Parmi les ennemis d’une saine Domination (stable, disciplinée, créative, consciente et dynamique), l’égoïsme figure dans les premières places. L’ignorance, l’inconscience et l’inaptitude à la relation humaine font aussi partie de ce qui nuit gravement à N/nos relations D/s mais J’aurais bien l’occasion d’en parler ici, en conférence et dans les livres à venir.

Le post de dame de C éclaire le phénomène avec finesse et c’est aussi grâce à son post que Je termine celui-ci préparé depuis un moment.

De Mon côté, tout en appréciant ce qu’elle dit de l’égoïsme J’ajoute une maxime et une remarque. « L’égoïste c’est celui qui ne pense pas à moi ». Cette petite phrase résume bien combien l’égoïsme peut quelques fois se retourner contre celui qui juge. La paille et la poutre se cachent cette pirouette un peu humoristique. Il est tellement plus facile de voir la paille dans l’œil du voisin que la poutre dans le sien dit le proverbe…

Ma remarque vise à élargir le sens de l’origine de l’égoïsme partagé par dame de C.

L’être humain, parmi tous les mammifères de la planète présente une néoténie exceptionnelle que la science explore depuis peu afin d’expliquer une majorité de comportements humains immatures : le pillage irraisonné des ressources, la destruction massive de ses femelles ou la consécration de 70% de son budget mondial à la fabrication-diffusion-utilisation d’armes pour assassiner le plus possible de ses congénères. Oui, Je sais c’est du lourd, mais impossible de le nier. C’est chez Françoise Héritier que J’ai entendu parlé de la néoténie il y a longtemps, depuis quelques lectures et recherches ont permis d’affiner cette approche. J’ajoute que la néoténie humaine peut aussi être considérée comme l’une des raisons du comportement grégaire de l’humain comme de son tropisme à l’obéissance aveugle.

Pour faire simple : puisque le petit humain est le plus dépendant, le plus longtemps de ses parents et des adultes, pour survivre il lui faut le soutien d’un groupe (famille,tribu) jusqu’à 8 ou 9 ans et en tout état de cause il lui faut obéir à ses ainés dans le même but : survivre.

Alors oui, il est dit que l’égoïsme prend sa source dans une petite enfance mal élevée…voir le post de dame de C. Ah, il s’en passe dans la petite enfance… N/nous savons depuis les travaux de Prescott que la violence des uns envers les autres trouve sa source dans le manque d’amour et de soutien des parents envers leurs enfants, oui c’est du lourd aussi, mais quand on se penche sur les relations humaines comme Moi, c’est difficile de ne pas s’intéresser à la violence et au sort de l’humain dans sa dynamique micro (couple & éducation) macro (sociétés & politiques). Une des raisons pour lesquelles l’anthropologie Me passionne depuis si longtemps. Bref.

J’ajoute que l’égoïsme a donné naissance à l’individualisme devenu la doctrine politique libérale qui gouverne encore le monde par le capital – peut être plus pour longtemps compte tenu de sa dangerosité générale, mais c’est ainsi. Je ne vais pas M’étaler en philosophie politique, mais pour faire court Je n’aime pas la pensée de Hobbes, de Tocqueville en encore moins de Hayeck et de leurs petits copains libéraux mafieux disciples de Friedman…. Mais c’est une autre histoire, celle de la trahison érigée en système de domination politique (colonialisme et capitalisme dérégulé – oui c’est un pléonasme)…

Comme quoi la réflexion sur l’égoïsme N/nous amène jusqu’à l’éthologie dont les découvertes récentes battent en brèche ou épouvantent notre relation à l’animal comme à notre milieu. Et lorsque l’on s’intéresse un peu aux neurosciences et à l’apprentissage, on peut être positivement impressionné par la possibilité de transformation de l’égoïsme en coopération naturelle comme une préfiguration du monde qui vient. Loin de l’égoïsme et de  l’individualisme. Céline Alvarez vient de sortir un beau livre à ce sujet (passez le mot au père Noël).

LES LOIS NATURELLES DE L'ENFANT

Pour faire simple quand Je reviens à Ma question « comment Dominer sans égoïsme ? » Je ne peux qu’être admiratif des propos de dame de C. parce qu’elle répond à cette question et du coup, M’a coupé l’herbe sous le pied. J’en suis ravi. Je n’aurais pas mieux écrit que sa définition concrète et vécue de l’égoïsme positif. Merci.

N/nous n’avons pas épuisé le sujet pour autant et toute inéquitables soient N/nos relations Je défends l’idée qu’elles sont un cadre qui permet de transcender l’égoïsme (vers l’égoïsme positif), ce n’est pas le moindre paradoxe de N/nos choix de vie.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here