis une femme de 21 ans avec un emploi de classe sociale moyenne, etc. Ce sont des parties de moi, mais ce n’est pas moi. je suis avant tout une personne avec une âme que je cherche à développer, j’apprends à vivre dans l’instant présent et à m’épanouir comme une fleur qui éclôt. je fais ma vie en fonction de mes choix (en l’occurrence le choix de lui appartenir et de Lui obéir en toutes circonstances 😉

S’identifier à ce que l’on est en apparence ou s’identifier à son travail, sa condition de Maître(se),soumis(e)/esclave ou autre c’est comme l’expression « réussir/gagner sa vie ». La vie a juste à être vécue, ce n’est pas une compétition, N/nous n’avons rien à gagner et rien à perdre.

Il ne faut pas non plus idéaliser cette communauté au nom de ces « étiquettes ». Certes, j’adore les personnes qui disent « il y a assez de problèmes dans la vie de tous les jours, le BDSM est justement un lieu de paix où l’on s’évade ». Bon alors déjà les problèmes de la vie, tout est une question de positionnement et de façon de voir la vie. Pour ma part, je ne pense pas qu’il y ait de problèmes, de facilité ou autre, juste N/notre vie à vivre encore une fois.

Et ensuite, même si certains pensent comme ça, la communauté n’est que le regroupement d’une partie de la société dans laquelle les mêmes enjeux et les mêmes personnes sont. Donc oui, il y a des personnes bien intentionnées et d’autres, mal intentionnées, des commères, des ragots, des médisances, des jaloux, etc. Il y a aussi des entraides, des soutiens et des amitiés réelles et même quelques fois exceptionnelles 🙂

Pour ma part, j’ai rencontré beaucoup de personnes géniales avec qui j’ai partagé des choses magiques que je n’oublierai jamais. Certaines personnes avec qui j’ai encore des contacts somptueux et d’autres avec qui je n’ai plus de contact. Eh oui, contrairement à d’autres, moi j’estime que l’on n’a pas à juger les autres, que l’important est d’être heureux et chacun doit faire son chemin pour trouver comment être heureux. « La question n’est pas pourquoi, mais comment » comme dit mon Maître, ErosPower au début de son guide.

Et il ne faut pas oublier que parler sur le dos des autres (en disant des choses pas toujours vraies, d’ailleurs), la méchanceté, les jugements ou la mesquinerie n’est qu’une mésestime de soi. Quand vous jugez les autres, vous vous jugez vous même. L’humilité c’est d’apprécier les personnes dans leur juste valeur avec une confiance et une estime de soi suffisante pour ne pas avoir à comparer en dénigrant l’autre ou en se dénigrant soi.

Une dernière chose aussi… Quand on découvre le milieu et la communauté, on peut être perdu du fait de ne connaitre personne tandis que tout le monde se connait. Sachez, ceux qui parle avec les nouveaux, que vous n’êtes pas obligé, mais alors pas du tout d’avoir un avis sur tout le monde. Parler de vous et non des autres. Pour ma part le fait qu’X ait une relation qui n’ai pas marché, je m’en fiche et je ne cherche pas à savoir pourquoi c’est terminé, si c’est X ou Y qui a tort. Si j’appréciais X et Y avant, ça ne changera rien. Si je trouve Z dangereux, je n’irai pas le voir, mais je ne cracherai pas sur son dos non plus.

Alors oui, c’est vrai j’en ai parfois trop dit et on me l’a reproché et je sais qu’il faut du temps pour changer de réputation, mais je change de jour en jour et c’est toujours plaisant quand je vois que les autres le ressentent même si mon bonheur est en moi. j’ai aussi été trop naïve et j’ai fait partie de celles qui croient vivre dans le monde des bisounours ou « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». Désormais, ma confiance se gagne et j’accueille chaque personne avec spontanéité et sincérité, mais je ne me fais plus d’idées.

 

Photos : soirée des 6 ans de l’Anneau de justine

6 COMMENTAIRES

  1. Je souhaite et fais le voeu (je n’espère pas pieux) que Soumis(es) et Maître(sses) chacun(e) dans leur mouvance parvienne – ici, comme ailleurs, région(s) site(s) lieu(x) de réunion… à ne pas être que méfiant et ou circonspect. Je crois que – que quelque soit la position sociale et ou l’orientation religieuse et ou ethnique dès que l’on « embrasse » BDSM et ou D/s toutes les contingences multiples s’effacent et doivent
    totalement disparaitre pour accepter, introduire – sans préliminaire ou à priori la ou le Soumis(e) et le ou la Maître(sse) tant débutant(e) que confirmé(e) encore que de part ou d’autre, il y a toujours matière à progresser à l’écoute et l’attente par dialogue mutuel -constructif- instructif- bénéfique. dans le groupe BDSM. Depuis quelques temps je recherche Soumission- BDSM qui m’a beaucoup donné sans pouvoir à nouveau y parvenir Tout cela pour avoir quitté, il est vrai la capitale et région parisienne.

    • Bonjour,

      Il est vrai qu’une relation saine est une relation sans jugement. j’ai rencontré des personnes géniales comme des personnes mal intentionnées et tout cela m’a fait avancé. Cependant, je n’ai aucune méfiance et ne fais pas payer les mauvaises intentions rencontrées à des personnes que je ne connais pas. j’accueille volontiers de nouvelles personnes à dialoguer, sans jugement et dans l’écoute tout en apprenant à ne rien attendre de celles ci. « Moins tu attends, plus tu reçois » me dit souvent mon Maître 😉

      je vous souhaite bon courage dans votre recherche mais n’oubliez pas qu’une grande partie de la population est aimante et bien intentionnée 😉

      Au plaisir de vous lire.

  2. Bonjour et merci pour cette publication.
    Tout est dit !
    J’ai aussi rencontré de très belles personnes et d’autres beaucoup moins sympas.
    Oui, pourquoi certaines personnes parlent beaucoup trop des « autres » ? La nature humaine…
    J’ai appris à prendre du recul, à voler de mes propres ailes, chercher les réponses par moi même et savoir à qui je pouvais me confier avec confiance si nécessaire, 2 personnes sans jugements mais qui m’aident dans mes réflexions sans pour autant se mêler de ma « sphère intime ».
    Je trouve que pour une communauté qui se dit tolérante, quand on creuse un peu, c’est loin d’être toujours le cas, heureusement il y a de très belles rencontres, de beaux partages, des échanges enrichissant et c’est le plus important.
    Merci encore pour ce bel écrit, qu’il puisse profiter à tous.
    Bon dimanche à vous et votre Maître.

    • Bonjour diablotine et merci pour votre commentaire. C’est toujours un plaisir de découvrir de nouveaux lecteurs.
      « Je trouve que pour une communauté qui se dit tolérante, quand on creuse un peu, c’est loin d’être toujours le cas, « , c’est bien ce que je dis, il ne faut pas idéaliser cette communauté qui représente une part de la société avec les même enjeux.
      Cela n’empêche évidemment pas les belles rencontres, nous sommes bien d’accord. Pour ma part, je suis naturellement confiante et optimiste. je m’ouvre facilement mais désormais, j’en dis de moins en moins et laisse aux choses le temps de se faire.

      Cela m’apprend plein de choses et dans tous les cas même si j’étais sûre des qualités et de la confiance que l’on peut avoir en quelqu’un rien ne sert de tout dire au début, il faut laisser du temps au temps.

      Et dans tous les cas, comme je dis souvent « Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises expériences, justes des expériences faites pour être vécues ».

      Une relation saine est une relation sans jugement et je suis ravie que vous ayez dans votre entourage des personnes ainsi.

      Bon dimanche également et au plaisir de vous lire.

  3. Un bel article qui resume bien la communaute. Ayant eu l’occasion de vivre a l’etranger c’est amusant car c’est toujours plus ou moins le meme type de rencontres et d’ambiance.

  4. L’essentiel est déjà écrit dans ton article Esclave Lina ainsi que dans les réponses.
    Je voudrais juste ajouter que moi, je suis pareil dans ma vie vanille que celle BDSM: je ne juge pas les gens. Je me contente juste de voir ou plutôt de sentir les gens avec qui j’ai des affinités (et c’est souvent le cas avec les personnes que j’ai rencontrées dans le milieu BDSM) et d’éviter ceux avec qui le courant ne passe pas.
    J’apprécie énormément après un jeu d’échanger avec les personnes qui ont contribué à ce jeu. Si je ne suis pas contre un certain rituel (mais pas extrême) lors des jeux ensuite, nous redevenons des personnes qui partagent sur leur vécu, leurs expériences et ça permet aussi d’oser se lancer dans de nouvelles expériences sur base d’informations reçues lors de ces échanges.

    Moi, je n’appartient pas vraiment à la Communauté. Je connais quelques personnes mais peu me connaissent et je ne participe pas toutes les semaines à des soirées en club ou autres. Je n’apprécie pas les gens qui se croit obliger de jouer un personnage (de dominant en l’occurrence) en dehors des jeux avec des personnes qu’elles ne connaissent pas. Un partage pour entrer en confiance m’est indispensable pour me soumettre à quelqu’un que je ne connais pas.

    Le BDSM est avant tout une occasion de rencontrer de façon fort intime des personnes partageant les mêmes plaisirs que moi. Faut-il pour autant appartenir à une Communauté ? Je suis plus un amateur de jeux SM qu’un membre de la communauté BDSM.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here