Dans une relation D/S on pense souvent à la Domination/soumission sexuelle. De notre côté N/nous pensons que pour un couple vanille D/s la mise en œuvre peut en être compliquée pour de très nombreuses raisons, ce qui demande de s’y pencher plus particulièrement, j’y reviendrai dans un prochain article. C’est ce qui ressort de N/notre petite expérience de novices.

Aujourd’hui voyons plutôt ce qui se joue dans le quotidien et c’est déjà une avancée.

Depuis quelques années déjà à la suite de différents constats du style :

  • La vie passe vite.
  • Inutile de se projeter dans un avenir hypothétique en pensant : plus tard je ferai… quand je serai à la retraite…

Bref N/nous nous étions rendu compte qu’adopter ces raisonnements n’est pas vivre, donc N/notre philosophie depuis lors est :

« Vivons au mieux l’instant présent, accueillons chaque moment comme précieux, sachons le savourer. »

Alors qu’est-ce qui a changé pour N/nous aujourd’hui ?

En quoi une relation D/s apporte t-elle une autre dimension à ce choix de vivre pleinement le présent ?

1091esclaveconsentante

 

N/nous mettons toujours en pratique cette philosophie mais elle s’est étendue au quotidien en général.

Comment ?

Par la reconnaissance de mon besoin d’être encadrée pour certaines choses du quotidien. Il en a découlé la prise de conscience de la nécessité de lâcher prise  afin de s’ancrer vraiment dans le présent et d’y vivre sereinement, sans les entraves du passé.

Pour y parvenir il faut identifier ce qui nous freine et y remédier. Il s’agit d’un travail sur soi conscient et initié par le Maître.

Voici un exemple concret qui peut au premier abord sembler anodin.

Avant quand mon mari me demandait d’effectuer telle ou telle tâche ménagère.

Mes réflexes étaient (surtout depuis que je ne travaillais plus) :

  • Je ne suis pas ta bonne, ni ton esclave…
  • Ce n’est pas parce que je suis à la maison que c’est à moi de tout faire…

Je trouvais toujours d’autres priorités, résultat l’entretien de la maison laissait à désirer, mon mari n’était pas content …

Pourtant au cours des 20 ans écoulés Il m’avait déjà permis par son autorité naturelle de mieux me structurer, l’air de rien.

N/nous avons réfléchi à ce problème, un retour en arrière nécessaire. En effet jusqu’au moment de notre rencontre je menais une existence plutôt chaotique (sans le voir) que je jugeais formidable.

Tout était parfait du côté professionnel où j’assumais mes obligations de façon rigoureuse, avec responsabilité et autorité (tiens, tiens dans un cadre peut être.)

Du côté vie privée c’était un peu la débandade : repas fantaisistes pris n’importe quand, éparpillement…

Je me pensais heureuse de me défier des contraintes et des structures, je me croyais libre et j’étais prisonnière de moi même.

Premier changement. Un verrou intérieur s’est ouvert.

Vivre en couple oblige à certains ajustements. Mon Maître a su me recadrer en douceur, tranquillement (domination passive ?) et cela m’a plu. Sans le savoir Il répondait à mon besoin non avoué d’être disciplinée. Tout s’est fait de façon naturelle et sans heurt.

D’abord parce que mon Maître n’aime pas les conflits. Il avance lentement mais sûrement. Il est assez introverti alors que je suis tout le contraire. Il n’ s’exprime qu’à bon escient alors que je suis bavarde…

Aujourd’hui dans la continuité un deuxième verrou s’est débloqué grâce aux faits suivants :

  • J’admets mes faiblesses.
  • J’ai donné mon consentement, j’accepte qu’Il me guide, j’obéis.

Une discussion s’est imposée suivi d’un recentrage puis d’une introspection.

Le problème : pourquoi ce rejet  systématique des tâches ménagères.

La cause identifiée : une réaction épidermique venant du passé, de l’enfance sur laquelle je ne m’étais jamais interrogée.

  • La place de la femme au foyer non valorisée, servante de l’homme macho, agir par devoir.
  • La fille doit apprendre à cuisiner etc…
  • Plus le mouvement de libération de la femme, être libre et non dépendante des hommes…

Tout cela a généré des ressentis négatifs qui revenaient et se répétaient entrant en conflit avec une part de moi même que je ne pouvais exprimer.

Y remédier : se libérer des émotions négatives, se détacher sans jugement du passé qui empoisonne le présent en lâchant prise, accepter les nouvelles composantes de sa personnalité profonde, se réconcilier avec soi-même.

Voir clairement pour le présent que l’accomplissement de certaines tâches simples apportent un bénéfice immédiat en ne les reliant plus au passé.

  • La satisfaction du Maître., il obtient ce qu’il veut, Sa domination est reconnue.
  • Le bien être familial, l’ambiance est plus détendue.
  • Agir sans réfléchir, ni se triturer l’esprit sur le bien fondé d’agir, être dans la joie et la bonne humeur.
  • Apprécier ce que l’on fait, vivre dans le présent…Ce qui N/nous rend disponible pour d’autres activités.
  • N/nous progressons et les liens qui N/nous unissent sont renforcés.
  • Il ne s’agit bien sûr que de N/notre expérience et je dirai que ces lâchers prises qui peuvent paraître insignifiants N/nous permettent d’être chacun à N/notre place, de mieux N/nous connaître et de partir à la véritable conquête de N/notre moi intérieur.

Il est a noter que mon Maître ne gère pas tout mon quotidien, Il cible ce qui Lui paraît prioritaire, Il donne Ses directives, à moi de savoir m’organiser.

PARTAGER
Article PrécédentTransition…
Article Suivant« L’éveil de l’ange » de Eva Delambre
Maitre Atout et dame de C.
N/nous sommes un couple vivant une relation vanille et D/s. C'est ce qui N/nous convient dans le sens où N/nous nous y sentons bien, elle N/nous permet de N/nous réaliser en étant N/nous mêmes sans aucune prétention.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here