Venant du monde vanille c’est une question que N/nous pouvons nous poser.

Existe-t-il des critères permettant de définir si N/nous vivons une bonne ou une mauvaise relation D/s ?

D’en quantifier le contenu et la qualité ?

Encore un questionnement qui N/nous est venu dernièrement, mon Maître trouvant que N/nous n’étions pas très représentatifs de ce milieu.

Quelqu’un N/nous observant pourrait même N/nous trouver trop soft, un peu fades et un tantinet ridicules… N/nos pratiques petites par rapport à d’autres.

Et la discussion fut lancée.

Il en ressort que ce questionnement met en lumière une appréhension, une peur d’être jugé et évalué par des personnes expérimentées. Ce qui est un jugement de valeur injustifié.

Pourquoi N/nous comparer aux A/autres puisqu’ I/ils ne sont pas N/nous ?

N/nos réflexes ont la vie dure, il est bon de temps en temps de donner un coup de pied dans la fourmilière de N/nos idées préconçues.

Se rappeler qu’il s’agit de N/notre histoire personnelle, il faut savoir lâcher prise sur ce point et modifier N/notre façon de penser avec prudence et réflexion.

A ce jour N/nous fonctionnons encore pas mal en mode vanille, mais c’est de là dont N/nous venons, c’est un territoire connu et rassurant.

La découverte et l’intégration des codes d’un nouveau monde demandent un travail volontaire, libre de toutes pressions extérieures.

Donc le côté D/s s’installe peu à peu pour N/nous, sans aucune précipitation. Enfin là j’avoue que mon Maître sait tempérer mes ardeurs à vouloir plus, trop vite. Oui , oui c’est Lui le décideur, sachons rester à N/notre place.

Cette démarche N/nous entraîne ensemble sur un nouveau chemin.

Un chemin avec des obstacles et des challenges.

Un chemin sur lequel N/nous pouvons faire des pauses si c’est nécessaire.

Un chemin comme N/nous les aimons avec de grandes richesses et de belles surprises.

Un chemin ou N/nous assumons N/nos choix  et N/nos préférences.

Un chemin où N/nous existons différemment.

Un chemin où la sincérité et l’honnêteté sont de mises.

Un chemin qui N/nous libère du regard des autres et du jugement (Ne pas juger, ne pas être jugés)

Un chemin qui N/nous conduit au dépassement de N/nous mêmes et à la connaissance de N/notre intériorité.

Alors la réponse à la question posée au début est : NON.

Non il n’existe pas de critères valables et c’est tant mieux.

Non N/nous ne sommes pas ridicules, il n’y a rien de petit à être soi tel qu’on le ressent.

N/nous sommes seulement inexpérimentés, en phase d’apprentissage.

N/nous sommes en devenir en n’étant pas dans l’imitation mais dans la création, en suivant le mouvement de la vie.

N/nous puiserons en N/nous pour trouver les réponses qui N/nous conviendront.

L’évolution viendra avec la progression naturelle de la relation.

N/nous pouvons bien sûr N/nous informer par des lectures, des échanges, des partages ou des rencontres…C’est à N/notre avis aussi nécessaire qu’enrichissant. De plus il est très utile de relire l’évidence 36 du répertoire.

Toutefois il faut analyser les informations reçues, prendre du recul, laisser du temps au temps et ne pas se laisser influencer par des pressions extérieures ou que N/nous percevons comme telles. C’est toujours le Maître qui reste l’unique Créateur de Sa relation avec sa soumise.

Le chemin vanille > D/s est un peu tortueux, mais avec de la communication et de la persévérance ça doit passer, c’est ce que doivent ressentir tous les couples comme N/nous.

PARTAGER
Article PrécédentMunchs de Charleroi
Article SuivantDu fantasme dans les relations D/s
Maitre Atout et dame de C.

N/nous sommes un couple vivant une relation vanille et D/s. C’est ce qui N/nous convient dans le sens où N/nous nous y sentons bien, elle N/nous permet de N/nous réaliser en étant N/nous mêmes sans aucune prétention.

POSTER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here