Interview redSubmarine partie 4

Et je fus choquée d'apprendre après coup que j'ai joui de douleur

2
386

21 As tu la possibilité de refuser des choses, encore aujourd’hui ? esclave lina ne peut jamais dire non, elle ne peut pas refuser et doit accepter sans réfléchir. Si elle dit non, ou « je n’ai pas envie », elle est battue. Quelques fois elle aime être battue ça lui rappelle combien et comment elle est asservie : elle adore ça.

Bonne question, je ne vis pas en ce moment en 24/7. Je pense que vous parlez des séances. Laissez-moi y penser.
Pour être honnête, même dès le début je n’ai jamais été questionnée : aimes-tu le martinet ou la canne ? Cela m’était appliqué un point c’est tout. Il m’a été demandé quelques fois de pouvoir m’exprimer librement durant la séance au sujet de ce que je subissais. Par exemple vous subissez de la canne sur le téton droit et vous devez nommer la prochaine partie du corps où vous serez frappé avec la canne. Alors quand je n’en pouvais plus il me fallait quand même trouver les ressources pour nommer l’endroit suivant pour recevoir les coups.
Les choses ont toujours été comme ça, juste faites. je n’étais pas bâillonnée, je pouvais parler à tout moment, mais je n’ai jamais dit non – si je m’en rappelle correctement.

Ah, j’ai été corrigé : tu n’as jamais dit non ou stop, mais tu as dit souvent « s’il vous plait » – et comme le Maitre Français l’explique avec son esclave quand ton « s’il vous plait » est ignoré il est fréquent que tu tombes en subspace là où nous voyons que tu es dans l’acceptation totale. Ton corps se met à trembler, à frissonner entièrement dans un orgasme incroyable qui te fait t’évanouir. Alors oui le Maitre Français a juste lorsqu’il remarque : souvent lorsque l’esclave dit non cela signifie oui, mais elle ne le sait pas encore.

22 Aimes-tu être battue ? Pour te sentir à ta place ?

je dirais non. Mais comme j’ai dit à la question précédente, je suis souvent incertaine de ce que je veux ou de ce que j’aime. Et je fus choquée d’apprendre après coup que j’ai joui de douleur la première fois que cela s’est produit. Je pense que je ne l’ai pas cru avant de voir ce petit puits sur le sol en terre battue entre mes cuisses. Aujourd’hui je pense vraiment que nous soumises et esclaves ne savons pas vraiment ce que nous aimons, voulons ou avons besoin jusqu’à ce que cela nous soit imposé.

23 Dors tu avec Maitre, Maitresse ou les deux ?

Je dirais, non. Avant Maitresse D j’ai rencontré beaucoup de prétendus dominants (mâles) qui se sont révélés juste vouloir du sexe avec moi. Alors cela a été un soulagement pour moi lorsque j’ai appris que Maitresse D n’est pas lesbienne. j’ai pu ainsi bénéficier d’une éducation plus technique sans avoir toujours les choses du sexe en tête.
je suis corrigée : précise ta pensée
Bon, pas d’éducation au sexe je veux dire, bien sûr j’ai appris le fist vaginal en entier et être analement plus souple et disponible, mais ce n’est pas ce que je considère comme du vrai sexe.
Et bien entendu il y a des exceptions.
Lors d’occasions spéciales, il m’arrive de dormir avec Maitre ou Maitresse. Après une longue séance remarquable, un anniversaire, une cérémonie particulière… Dormir dans leur lit signifie généralement être attachée au lit et traitée de la façon où je tombe en subspace et la seule chose dont je me souvienne est un orgasme formidable.

Maitresse D : c’est trop vague, précise !

je pense que la dernière fois que c’est arrivé, j’ai dormi avec Maitresse D, dans mon lit et elle à côté de moi, j’étais attachée au lit avec un masque j’ai du raconter mon expérience avec les docteurs en TPE et pendant mon récit j’ai été fistée trois fois jusqu’à l’orgasme.

24 Comment t’imagines-tu dans 5 ans, 10 ans ? Peux-tu t’imaginer durant tes vieux jours ?

Très difficile à dire. Cela m’est souvent demandé via mon site web. Je suis si heureuse d’avoir obtenu mon diplôme scolaire de milieu d’éducation durant mon dressage D/s pour être une soumise mature. Aujourd’hui je travaille normalement, disons 30H dans un job normal. Mais ma vie précédente me manque beaucoup. À coté de vivre une vie normale j’essaye de vivre en TPE à chaque fois que c’est possible.

25 Comment peux-tu progresser en tant qu’esclave ?

26 Que fais-tu pour approfondir ta servitude

Alors nous avons assemblé les deux questions en une parce qu’elles sont très proches et que Maitre et Maitresse sont très désireux de m’entendre à ce sujet.
Je n’ai pas vraiment pensé à toutes ces choses et j’ai juste fait mon apprentissage normal jusqu’à ma quatrième année. Là, je suis tombé terriblement malade et j’ai manqué l’école, j’ai du redoublé et de fait, rester une année de plus auprès de Maitresse.
Elle a accepté à une condition. Une année de plus chez elle signifiait que j’avais à progresser plus qu’une servante « normale ». Durant cette dernière année j’ai du progresser de 6 à 7 cm de plug anal à 10 cm. J’ai même pu être fistée analement durant une séance.

Maitre A : et quoi d’autre ?

Mhmmm j’ai compris que mon éducation n’était que le commencement. À être préparée. Au début je pensais tu apprends ceci et cela et c’est bon. je me suis trompée.

Maitre A : comme quoi ? Donnes des exemples, ceci est une interview qui sera probablement publiée, les lecteurs ne veulent pas des notions générales bla bla mais des exemples concrets.

Oui Monsieur, désolé Monsieur. j’ai appris durant une session que si une soumise déclare avoir besoin d’aller aux toilettes c’est généralement une excuse parce qu’elle se sent stressée et qu’elle veut juste du temps seule aux toilettes. Je ne peux pas dire que ce n’est pas toujours une excuse, mais vous pouvez y aller avant. Et j’ai appris cela à la dure, en étant obligé de boire, de lécher et d’avaler tout ce qui est sorti de mon corps durant la séance.
j’ai aussi appris à assister au dressage de nouvelles soumises. Ce n’est pas mon truc, mais je suis fière d’avoir appris cela. Et dans mes test TPE j’ai appris que je suis capable de servir une semaine entière de parfaits étrangers sans aucune faute.

Maitre A : es-tu certaine de ne rien oublier ? Pense au temps du corona.

Ah, oui désolé Monsieur. Durant les temps du corona, j’ai dû faire face à des défis « special corona ». Souvent face caméra. j’ai eu un iphone afin de disposer de facetime – toujours ouvert. Ainsi Maitresse D, Maitre A et quelques fois les docteurs peuvent appelé pour me vérifier.

Maitre A : sois précise !

Je dois recevoir de la canne jusqu’à ce que je puisse en dire plus de ces défis. La canne m’aide toujours lorsque j’ai perdu ma langue.
Il y a eu plusieurs défis dans différents domaines. La dernière fois j’ai dû commander une pizza et la recevoir entièrement nue. Il y a eu aussi un défi de douleur où j’ai dû me mettre à genoux sur du sel, du riz, des graines de tournesols et d’autres choses comme ça sur un plateau.

Maitresse Donna : dis-nous celui que tu n’as pas encore osé partager sur ton site

Maitresse sait toujours comment me piéger, je sens encore la canne sur mes fesses et je sais que cela ne s’arrêtera pas tant qu’ils ne seront pas satisfaits de ma réponse, aie. Alors j’ai crié : il y a eu cette fois ou j’ai dû me branler à l’extérieur en plein jour, il y a eu aussi cette fois où j’ai été nue dans un ascenseur.

Maitre A : très bien… Combien de fois as-tu échoué à accomplir un défi ? Les lecteurs français sont certainement très intéressés.

Pas une fois Monsieur !

30 coups sur ton cul exactement, presque ton âge, n’est-ce pas ?

Oui Monsieur, c’est peut être un signe. Merci de m’encourager ainsi à dire toute la vérité…

27 Médites-tu ?

je ne l’ai jamais fait, mais en ce moment j’apprécie pratiquer les positions d’esclave face au miroir, les retenir durant plusieurs minutes et m’observer les faire. Cela me relaxe beaucoup après une longue journée de travail.

28 as tu une cellule où tu peux être enchainée et gardée enfermée dans le noir ?

Non, je n’en ai pas. L’interview dure depuis 3 heures. je réclame une pause et j’en ai une, je demande une cigarette. Normalement je ne fume pas. C’est juste dans une situation spéciale. Et aujourd’hui en est une. Maitre et Maitresse remarquent que c’est le moment parfait puisqu’ils ont tous deux envie de répondre à cette question pour moi.

Maitresse D : c’est une idée intéressante. Cela pourrait être bon pour apprendre d’être totalement abandonnée, pour cela nous avons l’isolement sensoriel, signifiant le masque, le bâillon, attachée les membres écartés, le collier et les écouteurs de musique dans les oreilles. Dans ce cas elle est privée de tous ses sens sauf de celui de sa peau. Une disposition parfaite pour apprendre la tolérance à la douleur. Qu’en dis-tu A ?

Maitre A : bien, ce sont de très intéressant point de vue à toutes les deux. Mais comme vous le savez, j’ai été plus attaché à lui enseigner quasiment l’opposé. Comment se comporter en pleine lumière alors qu’elle est observée. C’est pour cela que Je n’ai pas de rideaux dans ma chambre de jeu. Comment se tenir alors qu’il y a une autre soumise dans la pièce, ou un autre Maitre ou juste des gens normaux.


Je n’ai jamais pensé au cachot. Mais cela peut être une bonne idée à l’occasion. Après tout, oui, toutes les soumises doivent savoir être aptes à faire face à la solitude.

29 Es-tu quelques fois utilisée par des invités (en soirée bdsm) ou bien par de parfaits étrangers ?

Non, pas vraiment, cela se dit usage étranger en allemand il y a un mot pour ça : Fremdbenutzung.
J’ai eu quelques expériences similaires, il y avait une autre soumise lors d’une session à DS place. je ne me souviens plus très bien, nous avions toutes les deux un masque en permanence. À la moitié de la soirée nous avons été placées sur une table, dos contre dos et nous devions utiliser un double dildo, après un temps, l’un des invités a dit qu’il avait vu un film où deux femmes faisaient de l’anal ainsi, je me souviens encore du titre parce que je l’ai acheté le lendemain sur amazon (honte à moi pour ma curiosité) c’est requiem for a dream. Alors nous avons du le faire, j’y suis parvenu, mais ma sœur de chaines n’a pas pu apparemment, beaucoup plus tard nous avons pu le répéter et cette fois-ci elle y est arrivée.

Une autre fois Master A, m’a demandé une faveur, suis je autorisée à dire cela ? je le suis, alors Maitre A a une sortie le mercredi soir juste entre hommes, ce sont des gars normaux, pas dans le milieu du bdsm, je suppose et lors de la soirée ils parlent des filles, de foot ou joue à xbox.

Maitresse D écoute attentivement, elle ne sait pas et déclare : très intéressant, vas y raconte, et elle sourit

Alors un jour Maitre A me demande une faveur. Sur la télé ou en fond d’écran de la xbox Il a mis une photo de moi en bikini bleu très sexy. Quand les garçons furent tous là, ils se sont mis à faire des commentaires sur la photo, quelle belle salope que voilà, on aimerait bien qu’elle soit là. Et c’est exactement à ce moment-là que je dois entrer dans la pièce, dans le même bikini pour leur servir des bières fraiches. Évidemment je l’ai fait. Ils étaient bouche bée et plus du tout frimeurs. Normal pour des types vanilles, alors j’ai même enlevé le haut et pendant que je distribuais les bières je m’asseyais quelques secondes sur leurs genoux. Ils étaient soudainement intimidés et silencieux, j’ai adoré.

Maitre A : tu n’oublies pas quelque chose ?

Eh bien oui, désolé Maitresse de ne pas vous l’avoir dit, mais je pensais que c’est juste un événement vanille sans importance. Alors bien sûr j’ai servi beaucoup de bières tout en remarquant qu’ils étaient tous en mode silence. Je savais qu’ils ne pouvaient pas parler librement juste parce qu’il y avait une jeune femme en bikini parmi eux. Je trouvais ça amusant. Mais je voulais aussi que Maitre profite de sa soirée normalement, alors je lui ai demandé la permission de m’habiller. Personne n’a rien dit, mais ils ont tous été choqués que je demande la permission. Il m’a répondu d’un signe et j’ai su que je pouvais le faire Je ne sais pas ce qui m’a poussé à ce moment. Je me doutais que les hommes voulaient me voir nue, mais étaient trop timides. Alors j’ai enlevé mon bikini devant eux, puis suis allé me mettre à genoux pour remercier Maitre et ensuite m’habiller en tenue normale. Les garçons avaient l’air frigorifiés et totalement muets.

Maitre A : oui, c’est à peu près ça…

Et tu peux être certaine qu’une fois partie, ils m’ont posé une foule de questions.

À suivre mercredi prochain le 05 mai 2021

2 COMMENTAIRES

  1. « Mais comme j’ai dit à la question précédente, je suis souvent incertaine de ce que je veux ou de ce que j’aime. Et je fus choquée d’apprendre après coup que j’ai joui de douleur la première fois que cela s’est produit. Je pense que je ne l’ai pas cru avant de voir ce petit puits sur le sol en terre battue entre mes cuisses. Aujourd’hui je pense vraiment que nous soumises et esclaves ne savons pas vraiment ce que nous aimons, voulons ou avons besoin jusqu’à ce que cela nous soit imposé. »

    C’est la partie que je préfère le plus de toute cette interview. Très intéressant que de lire les différences dans la culture et aussi la manière de penser. Très enrichissant.

    Mon fantasme personnel serait d’élaborer un interrogatoire de la sorte. Lire cette entrevue me fait très plaisir.

    • Vous pouvez me poser des questions sur mon site Web, auxquelles je réponds pour la plupart publiquement. Il y a un lien vers celui-ci dans la dernière partie de l’interview qui sortira le 19 mai.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here