Interview redSubmarine Partie 2

ceci a consisté à m'affranchir de la peur d'être nue et d'avoir à me présenter correctement

2
2197

PRÉAMBULE

Cette interview M’a été proposée par redsubmarine sous l’autorité de sa Maitresse Lady Donna et Maitre A.
redsubmarine est une soumise-servante allemande. Son parcours de soumise est un bel exemple de dressage accompli sous l’autorité d’une Maitresse BDSM de qualité : Lady Donna. Lors de N/nos premiers contacts N/nous avons imaginé une interview qui permette aux Français de constater les différences d’approche entre la France et l’Allemagne en matière d’éducation des soumises. J’ai rédigé une soixantaine de questions en anglais dans cet esprit que J’ai envoyé par mail.

Les questions :

L’interview proprement dite a eu lieu sous la direction de Maitresse Donna et de Maitre Andreas. Il est important d’en planter le décor afin de bien comprendre comment les réponses aux questions furent collectées. redsubmarine, soumise servante de 28 ans fut dressée pendant plus de 5 ans par Maitresse Donna, Maitre A est venu compléter son dressage au cours des dernières années. Lui, c’est le Maitre de la douleur. Pour répondre à toutes Mes questions Maitresse Donna et Maitre A ont placé redsubmarine face à eux comme pour l’interroger. Il s’agissait d’obtenir les réponses en anglais les plus spontanées possible. Si les réponses étaient jugées insatisfaisantes, Maitre A pouvait utiliser la canne afin de motiver redsubmarine à faire preuve de précisions et de sincérité.

Il est plusieurs fois fait référence dans l’interview à des séances de TPE en compagnie d’un couple dont le mari est médecin. Il s’agit d’un couple d’amis de Maitresse Donna, lui est gynécologue, dominant, sa femme quant à elle, est qualifiée d’ultra dominante par redsubmarine. C’est chez eux qu’elle a vécu ses expériences de TPE (Total Power Exchange) sous forme de stages intenses de quelques jours.

INTERVIEW

Maitresse Donna : Pour commencer, tu vas te présenter. Choisi une photo de toi, dis-nous ce qu’elle représente et pourquoi tu l’as choisi.

Merci beaucoup de cette introduction facile Maitresse. Cette photo date de deux semaines environ avant que tout commence. J’étais chez moi, avec des amis dans le parc. Je pensais constamment si je devais accepter ou pas votre offre « d’éducation bdsm ». Aucun de mes amis n’était au courant, évidemment. Mais là, sur la photo, je vois mes cheveux presque rouges. Ma décision intime était déjà prise à ce moment-là. Je n’avais pas encore de dress-code, c’est pour ça que j’ai encore un soutien-gorge. De Votre précédent « étudiant » j’avais appris comment me présenter dans la position adéquate.
Soudainement j’ai tendu mon téléphone portable à un ami : « ne crois pas que je sois folle, mais peux-tu me prendre en photo comme ça ?  » et j’ai pris la pose. Les autres garçons avec moi n’ont même pas posé de question, ils savent que je suis un peu bizarre. Ils ne pouvaient pas savoir que c’est la première image que j’envoie à Maitresse D avec ma réponse : oui, j’accepte de le faire.

Maitresse Donna : oh oui, Je M’en souviens, mais Je ne connaissais pas les circonstances exactes de cette photo

ErosPower

1 Quand as-tu découvert ton habileté à te soumettre ? Il y a longtemps ? Lorsque tu étais enfant ou bien à l’occasion de ta première rencontre avec une personne dominante ?

Peut être vous attendez vous à ce que je réponde oui depuis toute petite j’en rêvais, être attachée à un arbre par des cow-boys moi l’Indienne, eh bien non pas du tout.
Laissez-moi vous expliquer, j’ai eu du sexe très tôt dans ma vie, non pas parce que je le voulais, mais parce que mon apparence et mon corps étaient très féminins : de gros seins, des hanches larges, les garçons étaient comme dingue de moi. Pour cette raison je pouvais être très piquante avec eux, très exigeante comme une diva, une vamp. Les garçons ont toujours considéré que j’étais une dominante, c’était simple, clair, évident, mais jamais vraiment satisfaisant au fond. J’ai toujours su qu’il manquait quelque chose sans pouvoir dire quoi exactement.
Beaucoup plus tard Maitresse D m’a confirmé qu’il est typique d’une soumise de se montrer très dominante en public. Je n’avais aucun indice pour cela.
À 16 ans j’ai même essayé le sexe avec les filles parce que je me demandais si j’étais pas lesbienne. C’était OK, différent, plus érotique. Encore aujourd’hui j’aime le corps des femmes plus que le corps des hommes, mais je sais aussi pour avoir essayé que je ne suis pas lesbienne. Alors j’ai décidé qu’à ce moment-là, je serais probablement asexuel.
Pour faire vite. Alors que j’étais jeune, je n’ai jamais eu un orgasme, je ne fus jamais satisfaite, je ne me masturbais jamais. Je pensais que c’était normal comme ça, de faire du sexe, puis de se marier et d’avoir des enfants.

2 Décris toi maintenant et telle que tu étais avant ton éducation

Oh, ça, c’est une question difficile. C’est vraiment deux personnes différentes avant et après. J’ai été harcelée et méprisée à l’école, j’étais grosse, un peu rousse, simplement moche. Pas brillante ni populaire peut être parce que je ne pouvais pas me concentrer puisque j’étais harcelée sans cesse.
Aujourd’hui je dirais moi et mon corps savons ce dont nous avons besoin et ce que nous voulons. J’ai vraiment grandi énormément par rapport à moi-même.
Pour moi c’est vraiment difficile de répondre. Pour faire simple, avant d’être asservie, j’étais tout le temps malheureuse, j’étais en dépression, je me suis coupé la peau des poignets et des jambes. J’ai été envoyé chez un psychiatre et diagnostiquée borderline comme d’autres personnes à risques. Tout ceci s’est arrêté lorsque ma nouvelle vie a commencé. L’urgence de me faire du mal a cessé avec le mal que l’on m’a fait à ce moment-là. Mais ce n’est pas du tout la même chose, ça aide vraiment à ne plus se faire du mal encore.

3 Décris nous ton dressage des débuts jusqu’à maintenant

Oh mon dieu, j’hésite. Mais je ne serais pas puni parce que cette question couvre une période qui s’étale sur plus de 5 ans. Au début j’ai été entrainée à me sentir bien avec mon corps, vivre entièrement nue tout le temps à la maison. Bracelets de chevilles, de poignets et collier m’ont permis de me sentir complètement habillée après un peu de temps.
j’ai appris à servir, tenir la maison, nettoyer, cuisiner et servir en que soumise, servante dans la maison de Maitresse D. lors des week-ends j’étais toujours libre de rentrer chez moi dans ma famille située à un peu plus de 100 km d’ici.
J’ai reçu une éducation dans 3 domaines distincts. Ce sont les 3 piliers de l’apprentissage. Le premier pilier est sexuel, ce qui ne signifie pas sexe véritable, et encore moins en tant que lesbienne comme je me sentais, le premier pilier signifie par exemple d’apprendre à être fistée, d’être plus ouverte, chaque « étudiant » de Maitresse doit apprendre à porter confortablement un plug anal de 5 cm de diamètre minimum durant des heures (ce qui fut difficile pour moi au début).
Le pilier n°2 est celui où l’on apprend à se présenter soi-même et à être bien présenté. J’ai dû choisir un pilier favori et ce fut celui-là. j’ai dû apprendre des tonnes de positions différentes en fonction de leur utilité et de leur fonction. Par exemple : présentation signifie être prête pour l’inspection. La même position avec mes mains confortablement croisées dans le dos pour de longues interviews, ou bien la position nadu, à genoux, les mains sur les cuisses ouverte paume vers le haut.
Plus que tout, je crois que tout ceci a consisté à m’affranchir de la peur d’être nue et d’avoir à me présenter correctement.
Le pilier 3 concerne la douleur et le plaisir. j’ai ainsi appris que la douleur et le plaisir sont très proches l’un de l’autre dans notre cerveau. Cela peut sembler incroyable sans aucune preuve, mais je vous l’assure, c’est vrai.
Alors durant la dernière année de mon dressage Maitresse D a sélectionné un expert en apprentissage de la douleur pour moi dans ma ville. Aucune jalousie, aucun manque d’envie. Durant cette période j’ai été souvent chez moi parce que j’étais très malade. J’ai dû redoubler ma dernière année d’école pour avoir manqué trop d’heures. Alors Maitresse M’a permis de rester chez elle une année de plus. Et Maitre A fut le premier à me faire jouir sans stimulation, juste avec la douleur – la douleur contrôlée.
J’ai même des difficultés à comprendre ça, mais oui c’est possible de jouir uniquement de la douleur et de rejoindre un subspace. Mais ceci est un sujet à lui tout seul.

4 Quel âge avais-tu quand tu as compris que tu es né pour servir et obéir ?

Pour être honnête, je ne l’ai jamais vraiment compris ! La seule chose que je savais est que j’étais stupide et grosse que je me mutilais avec des coupures sur les jambes et les bras, typiquement dans le syndrome borderline dépressif. Cela m’a pris beaucoup de temps pour cesser de me mutiler. Il y a eu des nuits où je me promenais seule dans les cimetières où j’étais totalement perchée en moi-même.
Maitresse D M’a appris qu’elle était perchée comme moi au même âge. Peut-être à cause d’une enfance difficile. Mais cela s’améliore avec le temps, au fur et à mesure que vous grandissez. Et surtout cela devient vraiment meilleur lorsque vous trouvez un but à votre vie. La douleur SM n’est pas vraiment une compensation à la douleur que vous vous infligez à vous-même, mais, je ne peux pas le nier, cela aide beaucoup. Au moment où j’ai rejoint la maison de Maitresse D je ne me suis plus jamais fait du mal toute seule. Cela a peut-être été lié au fait que j’ai vécu mes premiers orgasmes ici.
Pour répondre précisément à votre question, j’avais 24 ans avec le niveau le plus bas de l’école allemande. Nous avons 3 niveaux et c’est seulement avec le troisième (équivalent baccalauréat) que l’on peut entrer à l’université. Je n’ai pas honte de vous le dire, c’est Maitresse D autant que Maitre A qui m’a permis d’atteindre le niveau d’éducation supérieur à celui que j’avais.

5 Raconte moi pour quelles raisons, une fois, tu fus jetée dehors en pleine nuit par ta Maitresse

Hésitation
Cela va me valoir une punition pour sûr.
Après 3 ans il y a comme une routine qui s’est installée. Plus aucun problème avec le fait d’être nue en permanence. Le matin j’allais à l’école et les après-midi je prenais soin de la maison, préparait les repas et bien sûr j’étais dressée pour être une meilleure soumise. Mais le week-end j’étais libre pour rentrer auprès de ma famille et de mes amis.
Bon, ceci est certainement entièrement de ma faute. Mais après 3 ans de dressage, je pensais que je savais beaucoup de choses et que finalement j’avais tout appris. Grave erreur ! Je me disais que comme j’étais devenu une personne normale j’allais commencer à apprécier le sexe. Alors durant mes week-ends libres je sortais en discothèque et je laissais les garçons me choper. Ce qui est guère difficile parce que tous les garçons normaux ont toujours envie de sexe. Et j’ai complètement oublié que je n’aimais pas le sexe normal avant mon dressage. Alors je choisissais ceux qui me plaisaient le plus et je me faisais baiser tous les week-ends. Je sais que ce n’est pas la bonne façon d’agir, mais c’est comme ça que ça s’est passé, c’est la vérité.
Peut être que je suis un peu stupide, mais au bout d’un moment je me suis demandé pourquoi cette façon d’avoir du sexe comme tout le monde chaque week-end ne me satisfaisait pas au final. Alors encore, moi stupide, j’ai essayé avec deux mecs en même temps, mais pareils : aucune satisfaction pour moi et aucune différence. J’ai essayé plus extrême, en sandwich. Après 3 ans de dressage pour prendre des queues dans mon cul ce fut comme une blague, c’était satisfaisant, mais pas d’orgasmes pour autant.
Alors les dimanches soirs et quelques fois les lundis matins très tôt je prenais le train pour rejoindre Maitresse et mon école à Hanovre. Et souvent Maitresse et moi nous nous demandions jusqu’au mercredi pourquoi je n’avais pas d’enthousiasme pour être mieux dressée et entretenue.
Pour répondre à la question, un jour, Maitresse D revint à la maison et je n’avais pas fait le ménage, n’avais pas préparé à manger, j’étais habillée dans le canapé à surfer sur internet.
Inutile de dire qu’elle est entrée en furie. Depuis le mois dernier, elle s’est demandé pourquoi à chaque retour de week-end je semblais down et épuisée jusqu’au mercredi alors que deux jours plus tard je rentrais à nouveau chez moi.
J’avoue j’ai fait ma salope me laissant me faire baisée tout le week-end. Depuis ce moment j’ai eu une ceinture de chasteté et fut interdite de masturbation ou de faire du sexe librement.
Pour ajouter, et compléter la chose un second Maitre fut choisi pour moi, dans ma ville natale Maitre A expert en douleur et en sévices que Maitresse à choisi pour moi afin de me tenir durant les week-ends. Bon, je peux juste dire que j’ai appris à ressentir du plaisir dans la douleur avec Master A.
Mais ce n’est pas exactement votre question juste le contexte. Ce jour où Maitresse D est rentrée du travail et m’a trouvé habillée sur le canapé à surfer sur internet alors que rien n’avait été fait dans la maison, elle en a eu assez. C’était l’hiver, il faisait vraiment froid, aux alentours de moins 10. Elle m’a foutu dehors avec un coup de pied au cul en me disant « si tu n’as rien de mieux à offrir dans les 20 minutes alors pars et ne reviens jamais ». Avant de me jeter dehors elle m’a habillé la plus pute possible, de toute façon tous mes vêtements sont les siens.
Après toutes ces années, je sais qu’elle était sérieuse et furieuse. Je portais un haut en latex très serré, mais, merci, j’avais une veste chaude normale, je grelottais dehors en me demandant quoi faire à 30 km de la première gare dans ce froid horrible.
L’intuition m’a dit de tourner à gauche au lieu d’aller à droite vers les bas de la ville. Il faisait vraiment froid. J’avais juste cette veste et presque rien en dessous, j’ai marché jusqu’à un marchand de voitures Audi. Je regardais toutes ces voitures classes de l’extérieur. Alors, soudainement, alors que je constate en moi-même que tout est fini, deux jeunes filles me croisent alors qu’elles rentrent chez elles. Elles ont frissonné lorsque je me suis approché d’elles, mais n’ont pas eu peur. Sans doute parce que je suis aussi une fille. Je leur ai demandé une faveur un peu bizarre en leur tendant mon téléphone : pouvez-vous prendre quelques photos de moi s’il vous plait ? Elles ont hésité, mais je ne leur ai pas donné le choix. J’ai jeté ma veste et me suis vautré sur la voiture la plus chère que j’ai vue à côté pour prendre des poses, elles ont gloussées, mais ont fait les photos sans poser plus de questions.


C’est en envoyant ces images à Maitresse que j’ai pu rentrer cette nuit là. Elle a approuvé de me voir me présenter ainsi devant de parfaits étrangers . Évidemment à partir de cette nuit mon comportement a changé totalement. Plus de sexe le week-end, aucune masturbation sans autorisation et j’ai dû rencontrer Master A.

6 Quand tu étais malade quel fut le dressage adapté que Maitre A t’as appliqué, quelle routine, quel type de douleur et/ou de dressage psychologique ?

Bon, honnêtement ce n’était pas un rhume ni même une grippe sévère. J’étais vraiment malade avec une colonne vertébrale cassée, le genre de chose avec une moelle épinière touchée qui vous prend des semaines à l’hôpital ! Maitre A est venu deux jours après mon entrée à l’hôpital pour m’apporter un soutien-gorge adapté à mon état qu’il avait choisi avec Maitresse D, c’est une très belle attention ! Je n’avais pas à rester à l’hôpital sans soutien-gorge, merci beaucoup !
À l’heure d’aujourd’hui c’est encore le seul et unique soutien-gorge que j’ai pour faire face à une urgence.
Pour être honnête, il est un peu petit. Mais je ne l’ai jamais demandé, je pense que les hommes peuvent l’aimer quand même parce qu’il est un peu étroit et mes boobs sont terriblement serrés. Mais c’est toujours mieux que sans.

Mauvaise réponse. C’est juste ma réponse pour Master A qui ne savait pas quelle taille je faisais au moment de me l’apporter alors qu’il voulait juste améliorer mon séjour à l’hôpital même s’il s’est un peu trompé sur la taille de ma poitrine.
J’étais tellement malade que j’ai redoublé mon niveau d’école, ce qui signifiait une autre année à servir chez Maitresse D.
Elle ne m’a pas viré. Elle m’a donné une deuxième chance parce qu’elle savait que j’avais été terriblement malade. Mais à ce moment elle m’a bien fait remarquer qu’une année de plus serait aller plus loin dans le dressage, plus loin que la « soumise » normale. Et ce serait le temps le plus long qu’elle ait une soumise à dresser, mais elle a cru en moi, je crois…
Alors pour répondre précisément à votre question durant mon hospitalisation je n’ai jamais été dressé physiquement, seulement mentalement pour ne pas empirer mon mal de dos.

7 Ton Maitre ou Maitresse te défini en tant qu’esclave sexuelle ou esclave domestique ? Comment te définis-tu toi-même ?

Très difficile de répondre. Vos lecteurs français peuvent typiquement penser que les Allemands sont résistants et bizarres, mais je dirais aucun des deux.
Au début Lady D m’a dit qu’elle a vu beaucoup de soumises qui ont été dressées par leur Maitre en fonction des désirs et préférences du Maitre. Elle m’a dit ensuite qu’elle avait rencontré des prétendues esclaves qui avaient peur de prendre deux doigts dans le cul parce que leur Maitre précédent n’aimait pas l’anal. Par conséquent, le dressage de Maitresse D est d’ordre plus général, il s’agit d’être préparé à tout ce qui doit suivre, non pas dans son intérêt à elle, mais dans mon intérêt. Pour devenir une véritable esclave.

8 As tu un mantra, une ou deux phrases que tu peux répéter sur ordre oralement ou mentalement ? Je décris cela comme une récitation qu’esclave lina répète chaque soir et chaque matin et quand Je le lui ordonne.

Désolé, non. Peut être c’est pourquoi je ne me considère pas comme une véritable esclave, juste une soumise dressée, c’est aussi pour ça que je ne porte pas de métal en permanence, je n’ai jamais servi une personne spécifique, j’ai servi pour apprendre à servir.

9 À quelle fréquence sers-tu sexuellement ?

Pour être honnête pas si souvent que ça. En ce moment c’est plus un truc qui me déplait ou une sorte de drapeau rouge, une alerte. Ce que j’ai appris ces dernières années c’est que les vrais dominants pour la plupart ne sont plus du tout dans le sexe « normal ». Bien sûr, après une bonne séance, c’est normal pour moi de tomber à genoux et de sucer le ou la dominante, peu importe que ce soit un homme ou une femme.

10 Es tu dressée à jouir sur commande ?

Ma bonne amie belge m’en a parlé : les vraies esclaves peuvent jouir sur commande, instantanément sur ordre. Je n’ai jamais cru cela possible et je n’ai jamais été spécialement dressée pour cela. C’est une longue histoire. Au début je ne pouvais pas jouir du tout. J’ai dû apprendre à me masturber. Beaucoup plus tard je fus interdite de masturbation libre, au minimum seule. j’ai appris à jouir du vagin, ce qui fut incroyable parce que je pensais qu’il était impossible pour une femme de jouir comme ça sans stimulation du clitoris. L’étape suivante fut d’apprendre à jouir avec la pénétration anale. Cela a été très long et les premières fois furent possibles uniquement en accompagnant brièvement le clito ou la pénétration avant de jouir. Finalement cela fonctionne lorsque cela fait longtemps que je n’ai pas joui, que j’ai le bon traitement et une longue séance avant d’être utilisée analement.
La dernière étape fut avec Maître A pour apprendre à jouir de douleur. C’est possible et c’est arrivé quelques fois avec Maitresse D, mais pas souvent. Cela arrive seulement si je peux totalement débrancher mon cerveau dans une sorte de subspace où la douleur et le plaisir sont mélangés en même temps. Vous oubliez où vous êtes, vous oubliez qui vous êtes, tout ce que vous ressentez est le plaisir et la douleur. J’ai appris à basculer cette douleur directement entre mes cuisses. Ensuite vous vous sentez frissonner de tout votre corps juste avant un orgasme incroyable. Généralement je m’évanouis à ce moment-là en oubliant tout ce qui s’est passé avant, que ce soit des heures ou des minutes.
Pour répondre à la question, je pense que c’est arrivé une ou deux fois vers la fin de mon dressage. C’est un des buts que je me donne pour m’améliorer dans ma prochaine vie – esclave en TPE probablement.

Suite mercredi prochain 21 avril 2021

2 COMMENTAIRES

  1. Bonjour . Très, très intéressant, instructif ; et plus encore, très admirable, pour cette jeune femme, de se dévoiler ainsi.
    Et les questions de cette interview, très détaillées et concises.
    Pour le coup, je suis assez impatiente de découvrir, de lire la suite de votre interview, M. Power
    (F-e M. de Youtube)

    • Merci beaucoup de votre commentaire Fleur, en 7 épisodes, cela nous mène au 19 mai ;-).
      Oui effectivement c’est une belle interview, riche d’une sincérité qui est la marque des soumises, esclaves dressées par des personnes de qualité.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here