Quand on lit mes articles, on peut s’imaginer beaucoup de choses. En effet, j’aime partager mes vécus et expériences sur ce blog, mais avec l’autorisation et l’ordre de SENSEÏ, je prends plaisir à garder beaucoup de choses intimes. Cependant, je n’ai pas honte à dire que la vie d’esclave n’est pas tous les jours drôle.

Dans les romans, on lit souvent « Quelqu’un d’autre m’aurait demandé ceci, j’aurai été outrée, mais quand Il me l’a ordonné, j’ai obéi. C’était naturel avec Lui, les choses sont simples, je n’ai qu’à obéir ». Sur le principe, je suis d’accord. Mais dans la réalité les choses ne se passent pas forcément ainsi.

Pour ma part, je fais la différence entre ma nature d’esclave et les séances sm. Les séances sm sont un moment de partage où le plaisir est souvent réciproque. Dans mon cas, même quand SENSEÏ va plus loin que mon envie, je sais Lui faire comprendre quand mon absence d’envie se transforme en une douleur très difficilement gérable et ensuite Il agit comme Il le souhaite. En séance, même s’Il va « trop » loin, je l’accepte et le vis bien.

Cependant, la nature d’esclave est différente. Dans la vie courante, les ordres peuvent nous confronter à notre fatigue ou bien à des douleurs non guéries et enfouies depuis plusieurs années… Dans ce cas-là, je ne peux pas dire stop, car ce n’est pas un jeu. Mais ce n’est pas facile à gérer et cela peut créer des conflits. Dans la vie de tous les jours, il m’arrive de me dire « si j’étais libre, ce serait quand même plus simple ! ». Cependant, j’ai l’intuition (dites-moi en commentaire si c’est vrai ou non) que les Maître(sse)s se disent aussi « je suis heureux et fier qu’il/elle m’appartiennent, mais là je voudrais pouvoir ne penser qu’à Moi ». Une relation D/s ou M/e est un engagement réciproque qu’il ne faut pas prendre à la légère…
La relation est faite pour tenir dans la durée et apporter aux personnes le meilleur. Une fois que je serai mature, ce sera plus simple, toutes les règles de base seront parfaitement intégrées et cela donnera à SENSEÏ une plus grande autonomie et liberté. La vie est pleine de surprise et il m’arrive, encore aujourd’hui, dans plusieurs situations de me dire « j’en ai envie, mais en ai je le droit? ». Dans la vie, il est impossible de prévoir toutes les situations possibles, donc je L’appelle pour Lui demander et s’Il n’est pas disponible, je ne m’octroie pas ce plaisir, car je ne sais pas si j’y suis autorisée.

 

O/on l’accepte tous les deux, O/on s’est engagé, mais chaque jour n’est pas une partie de plaisir, soyons honnête. Si V/vous arrivez à prendre du recul en voyant le positif et le négatif, Vous saurez si ces efforts valent la peine. Pour ma part, je sais et je ressens pleinement que le positif et le bonheur que m’apporte cette relation sont plus grands que tout.

 

1 COMMENTAIRE

  1. Dans ce cas-là, je ne peux pas dire stop, car ce n’est pas un jeu. Mais ce n’est pas facile à gérer et cela peut créer des conflits. Dans la vie de tous les jours, il m’arrive de me dire « si j’étais libre, ce serait quand même plus simple ! ».

    Je ne partage pas votre avis.
    Une esclave si elle n’est pas mieux dans sa condition d’esclave, ne doit pas rester une esclave.

    Pour ma part, dans ma relation maitre / esclave, je ne ressens aucune gène de la part mon esclave dans notre vie quotidienne, bien au contraire. Aucun conflit entre nous depuis des mois et des mois…Au contraire une grande quiétude.
    Et comme vous, elle est fatiguée, elle travaille.
    Mais comme elle a cherché cette relation et qu’elle m’a choisi, elle trouve cela normal et naturel de me servir et les contraintes dont vous parlez n’existent pas chez elle.
    J’ordonne , elle obéit dans la seconde.

    Bien sur au maitre de donner ses ordres avec discernement, comme toujours.
    Mais c’est une harmonie d’ensemble.
    Au quotidien quand je lui donne des ordres je ne me pose pas la question : en aura-t-elle envie?

    Non, je demande, elle fait.

    Si je faisais le contraire, nous aurions une vie vanille avec toutes les frustrations et défauts qu’elle engendre, or ce n’est pas une vanille que je veux vivre.

    Pour être libre das votre tête, vous devez arriver à ne plus vous poser ce genre de questions.
    Vous avez dit oui
    c’est votre maitre, donc ce qu’il vous demande est normal, on ne peut plus normal et votre fatigue est normale aussi.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here