je savais que Maître avait l’intention de me dresser, sans savoir vraiment quand, mais je me voulais disponible. je suis allée dans la chambre et me suis déshabillée. C’est donc nue que je me suis mise sur le lit en position de prosternation. je me récitais intérieurement pour ressentir pleinement mon calme et ma fierté de Lui appartenir. j’entendis des pas, Ses pas. j’ai fermé les yeux et me suis récitée à haute voix pour qu’Il ressente également ma paix intérieure.
je Le sens derrière moi et Il me bande les yeux. je suis désormais privée de la vue. Il me demande de me taire et me fait ouvrir la bouche. Il me met un bâillon orné d’un trou servant à faire apparaitre ma langue sur laquelle Il dépose une pince à linge.

Cette position m’empêche d’avaler ma salive et je ne peux m’empêcher de baver, je trouve ça humiliant, cela m’excite et cela Lui plait. Cette étrange sensation de vulnérabilité, de don de moi-même entier ainsi que ce sentiment de honte associé à une excitation plus grande que je ne comprends pas encore… mon esprit n’aime pas, mon corps adore.

Il m’installe ensuite sur Son fauteuil de bureau. Ce fauteuil qui m’a déjà donné beaucoup d’émotions. me savoir ici me renvoie à de belles images. Il prend fermement mon poignet gauche pour l’accrocher à l’accoudoir du fauteuil avec une corde à la douce et enivrante odeur de chanvre. La corde passa sous le fauteuil et avec celle-ci, Il attache le deuxième poignet. Désormais sans la vue, la bouche déjà bien humide malgré que j’essaie au maximum de contenir la bave qui s’écoule…

Il pose mes pieds à plat sur le fauteuil et attache également les jambes écartées ainsi. ma position est indécente et je le sens. je n’ai aucune pudeur avec mon Maître, mais dans ces circonstances, avec la privation de la vue, la bave, la contrainte, je m’en sens gênée. Peut-être est-ce dû au fait qu’entièrement offerte, je sais que mon excitation est visible. je n’aime pas la frustration sexuelle et là, Il voit les perles luisantes de ma fente, Il sent mon odeur et Il sait que je ne résisterais pas longtemps avant de Le supplier.

Ainsi attachée, je sens Ses pas s’éloigner et ne revenir que quelques dizaines de minutes plus tard. je me suis récitée, je me sens de plus en plus excitée et en besoin de jouir. Quand Il est revient, j’entends qu’Il touche à beaucoup de choses. j’ignore ce qu’Il fait. Il me pose un casque audio sur les oreilles avec une musique assez forte malgré qu’elle soit douce. Le style de musique que j’aime, douce et relaxante, mais dans un volume sonore trop fort pour me permettre de distinguer le moindre son. D’un seul coup, une douleur plus surprenante que fulgurante me prit au téton droit, puis au gauche. Ce n’était pas les petites pinces à linge en bois, mais les japonaises en métal dont le pincement est beaucoup plus fort. je les reconnais sans aucune hésitation.

Encore une fois, les réactions de mon corps me surprennent. La sensation de pincement a créé instantanément un écoulement de cyprine à deux reprises. ma respiration s’est accélérée, je ne suis plus dans mon état normal. je suis totalement à sa merci et ça me plait. Enfin, à cet instant …

je Le supplie de me faire jouir, par des sons tant bien que mal avec ma bave qui s’écoule de plus en plus. Une petite flaque s’était créée sur mon cou. Il en prend dans la main avant de me l’étaler sur le visage. je me sens tellement honteuse et en même temps cela renforce mon excitation. je ne suis que Son esclave, je ne m’appartiens plus. Il a tous droits sur moi.

Il prend ensuite le fairy qu’il applique sur mon bouton déjà bien dur et bien gonflé. Il le pose au minimum et le fixe de sorte qu’il ne bouge pas j’essaye tant que possible de me tortiller pour me servir du fairy quand d’un seul coup Il l’éteint et me gifle. Désormais, je dois me taire jusqu’à nouvel ordre et ne pas bouger. mon plaisir Lui appartient. Il prend le martinet pour jouer avec mes seins qu’Il maltraite durement. L’avantage avec ces pinces est qu’elles bougent au gré du martinet, mais ne s’en vont pas. j’ai mal, je suis excitée et la musique dans le casque commence à réellement me faire perdre la tête… Le martinet sert aussi pour l’intérieur de mes cuisses, endroit très douloureux que Maître apprécie grandement. Il me martyrise ainsi longuement avant de remettre le fairy en route le temps nécessaire à m’exciter d’avantage avant de l’arrêter de nouveau. La douleur physique est difficile, mais l’absence de jouissance est carrément insupportable. je ne supporte pas cela. Pourtant cela fait bien des fois que cela me fait fantasmer d’être ainsi frustrée et je sais que cela m’aide à profiter du moment encore plus intensément.

Il s’arrête et enlève ma pince ainsi que mon bâillon, je me sens revivre et alors que je commence à essayer de retrouver une respiration normale, Il fourre Sa queue dans ma bouche en m’agrippant fermement les cheveux et fait des va et viens rapides. Il joue avec mon corps comme Il le souhaite. je suis totalement excitée et la fellation profonde est compliquée. Le Maitre ne me laisse pas le temps de respirer et j’ai beaucoup de hauts le cœur. Je ferme mes poings sur mes pouces pour éviter de vomir comme Il me l’a appris. Il va vite et profondément pour m’utiliser comme ça. C’est avec la même intensité, voire brutalité qu’Il me repousse. je me sens tout d’un coup de nouveau seule et vulnérable. Il remet le fairy en route, l’arrête et commence a me fouiller avec Ses doigts en arrêtant juste avant la jouissance. Il enfonça d’un coup Sa main dans ma bouche, pleine de ma cyprine que je dois lécher.

Puis Il me laisse. Il enlève le casque audio et je saute en entendant le fouet claquer.  je m’entend crier, Il remet la musique sur mes oreilles, le fouet me fait perdre la tête, je sens mes cuisses marquées bouger en tout sens, je jouis.

Eros-Power---1920pxS--_DSC5212

4 COMMENTAIRES

  1. Magnifique texte bien qu’impressionnant pour une douillette comme moi (crise de larmes cette après-midi après une petite punition au martinet et à la ceinture). En revanche, je vais faire une recherche sur ce qu’est le fairy 😉
    Bonne fin de journée à V/vous

    • Bonjour,

      Merci pour votre commentaire et votre visite sur le site. La gestion de la douleur est quelque chose de très personnel et le Maître doit s’adapter et n’agit pas pareil avec plusieurs soumies/esclaves.

      Le fairy est un vibromasseur très puissant, allez voir sur google image « fairy mini » 😉 Cet objet est une merveille et plusieurs adaptateurs sont également disponibles pour d’avantages de sensations.

      Bonne journée à vous et au plaisir.
      esclavelina

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here