C’est en lisant l’article de Monsieur Eros Power : Quelle est la différence y a t-il entre être utilisée, être dressée et servir ? que j’ai mesuré l’écart existant entre une relation M/e et M/s.

L’esclave est au service total du Maître ou de la Maîtresse, c’est une vie d’abnégation, de mutation profonde de l’être. Retenons que c’est la liberté de chacun de se vivre ainsi ou non. Ce qui ne signifie pas que l’amour soit absent de cette relation.

Moi je suis soumise, soumise sexuellement aussi, j’ai fait ce choix et je l’assume avec bonheur.

Le socle de fondation de N/notre couple il y a vingt ans était basé sur des sentiments, une communion  et une entente intellectuelle et physique.

Est-ce cela que l’on nomme « Amour », je dirai que N/nous nous sommes trouvés, que N/notre vie s’est révélée riche de N/notre complémentarité, que  cela N/nous a permis de N/nous ouvrir au monde. D’avoir pris le risque d’aimer a été l’apprentissage d’accepter l’autre tel qu’il est.

Maintenant N/nous vivons une nouvelle étape. Qu’est-ce que ça change ?

Je suis soumise sexuellement, comment ?

En étant en permanence disponible de fait, en répondant à Ses demandes, toujours, sans me poser des questions sur la pertinence du lieu etc…

Aujourd’hui c’est plus facile pour Lui et pour moi qui me reconnais Lui appartenir, sans me triturer l’esprit dans de vaines et nébuleuses réflexions.

-Non mais il me prend pour quoi ?…

Afin d’illustrer mes propos ce moment intitulé : Réveil matin.

Début du week-end, après la course effrénée de la semaine mon Maître aspire au bien être, à la détente. Une petite grasse matinée, pourquoi pas ?

Allongée à Ses côtés, je goûte la tiédeur du petit matin. Je le sens s’étirer, prendre contact avec ce nouveau jour, m’attirer, soupirs, petits bisous et simplement. :

-Je vais te prendre  là.

Son sexe contre ma fente, doux frottement, se frayant Son chemin. Il entre en moi profondément.

Ses va et vient m’emplissent totalement.

Je le ressens intensément, c’est bon aussi pour moi qu’Il m’utilise pour Son plaisir.

Pas d’initiative de ma part. Je suis le réceptacle de Son envie, Il me manipule, me pilonne. Je m’abandonne, cela ne me gêne en rien. Je me nourris de ce qu’Il prend de moi. J’apprécie mon rôle de soumise sexuelle.

-Ah J’aime comme ça, c’est bon.

Jouissance libératrice, Il se répand en moi.

Alors oui Il m’a utilisé ce matin. Il m’a baisé, c’était un moment pur de sexe, j’ai obéi et servi.

La journée s’annonce belle, Je suis heureux.

Et Il m’a gardé contre Lui, comblés T/tous les deux.

Mais chez-N/nous la sexualité n’est pas que cela. N/notre relation a aussi une dimension amoureuse qui s’est renforcée depuis N/notre nouvelle orientation de vie. Ce qui génère une notion d’échanges.

Je V/vous rappelle que pour Lui, un de Ses objectifs est de me permettre d’être vraiment moi, de développer mon potentiel sexuel, pour Son plaisir certes, mais pas que.

Mon corps est Son terrain de jeux qu’Il exploite aussi en me « faisant l’amour ». Là Il privilégie la recherche commune de la jouissance, attentif :

A mes ressentis avec tendresse.

A la fusion des corps et des âmes.

Mon plaisir est Son plaisir.

Mon abandon et ma docilité sont Sa satisfaction.

Ce sont les moteurs de Sa sexualité, Sa domination s’expriment aussi au travers de Ses sentiments à mon égard. Pour Lui l’amour n’est pas incompatible avec une relation D/s.

Ma soumission sexuelle N/nous a ouvert de nouveaux champs, un élargissement, une dilatation de N/notre capacité de N/nous exprimer en toute liberté dans ce domaine, chacun à S/sa place.

N/notre sexualité n’est pas codifiée, elle est réinventée au présent par mon Maître qui en est le créateur.

Elle n’est pas enfermée dans des carcans de nouvelles règles auxquelles il faudrait se plier. Elle est la Vie qui N/nous unifie en elle.

Elle naît de la spontanéité foisonnante de Son esprit en répondant à N/nos besoins respectifs.

Moi je sers, j’obéis, je remercie et je m’épanouis sous Sa domination bienveillante et aimante.

Au fond je crois que tout est fonction de la Vision du Maître, de Sa personnalité, de Ses préférences et de Ses orientations sexuelles, de Sa définition des mots amour et sexe. Sans oublier le désir de Son esclave ou de Sa soumise car dans l’histoire N/nous sommes toujours au moins deux.

2 COMMENTAIRES

  1. Bonsoir,

    Excusez moi, que veut dire « pas d’initiative de ma part  » pas de regard, de caresses ?
    Ne pensez pas que c’est une question bete, j’essais de comprendre
    Merci et bonne soiree Dame de Coeur

    Valerie

  2. Bonjour Valérie,
    je comprends votre questionnement. Ne pas prendre l’initiative dans ce cas signifie que c’est mon Maître qui a décidé ce matin là d’utiliser mon corps comme Il le souhaitait. (pour mon plus grand plaisir : qui n’aimerait pas se sentir désirée ???), je me suis laissée guider par Ses ordres.
    De plus ayant des difficultés à me laisser aller, le fait de Lui donner tous les pouvoirs dans ce domaine est libérateur. Je ne pense plus, je vis l’instant et rassurez-vous je manifeste mes ressentis (rire, regards, cris…) et j’obéis à Ses ordres « muets » Lui prodiguant les caresses qu’Il apprécie.
    Et il y a des moments où c’est moi qui prends l’initiative de provoquer Son plaisir, où je donne libre cours à mes envies, là aussi par des attentions et des caresses…
    Etre soumise ne signifie pas être une potiche mais être une femme sensible au bonheur de son Maître, la sexualité étant un terrain d’exploration infini et épanouissant pour les deux partenaires.
    Bonne journée à vous et au plaisir de vous répondre sur d’autres articles.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here