Comment faire quand le Maître ordonne et que l’on a pas envie ou juste qu’on a envie de faire autre chose à ce moment là.

sadness-girl-umbrella-winter-sea-bridge-hd-wallpaper-694x417

 

C’est parfois très frustrant quand on a prévu de faire quelques chose, de se voir interrompue en pleine tâche… Et ce n’est pas forcément facile de faire le vide dans sa tête pour être disponible pour le Maître quand on a pas fini quelques chose.

Chez N/nous, j’ai eu ordre de fabriquer un emploi du temps, afin que mon Maître Eros Power sache ce que j’ai à faire et puisse me dire, un peu en avance parfois même, qu’IL va m’utiliser ou m’entretenir. Ça m’a facilité la vie sur bien des plans… parce que oui c’est vrai que la spontanéité c’est bien mais en même temps arriver paisible en début de séance c’est mieux…

 

En parlant d’être paisible, c’est vraiment important d’être bien en soi même pour pratiquer. Sauf que la vie n’est pas toujours rose (ce serait trop beau) et que parfois la relation même peut être très difficile à vivre.

Quand le Maître décide de dresser Sa soumise et que celle-ci n’est pas en phase, comment faire ?

Partager avec le Maître son ressenti parait être la réponse évidente bien sur. Cependant, ce n’est pas toujours évident justement.

Alors ?

Comment ne pas se sentir bafouée par des coups ou une sexualité « imposés » ?

Attention, le sujet est sensible, soyons clair il y a des limites qui s’appellent viol et violence conjugale et qui dans ce cas là sont du ressors de la Justice.

Dans un couple vanille, quand l’un des partenaires n’a pas envie, il ne se passe rien. Dans le BDsM, c’est légèrement différent… si la personne dominée n’a pas envie, elle obéit tout de même et c’est dans sa soumission qu’elle puise pour justement ne pas se sentir violée…

Le sujet est subtil et fragile s’il en est.

L’esclave trouvera tout de même du plaisir à servir le Maître, même si elle n’a pas envie de sexe par exemple. elle se réjouira de SON plaisir.

Pour les coups, c’est un peu plus compliqué parce que le déséquilibre intérieur n’est pas propice à la séance. Il rend souvent plus sensible, moins réceptif. Dans ce cas, le Maître sent souvent la chose, écourte la séance, dose au minimum la force qu’il applique à l’esclave, ne s’acharne pas… Et ouvre le dialogue…

La vie ne permet pas d’être toujours en phase avec nos désirs/besoin de soumission. Quand l’esclave ou la soumise se sent en déséquilibre, si elle ne peut l’exprimer, elle doit toujours se rappeler qu’elle a fait ce choix, en toute liberté, et qu’elle doit obéir au mieux tout en avançant sur son problème intérieur. Il est évident que ne pas obéir ou chercher à négocier pour ne pas le faire est impossible. Non par crainte d’une punition mais bien parce que ce serait vécu comme une trahison intérieure de soi vis à vis de soi. L’esclave ne peut pas se renier et c’est tant mieux. Avancer sur le problème, trouver les solutions ou le chemin vers l’équilibre intérieur, avec ou sans le Maitre, fait bien partie du chemin.

Car oui, bien sur que le problème ne se résoudra pas seul et qu’il est important de s’en occuper. Ce ne sera pas toujours un moment très agréable mais il faut le faire…

Heureusement que, généralement, les Maître voient les choses et sont là pour accompagner leur propriété…

 

Douce semaine introspective

kisses

c!

Crédit Photo : Site de Wallpaper gratuit Magic4walls

PARTAGER
Article PrécédentVivre BDsM avec des ados…
Article SuivantChangement de rythme…
esclaveclochette
Je fus esclave consentante durant 10 ans. j'ai publié ici régulièrement depuis des années mes hauts et mes bas (selon les ordres de mon Maitre) de ma vie d'esclave. Je suis une fée clochette.

3 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,
    Il est vrai que c’est frustrant d’être coupée en pleine activité… j’ai même déjà été punie car le ton que j’avais employé pour répondre à mon Maître était désagréable car je n’aime pas être coupée… j’avais beau me dire que c’était son droit et moi mon devoir de répondre présente, ça m’a tout de même agacée… je travaille dessus… pour le moment, je n’ai pas récidivé… je me répète comme vous dites que j’ai choisi ma voie et que tout n’est pas toujours facile… mais ça en vaut la peine..

  2. Bonsoir,

    Depuis que j’ai lu votre billet, je m’interroge … il est émouvant et touchant pourtant la frontière qui le sépare d’une atmosphère sordide et glauque est tenue …

    Pourquoi ?

    Parce que vous sortez du jeu bdsm pour entrer dans celui d’une vie réelle grave et pesante avec des situations, du genre comment accepter les châtiments de son amant quand on a la tête ailleurs … réponse … en fermant les yeux et en serrant les dents …

    des dizaines d’années de luttes féminines pour en arriver là …
    Ca laisse songeur,

    Jusqu’au moment où la réponse surgit, évidente, « être soi même », c’est clair, votre véritable maitre c’est vous …et personne d’autre, mais attention, il n’est pas sûr du tout qu’il soit plus clément envers vous que celui que vous désignez comme votre maître …

    Bien sûr je ne vous apprends rien … c’est moi qui ai encore appris des choses sur la vie , ce soir …

  3. Bonjour, se vivre, vivre sa nature reste difficile et rare, donc très précieux.
    En avoir conscience est une chance, un bienfait.
    Alors, je vous le dis avec tout mon respect bravo !

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here