Ce matin Maître m’a autorisé à me réveiller tranquillement avant que N/nous allions dans le bain. Pendant le bain, Maître m’a fait des câlins plein de fermeté, de domination me rendant totalement apaisée, vulnérable et heureuse. Puis Il m’a doigté en me faisant du Breathplay et en m’offrant une superbe jouissance.

N/nous sommes ensuite allés dans la chambre où Maître m’a fait les 3 exercices du matin en plus de m’offrir quelques coups de poing et fessées des plus agréables. je n’ai pas aimé les fessées et coups de poing, j’ai aimé sentir Sa force et domination sur moi. Il m’a également attaché les deux seins séparément de façon serrée et douloureuse de façon terriblement excitante, mais rendant mes tétons beaucoup beaucoup plus sensibles.

Ensuite, N/nous avons fait une vidéo, puis une deuxième avec le micro branché avant que Maître me remette dans le cachot. j’ai lu pendant tout le temps où Il m’y a laissé, le livre d’Allen Carr.

Quand Maître est revenu c’était pour que N/nous allions manger dans le jardin. Après un petit café, Maître m’a emmené dans la chambre pour me doigter, me martyriser les seins qu’Il avait rattachés, je L’ai sucé, Il m’a pris, je L’ai re sucé, etc. Un vrai moment de partage complice comme O/on en passe souvent, mais aujourd’hui ça avait une signification particulière pour moi. je ressentais beaucoup beaucoup plus de gratitude de m’offrir ce moment de douceur contre Lui, dans Ses bras, après qu’il m’a utilisé.

Maître m’a ensuite remis au cachot. j’avais le droit entre deux choses : me réciter ou lire/méditer sur l’arrêt du tabac. j’ai fait les deux à plusieurs reprises. Avec tout ce que j’ai lu, j’ai demandé à Maître l’autorisation à arrêter dimanche la cigarette. Si je n’étais pas Son esclave, il est très probable que j’aurai continué à fumer. C’est même une évidence. Cependant, Il me l’ordonne, mais j’ai envie que ce soit « mon engagement » pour mieux le vivre. j’ai pas envie de vivre cet arrêt de cigarette comme beaucoup le font, en souffrant, en étant frustré et voir obsédé. Ces personnes-là passent leurs vies à envier les fumeurs.
Maître veut que j’arrête de fumer, dans tous les cas, j’arrêterai, mais je préfère m’engager et le faire dans la simplicité, sans souffrance.


Suite à N/notre discussion, peut être que j’arrêterai dimanche et Lui lundi ou mardi, ou après. je n’en sais rien. Mais qu’Il fume, ou non, j’arrêterai dimanche. Parce qu’Il me l’a ordonné, mais pour moi, parce que je suis capable de me faire ce cadeau. Ce qui m’en empêchait jusqu’à aujourd’hui, c’est la peur. Sauf que je n’ai pas à avoir peur, je veux m’offrir ce cadeau, cette preuve d’amour à moi même. Grâce à Maître, pour moi, pour mon Papounet et pour Maître.

Quand Il est revenu me chercher, N/nous sommes allés dans le jardin et ce fût la fin de journée « de cachot », mais pas la fin de ma journée d’esclave, celle-ci n’a jamais de fin. Par moments, je peux faire n’importe quoi, en un geste, Maître m’ordonne de me mettre dans telle ou telle position, puis, même sans que ce soit ordonné, je demande beaucoup plus d’autorisations qu’avant. je me sens à Sa merci, vulnérable, en sécurité, heureuse et avec un gros sentiment de gratitude et de plénitude.

Merci Maître

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here