Ce week-end, j’étais à la mer avec mon Maître. Ce week-end s’est prévu un petit peu à la va-vite, mais N/nous avions besoin de décompresser et de pouvoir vivre une réelle vie D/s. Dans la vie de tous les jours, des contraintes font qu’IL ne peut me faire de séances tous les jours. De plus, je ne peux l’appeler « Maître » ou m’agenouiller quand bon N/nous semble.

Du coup, dès que N/nous avons pris la voiture, j’étais à ma place. Dans une tenue assez courte et très sexy, avec des bas et évidemment sans culotte. En arrivant, N/nous sommes allés dans un endroit assez discret, face à la mer, mais tout de même pas isolé et avons déplié une serviette de plage sur laquelle O/on s’est installé. Maître et moi parlions tout en fumant une cigarette quand IL a commencé à me pincer, me tordre encore plus les seins et les cuisses.

j’étais excitée comme jamais, j’avais envie de LUI, envie de sexe, envie de tout. j’étais adossée au mur les jambes écartées. je n’avais aucune pudeur et je dirai même que j’avais une certaine excitation à l’idée d’être vue par d’autres. IL jouait avec mon corps comme on peut jouir librement de SA propriété et au bout d’un temps qui m’a paru interminable, Maître m’a autorisé à me caresser, me branler sans retenue.

La vie faisant bien les choses, SENSEÏ avait envie de me frustrer, quand j’avais trop envie de jouir, IL m’ordonnait d’arrêter et de serrer les jambes. Sauf qu’à chaque fois, c’était parce que des petites mamies passaient 😉 et puis comme IL me le dit, elles ne sont pas consentantes, bref, Et une fois passées, je recommençais …

Cela a duré un long temps et même si je n’ai pas joui, j’étais dans un autre monde. IL m’avait emmené très loin, dans un ailleurs paisible, calme et agréable.

Une fois arrivés à l’hôtel, j’ai ressenti un réel bien-être et soulagement quand « enfin » IL m’a utilisé. C’est une des premières fois qu’IL m’exhibe autant et je ne vais pas vous le cacher… j’ai adoré !

Le lendemain N/nous sommes allés dans un club libertin. Maître a commencé par me martyriser avec le stick rouge, le martinet et SES mains. je prenais un plaisir immense jusqu’à en oublier ce qu’il se passait autour. Ensuite, Maître m’a ordonné de me lever.
j’étais debout, tête baissée et IL a dit « Donc voilà, je vous la présente, c’est mon esclave. je vais vous la prêter, vous êtes d’accord ? Bon pas à moins de deux sur elle, ne vous inquiétez pas elle à l’habitude et elle est faite pour ça ». A ce moment-là, je ne savais plus si c’était une humiliation ou de l’excitation que je ressentais, mais je pense que c’était les deux mélangé… Voyant la timidité des personnes présentes et comprenant l’image que je renvoyais, j’ai levé la tête, regardé les personnes droits dans les yeux en disant « Si ça peut vous rassurer, ne vous inquiétez pas : j’en ai envie ».

Soyons clair, que j’en ai envie ou pas ne change rien. SENSEÏ a ensuite parlé du consentement. Mais en fait, si j’avais juste dit que j’étais consentante ou pire que j’avais consenti le 18 mai 2015 à devenir SIENNE et que depuis le 31 décembre 2016, Maître possède absolument tous droits sur moi et que je n’ai plus mon mot à dire, ça les aurait traumatisés ! C’est donc pour leur plaisir que je l’ai dit, même si je le pensais et continue de le penser : oui j’aime ça.

En fait, à partir du moment où IL m’ordonne quelque chose, je l’accepte pleinement et le fait du mieux possible avec toujours l’envie de LE servir. IL a donc « poussé » les hommes à me consommer sans aucune retenue. Au départ, j’en ai sucé un, puis IL m’a utilisé et j’ai adoré être prise par un homme pendant que j’en suçais un autre et que SENSEÏ m’agrippait les cheveux avec violence et fermeté. Cependant, je n’ai aucune préférence avec le moment où je suçais un homme pendant que SENSEÏ me donnait du martinet.

Ce jour-là, IL m’a montrer telle que je suis : esclave sexuelle, prête à servir les personnes qu’IL décidait. IL m’avait voulu prise par tous les trous et je l’ai été. Cette expérience était très plaisante et je sais que SON regard sur moi, SES mains qui me touchent pendant que d’autres profitent du prêt que leur accorde mon Maître y sont pour beaucoup.

PS/ Maitre m’ordonne d’ajouter les précisions suivantes :

  • mains propres, ongles courts
  • préservatifs obligatoires même pour les fellations
  • jamais passer d’un trou à l’autre (de l’anus vers le vagin c’est prohibé évidemment)

2 COMMENTAIRES

  1. Esclave Lina, quel beau témoignage !! J’adore!! ça me renvoie à plein de choses similaires que j’ai vécues et à mes envies ravivées par l’arrivée des beaux jours et qu’il me tarde de satisfaire.

    Cela fait un moment que je pense écrire un article sur les jeux en extérieure et j’espère trouver le temps prochainement pour le rédiger.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here