Bonjour à T/tous,

Lundi, Maître m’a ordonné de créer un cachot pour moi sous l’escalier pour une semaine intensive.

Ce matin, Maître m’a mis dans le cachot un petit moment avec une pince à linge sur le clito, m’a doigté plein et m’a laissée seule avec le gode toujours en place. Ce n’était pas un long moment.

En effet, Il avait besoin de marcher, N/nous sommes donc allés N/nous promener pendant 1 heure à côté de chez N/nous. Une heure pendant laquelle Il m’a tenu sans cesse sur la nuque avec fermeté.
En bord de fleuve, il y avait énormément d’orties. je priais pour que Maître ne les voit pas mais essayer de Lui détourner le regard n’a fait qu’accentuer Son envie de m’en donner. Dans cette période, les bords du fleuve étaient totalement vide, N/nous n’avons vu personne. C’est donc adossée sur un banc sur lequel je me tenais que Maître m’a fouetté aux orties sur les fesses, le clito et les lèvres vaginales.

En rentrant, après avoir remis mes chaines aux chevilles, Maître m’a enchainée à genoux, a enfilé ma cagoule rose, mains en l’air dans le cachot en me laissant bien excitée.

Il est revenu plus tard pour jouer avec moi, martyrisant mes seins et surtout mes tétons pour ensuite m’attacher sur le dos, chevilles en l’air toujours mains liées. Cette fois ci Il m’a fait vraiment venir au bord, plus que je ne le pensais. Si bien que j’avais l’impression qu’un simple geste de Sa part me ferait jouir alors que je n’en n’avait pas l’autorisation. Mais comme la fois précédente, Il m’a mis le plaid sur le corps et a fermé la porte me laissant seule avec cette excitation/frustration.

Quand Il est revenu 45 minutes plus tard (des dires de Maître), j’avoue que je n’étais plus très excitée, je m’étais assoupie. Malgré tout, Il n’a pas eu beaucoup de mal à me remettre dans cet état de vulnérabilité et d’excitation forte. Cette fois ci, Il m’a fait jouir avant de m’utiliser sexuellement longuement et intensément en levrette.

Maître m’a ensuite apporté le repas dans le cachot. j’ai de la chance, même enfermée et même en dressage intensif, Maître reste excellent cuisinier. Les pâtes avec la bolognaise qu’on a préparé dimanche après midi, c’était délicieux même si, pas très simple pour manger avec un si petit espace entre les deux mains attachées.

Une fois le repas fini, Maître a repris mon assiette en me disant « Si tu t’ennuies, tu te récites ». j’ai eu peur d’y passer tout l’après midi mais, étrangement (pour moi qui déteste être seule), 5 minutes après Son départ, j’étais déjà apaisée. Vu l’heure : 14h, peut être allait il faire la sieste et je ne le reverrais pas d’ici 20 minutes, peut être va t il écrire et dans ce cas là il peut revenir dans une heure ou deux. je n’en avais aucune idée, mais j’étais là, à ma place, paisible.

C’est finalement une heure et demie plus tard que Maître est venu pour m’ordonner de sortir, Il avait besoin d’aide pour jardiner. Il m’a annoncé à ce moment là ma fin de journée de cachot en me rappelant que oui « ça commence doucement ».

je sais donc que demain sera une journée plus longue, plus intense. Avant aujourd’hui j’avais peur. Après cette première journée, je suis paisible, heureuse de Lui appartenir et désireuse de Le satisfaire au mieux. En même temps je n’ai pas le choix sinon « Il pourrait m’en cuire » comme dirait Maître, sourires.

Merci Maître pour cette première journée. Merci du temps que Vous prenez pour me dresser chaque jour

2 COMMENTAIRES

  1. Bonsoir lina, je me souviens d’une soirée où Mon Maître m’avait enfermée dans une pièce de sa cave après m’avoir donné une punition qui était prévue dû à mon comportement irrespectueux quelques jours plus tôt. Il avait fabriqué un système pour m’attacher les bras en l’air et j’avais des bracelets aux chevilles aussi avec une barre pour avoir les jambes écartées.
    Il m’a enfermé dans cette pièce me laissant seule un moment indéfini….
    Je redoutais cet enfermement et puis le sachant au-dessus de moi à l’étage, ayant confiance en Lui je ne m’étais pas sentie angoissée comme je le craignais.
    En plus comble de chance il avait mis un coussin de chaise longue pour que je m’y agenouille.
    Il était revenu, m’avait attachée de nouveau les bras en l’air pour me redonner du fouet avant de me prendre longuement.
    Je repense depuis quelque temps à cette séance qui date de 2ans….j’avais ressenti de la fierté de n’avoir pas eu peur moi qui redoute l’enfermement.
    J’aimerais de nouveau revivre cela mais je ne sais pas si cela sera possible et pourtant cela m’apaiserait je le sais.
    Cordialement,
    Galathee

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here