Bonjour à tous, oui la période estivale s’achève sur de beaux souvenirs et le quotidien reprend ses droits.

Le titre choisi pour cet article est à double sens et je vais m’en expliquer.

Je pourrai bien sûr V/vous parler du trop long temps passé connectée qui grignote sur mes  obligations quotidiennes et qui perturbe donc le bon déroulé de la journée, mon Maître ne l’appréciant que très moyennement et  me le rappelant quand il le faut. Ce sont de mauvaises habitudes qu’il me faut corriger, mais cela est une autre histoire…Comme il est facile de retomber dans une spirale non constructive en se voilant la face.

Aujourd’hui je vais plutôt V/vous entretenir de ma déconnexion mentale qui s’est produite à la suite d’événements familiaux. Sans entrer dans les détails sachez que j’ai perdu pied et j’ai été fort déstabilisée. Du coup le côté D/s a été mis de côté, je me suis laissée emporter par des vagues de ressentis négatifs qui ont occulté tout le reste. Et dire que je pensais avoir atteint un degré de sérénité… ah, ah, belle remise en cause. La vérité étant que rien n’est jamais acquis, qu’il nous faut travailler au jour le jour pour « être au présent » ce que l’on souhaite sans laisser le passé nous envahir négativement. Ces moments de cafouillages mentaux et très bloquants m’ont toutefois permis d’avancer. Mon Maître restant lucide et présent, me bousculant avec délicatesse mais avec fermeté, m’obligeant à réfléchir sur mon comportement : le pourquoi du comment… , en acceptant mon retrait temporaire m’a prouvé une fois de plus la force du lien qui N/nous uni. Cette période plus teintée de vanille que de D/s m’a paru comme une traversée triste, ne me correspondant plus du tout, sans relief, une sorte d’endormissement.

J’ai pris conscience de la nécessité pour moi de vivre cette relation D/s particulière, c’est ce qu’il N/nous faut pour atteindre un équilibre et N/nous sentir en accord avec N/nous mêmes ici et maintenant. Bien sûr elle est assez soft, axée sur N/nos besoins réciproques et complémentaires, certains la trouveraient fade, elle est comme N/nous la voulons et c’est ce qui compte n’est ce pas ?

Au fil des mois je me suis pas mal interrogée sur le fait que la douleur forte ne N/nous attirait pas, Lui pour me la donner, moi pour la recevoir, au final il m’apparaît qu’il n’est pas nécessaire qu’elle fasse partie d’une relation D/s épanouie.

Hier midi quand Il a exigé que je me plie à Ses volontés sexuelles sans tergiverser je me suis sentie être à ma place, heureuse de Le satisfaire. Je N/nous retrouvais, il N/nous reste beaucoup à découvrir, à redécouvrir… J’avoue que je me suis pas mal débattue pour ne pas vraiment obéir ces derniers temps, c’est fou les stratégies tordues que notre mental est capable de nous suggérer si nous lui laissons le pouvoir, se mentir à soi et à l’Autre en louvoyant n’est pas la bonne solution et fausse le lien. L’honnêteté de l’Un et de l’autre est primordiale, les situations de crise sont là pour N/nous le rappeler.

C’est donc avec sérénité que N/nous reprenons N/notre chemin, le collier qui ornait mon cou chaque matin, assorti à mes tenues, symbole de mon choix m’a aussi permis dans cette période de latence de rester qui je voulais être, même à minima et dans le flou. N/nous voici reconnecter à N/nous mêmes, ouf…

 

PARTAGER
Article Précédent3 jours
Article SuivantAnniversaire Senseï et Bethy Loup
Maitre Atout et dame de C.
N/nous sommes un couple vivant une relation vanille et D/s. C'est ce qui N/nous convient dans le sens où N/nous nous y sentons bien, elle N/nous permet de N/nous réaliser en étant N/nous mêmes sans aucune prétention.

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis bien d’accord avec toi quand tu écris que la douleur forte n’est pas indispensable dans une relation SM épanouie.
    C’est avant tout une ambiance et un moment de partage. Il peut être très soft, basé plus sur une forme de soumission ou « d’humiliation » consentie (je n’aime pas vraiment ce mot par sa connotation négative alors que si c’est pleinement assumé et voulu, ça peut être si agréable de se plier aux demandes de son Maître) ou plus hard en fonction des moments et de l’ambiance.
    Moi, j’aime les deux et c’est très dépend de l’ambiance créée par ma Maîtresse.

    Je suis content pour toi que tu aies retrouvé le chemin d’un état qui te convienne, qui Vous convienne à ton Maître à et à toi.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here