La conversation avec cette amie esclave m’a donné envie de faire un second article sur mes ressentis et la gestion de la douleur en fonction des circonstances.
Il est clair que seule avec Maître c’est différent du public, etc.

Quand je suis seule avec Maître en séance, cela dépend énormément de mon humeur, il peut m’arriver d’être joueuse en prenant le risque de prendre plus de coups, d’être de mauvaise humeur et de râler donc de prendre plus, d’être pleinement apaisée et profiter de la séance ou bien de vouloir subir et de ne pas réussir à ne pas bouger et/ou crier, etc.

Avant hier, Maître a fait une séance avec ma sœur et c’était très déstabilisant. Comme je l’ai déjà dit, néko est entièrement novice et ne connaissait absolument rien au BDSM avant d’appartenir à Maître. De ce fait, les séances sont souvent inquiétantes pour elle. Ne pas savoir à quoi s’attendre, etc. nous avons toutes connu ça au départ.
Quand j’ai vu que Maître sortait le fouet, j’ai eu peur et n’ai pas pu m’empêcher de dire « Oh non ! ». Imaginez-vous, j’appartiens à Maître depuis presque 3 ans et je dis « Oh non! »… Comment néko le vit ? Forcément cela accentue son angoisse. Mon but est tout autre et justement je souhaite être bienveillante avec elle.

Cela m’a beaucoup touché et du coup, hier, j’ai réussi à vivre la séance tout à fait autrement. je ne voulais pas lui montrer ma douleur, je voulais l’accompagner. Donc même quand c’était dur, je me concentrais à ne pas le montrer. Quand j’ai vu que c’était dur pour elle, j’ai même essayé de l’enjamber pour prendre plus qu’elle en oubliant totalement ma propre douleur. C’était assez incroyable l’énergie qui se jouait… J’y ai pris beaucoup de plaisir et j’avoue que cela m’a aidé à voir la douleur de façon très, très différente.

J’ai même hâte de la prochaine séance avec ma sœur de servitude … En même temps c’est prévu pour aujourd’hui, sourires.

En public, c’est également différent. Comme je l’ai dit, mon égo a un esprit de compétition. Certes, c’est une envie de Le rendre fier et de montrer aux autres qu’IL m’a bien dressé… Cependant, tout ce qu’il s’est passé récemment et l’arrivée de ma sœur néko y est pour beaucoup m’ont fait voir les choses différemment. Déjà premièrement, je n’ai rien à prouver. Deuxièmement si Maître souhaite me frapper fort et longtemps, que je le souhaite et le supporte ne change rien. Enfin, ce n’est pas le fait de gérer ma douleur facilement ou non qui fait de moi une bonne esclave. Maître me dresse comme Il le souhaite et c’est mon obéissance, mon abnégation et mon service qui importent.

Du coup, voilà, je ne supporte pas plus la douleur qu’avant néanmoins mon état d’esprit a énormément changé et j’accepte en moi-même, pleinement, d’accueillir la douleur. Merci Maître de me dresser chaque jour, merci néko de m’apprendre rien que par ta présence et ta magnifique personne <3

je suis entrée dans le monde du bdsm en 2011. je m’y suis découverte. je fus soumise dans des relations bdsm avant d’entamer la vie d’esclave consentante que je suis désormais.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here

19 + onze =