Bonjour à T/tous !
Ces temps-ci, la vie qui coule fait que N/nous sommes rarement juste mon Maître et moi à la maison. Après une semaine où IL ne m’a utilisé, mais pas martyrisé, j’étais en manque et le LUI ai formulé.

Cela peut paraître étrange, mais je ne suis pas maso, mais j’avais besoin de douleur. Et SENSEÏ n’est pas particulièrement sadique, mais IL en a besoin aussi. En fait, c’est plus une façon pour N/nous de ressentir pleinement dans chacune de mes cellules combien je LUI appartiens. Une façon pour LUI d’exprimer SA domination et pour moi de l’accueillir pleinement même si j’ai mal et que je souhaite qu’IL arrête. je ne décide pas et c’est bon !

Hier matin, IL m’a donc attaché pour me martyriser. IL a commencé par la ceinture et au début, je me suis dit « Pourquoi IL commence avec la ceinture aussi fort ? ça pique trop, je vais pas tenir longtemps ». Sauf qu’IL me connait et qu’IL sait ce que je suis capable d’endurer, mieux que moi-même. IL s’est arrêté alors que je pensais déjà être au-delà de mes limites pour continuer avec le martinet. Ainsi, pendant environ une heure, IL m’a martyrisé, m’a donné envie de jouir sans m’y autoriser. Enfin, à la fin de la séance, IL m’a utilisé comme j’en avais besoin. Après, IL m’a offert le plaisir d’une dernière jouissance avec le Womanizer. Honnêtement, ce sextoy est le meilleur que je connaisse. Bon, pour ceux qui ne connaissent pas si il en existe encore, c’est un objet avec un petit capuchon qui aspire le clito tout en le faisant vibrer. La jouissance est assurée en moins de 30 secondes. La dureté de la séance m’a offert un subspace immense lorsqu’IL m’a utilisé et ensuite avec le womanizer. je ne savais plus où j’étais, si c’était bon ou douloureux, j’étais paisible tout en étant dans une autre réalité. Cette impression de vivre un rêve, de dormir et entendre SA voix qui me prouve que c’est bien réel était extraordinaire.

Et après le repas, IL voyait que j’en souhaitais encore et m’a fait remonter. IL m’a de nouveau attachée et m’a fessé, m’a donné du martinet et je ne sais plus trop quoi d’autre. Quand IL estimé que j’avais assez pris, IL m’a laissée ainsi attachée avec l’ordre de méditer sur ma nature d’esclave puis IL est retourné travailler.

C’est quelque chose qui me fait fantasmer et j’adore l’imaginer, mais à vivre, les émotions ne sont pas toujours faciles à gérer. Au début, j’ai médité sur N/notre relation, mes progrès, ce sur quoi je dois encore travailler, etc. Et au bout d’un moment, mon cerveau m’a dit que SENSEÏ pourrait me laisser ainsi pendant des heures, qu’IL travaillait et qu’IL m’avait peut être oublié. Que j’étais inutile ici parce que je pourrais travailler dans la maison pendant qu’IL travaille, etc. Et je me suis dit que oui, j’en avais envie et qu’IL a pris la décision de m’y autoriser. Que non, IL ne m’a pas oublié, mais qu’IL a autre chose à faire et que c’est aussi ça ma nature. Être à SON entière disposition, le temps qu’IL souhaite pour être disponible dès qu’IL le souhaite sans avoir à attendre. j’aimais cette idée-là, j’aimais LUI avoir offert ma personne et qu’IL s’en serve librement avec la totale confiance réciproque.

je sais que c’est quelque chose qu’IL imagine faire pendant 2 ou 3 jours : m’offrir d’être ainsi enfermée attachée et que je sois là uniquement pour être martyrisée ou utilisée sexuellement jusqu’à en perdre toute notion de temps et d’espace; jusqu’à l’épuisement. je sais que c’est quelque chose qui me fait fantasmer aussi. Cependant, une telle épreuve N/nous oblige à être tout le temps en pleine conscience, je ne pourrais m’évader dans des jeux vidéo ou devant une série et que je méditerai beaucoup sur ma nature d’esclave. Cela peut faire peur aussi d’être vraiment face à soi-même telle que je suis. Dans tous les cas, je sais que cela sera productif.

Ensuite IL est revenu, à jouer avec mes seins en les tordant, les griffant, les pinçant alors que j’étais épuisée. IL m’a fait LE sucer longuement et quand IL m’a de nouveau utilisé, je me forçais à ne pas tomber tellement mes forces avaient été sollicitées. Deux séances dans la même journée c’est fatigant, mais je pense que la période de méditation qu’IL m’a ordonnée m’a demandé également beaucoup d’énergie.

Merci Maître de me permettre cela.

1 COMMENTAIRE

  1. Esclave Lina,

    Décidément, nous partageons pas mal de choses dans notre vision du SM.
    Comme toi, je ne suis pas maso (je suis même plutôt doudouille dans ma vie vanille) et j’ai parfois peur de ne pas être à la hauteur des envies de mes Maîtresses mais comme toi aussi, il y a trop longtemps que je n’ai pas été « maltraité » et je suis en manque de souffrance.
    Avec le beau temps qui revient, j’ai envie d’être attaché en plein nature et très longuement fouetté, « caressé » avec des orties ou tout autre maltraitance qui me fasse souffrir jusqu’à ce que je jouisse.

    Mais inversement à toi, je n’aime pas être « abandonné » seul attaché. Je n’apprécie d’être attaché que pour être exhibé, que si des gens me voient ou pour m’empêcher de bouger pendant qu’on me fait subir des choses délicieusement douloureuses.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here