Avant de rencontrer SENSEÏ, j’avais un humour très dur… héritage pas forcement glorieux d’une partie de ma famille… mon Maître a su habilement corriger ça.

Aujourd’hui, mon humour est plus doux, je dirai…

Il m’arrive d’être taquine sur des petites choses, sans jamais être insolente… Et puis il N/nous arrive de rire pour des broutilles, ou des private joke au milieu des gens « normaux »…

En début de semaine, un soir, réagissant à une banalité de la vie, je lève les yeux et, avec un sourire mutin, relève une exagération de SENSEÏ… une taquinerie d’amour…

Mais SENSEÏ me rétorque alors : « c! tiens toi quand tu es fatiguée, tu deviens désagréable. »

j’éclate de rire! je suis certes un peu naze (grossesse oblige) mais je ne suis pas de mauvaise humeur et ma blague n’avait rien d’exceptionnel par rapport à celles que je peux faire en journée…

Et puis c’est la seconde fois que SENSEÏ me fait cette remarque. La première fois, c’était le lendemain midi et je ne me rappelais pas. j’avais accepté la remontrance sans rien dire…

Mais là forcement, j’ai réagi puisque SENSEÏ voyait le « mal » là ou il n’y en avait pas…

En fait ce n’est pas l’esclave qui de fatigue devenait insolente mais le Maître qui, épuisé de travail, comprenait de travers les pointes d’humour de Sa c!

Et N/nous en avons ris le lendemain midi…

Le plaisir de N/notre joie de vivre au jour le jour…
c!

Crédit Photo : 123rf.com

PARTAGER
Article PrécédentEffets de la punition
Article SuivantLe jeu du chat…
esclaveclochette
Je fus esclave consentante durant 10 ans. j'ai publié ici régulièrement depuis des années mes hauts et mes bas (selon les ordres de mon Maitre) de ma vie d'esclave. Je suis une fée clochette.

1 COMMENTAIRE

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here