Où comment quelquefois les éléments extérieurs jouent et s’imposent sur le déroulement du quotidien.

Plusieurs choses se conjuguent et N/nous freinent ces temps-ci, j’évoque ici la part de domination physique de N/notre relation. En premier lieu le changement d’heure perturbe mon Maître :

1- Il n’apprécie pas du tout de partir avant le lever du jour et de rentrer le soir à la nuit. Etant très sensible au rythme de la nature ce décalage imposé lui laisse un goût amer d’enfermement dans une journée réduite où Il ne peut profiter de l’extérieur pour se ressourcer comme Il aime le faire. Plus de flâneries au jardin ou de promenades vespérales. Un temps pour accepter ce que l’on ne peut pas changer.

2- L’adaptation induite génère de la fatigue, recalage dans de nouveaux horaires, déficit de lumière naturelle et de soleil, à cela s’ajoutant une charge de travail supplémentaire en fin d’année. Il est de ce fait moins disponible quand Il rentre, la priorité étant pour moi qu’Il se pose et se détende au mieux afin de contrer cette baisse d’énergie.

3- De mon côté des soucis de santé me « ralentissent », certains médicaments m’endormant, je suis vaseuse, moins opérationnelle. Aha! j’ai adoré quand le médecin m’a fait remarqué avec un sourire narquois (ça c’est mon interprétation…) qu’à mon âge il valait mieux éviter les torsions brusques, les ligaments n’ayant plus la même élasticité qu’avant !!! Et de poser la question dérangeante : Faites vous du sport régulièrement ? (détail qui n’a pas échappé à mon Maître qui a décidé de remettre là aussi les pendules à l’heure une fois ce problème de dos résolu.)

Du coup je rage intérieurement : encore si cela m’était arrivé à la suite de certaines positions acrobatiques que me fait prendre mon Maître pour Son plaisir, mais non simplement à la suite d’un faux mouvement à froid. Je suis tout de même capable de Le satisfaire en prenant certaines précautions. Le temps que tout se remette en place les fessées et autres jeux de cet ordre ne sont plus à l’ordre du jour. Il peut toujours me torturer les seins me direz-V/vous, et bien Il ne s’en prive pas en attendant de pouvoir de nouveau exprimer pleinement Sa domination physique.

J’essaie aussi de travailler sur la reconnaissance et l’acceptation de cette souffrance qui est loin d’être jouissive (référence ici à Eckhart Tolle : transformer la maladie et la souffrance. > cliquez sur l’image 😉

Mettre en pratique le pouvoir du moment présent : Enseignements essentiels, méditations et exercices pour jouir d'une vie libérée

je l’accueille ainsi pour ce qu’elle est, j’évite de râler, d’en faire tout un plat en m’adaptant à elle au présent. Les massages de mon Maître qui m’aident aussi à chasser la douleur et à me détendre sont les bienvenus, d’autant plus que Ses mains s’aventurent en dehors de la zone concernée !!!

Voilà N/nous sommes pour certains domaines en « pause lente », mais comme Il ne perd pas le nord Il m’a concocté un programme de tâches à accomplir afin que je ne m’égare pas en dehors du sentier de ma soumission et ça me rassure.

Au fond la morale de cette histoire c’est que les circonstances de la vie N/nous amènent à réfléchir, à évoluer et à renforcer N/notre relation en N/nous adaptant et en trouvant des solutions pour vivre comme N/nous le souhaitons.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here