Senseï m’a annoncé dimanche soir que pendant 3 jours je n’aurai pas le droit de parler à l’exception d’une heure par soir.

Tableau « Bouche cousue » de Geneviève Van Der Wielen


je suis passée par la crainte (suis super bavarde dans mon genre!), le stress de parler sans y penser (un coup pour chaque mot dit dans la journée) et puis enfin très vite est venue l’excitation!!! Envie folle pour LUI!!! (Bon ben ça c’est l’esclave, y’a rien à dire de plus!)

N’étant pas des plus éloquente avant mon café, tout c’est bien passé jusqu’à ce que je prononce un « voilà » de soulagement après avoir fini un document. Retournement de Senseï (dû à la disposition de N/nos bureaux) et petit sourire en coin. Une barre dans le carnet.

Pour ce qui est de la vie courante (manger, organiser le travail, …), je n’avais que les gestes et les onomatopées… « humhamhiiiiiiohohpffff » pas trop Glamour mais très rigolo… Le deuxième jour, je ne savais plus si je tenais du mime Marceau ou du valet de Zorro.

Et Senseï d’en rajouter: « Tu es si belle quand tu essais de t’exprimer ». 🙂

Au fond, c’est l’important qui a pris le dessus. Le reste n’avait plus le droit de cité. Fini les blablas sur l’actualité,… je pense que ça N/nous a fait du bien. C’est fou l’énergie dépensée à s’offusquer, critiquer, polémiquer,… Le deuxième jour je n’essayais même plus de Lui faire comprendre les choses, j’essayais de les retenir pour mon heure de parole. Ce dont je ne me rappelais pas n’avait donc pas d’intérêt…

Le plus dur c’est qu’Il a continué à me poser des questions comme d’habitude… Ou d’entamer le débat comme après la chronique de Guillon, par exemple. LE PIÈGE TOTAL ! Le début de phrase qui fuse et s’arrête en un sursaut… Et puis il y eu des choses que je voulais tellement Lui dire que je les aies synthétisé en un mot… Et aussi un « je Vous aime » si naturel… Au final, 9 coups le premier jour et 15 le second (Merci Guillon!!!).

Le troisième jour a été particulier.
D’abord, j’ai fait le ménage de la salle de bain et de N/notre chambre. j’avais presque fini que je me suis échauffée toute seule. Un gros ras le bol en somme. Senseï est venu me demander « qu’est qu’il y a? » et mon irritation est sortie par la bouche, assez brièvement, avant que je me reprenne. Et là, j’ai fondu en larmes d’avoir parlé. Senseï a cru que c’était pour le ménage. IL comprenait pas trop que je pleure autant. Bref, IL n’a pas compté cette phrase.
Ensuite, le travail est venu s’en mêler. Senseï m’a autoriser à parler car c’était trop important (et impossible à mimer V/vous V/vous doutez bien!).
Il n’y a donc pas eu de compte pour ce jour là, et pas de coup… De toute façon, IL était occupé par mon petit trou arrière…

Ne pas parler a été un bon exercice même si cela me parait impossible de tenir plus de quelques jours. Dans tout couple il faut de la communication et bien que N/nous arrivions à N/nous comprendre avec mes gestes, ça n’a pas fluidifié N/notre quotidien.

Par contre, ça m’a été très bénéfique. Étant capable de faire des phrases plus longues que celles de Proust (si,si, je V/vous jure!), je me suis rendue compte que me taire c’était bien aussi. mes heures de parole m’ont fait constater ce flot de mots que je peux produire à la seconde… ma leçon se trouve certainement là: arriver à condenser mes idées en une phrase, deux tout au plus (et des courtes!)…

Le silence ne m’a pas été simple, mais il m’a été salutaire…
c!

PARTAGER
Article PrécédentMa petite carpe Koï…
Article SuivantWax your beaver…
esclaveclochette
Je fus esclave consentante durant 10 ans. j'ai publié ici régulièrement depuis des années mes hauts et mes bas (selon les ordres de mon Maitre) de ma vie d'esclave. Je suis une fée clochette.

5 COMMENTAIRES

  1. Merci de nous faire partager ton ressenti c!

    Effectivement, cela n’a pas du être évident… Mais cela t’as permis une plongée en toi et la prise de conscience de certaines choses… Un meilleur contrôle sur toi aussi.

    Joli exercice D/s!

    Bon week end à vous deux.

    Baisers!

  2. Bonjour C.,
    Agréable et détaillé compte-rendu de ces trois jours.
    Où l’on découvre que votre Maître n’est pas un esclavagiste. 🙂
    Un Homme avec un coeur qui sait adapter ses sanctions.
    Comme vous l’écrivez, ainsi que Lady, belle exercice de prise de conscience de l’Essentiel.
    La sacro-sainte actualité et Guillon, reviennent à leur véritable place.
    J’apprécie beaucoup les occupations de votre Maître 🙂
    Vous parlez comme Proust !
    Compliments !
    Dans ce cas, je suis candidat à votre adoption le jour ou vous êtes abandonnée. lol
    Toujours trés sensible au charme de vos texte,
    Louis

  3. Propriétaire de N, ce n’est pas à moi qu’il faut poser la question mais à Senseï.
    De plus, si V/vous me lisez V/vous savez que je ne poste pas d’image pour l’image, mais pour servir un propos…

    c!

  4. Bonjour C.,
    En effet, le coq de la publicité pour la cire à épiler associé à votre texte évoque bien mieux que toutes les photos intimes.
    Agréable fin de semaine.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here